Cupidon (1798) par Robert Jacques Francois Faust Lefevre,

Publié le par lesdiagonalesdutemps

tumblr_mciv5xXR4y1qbhp9xo1_1280.jpg

Commenter cet article

xristophe 21/11/2012 22:06

Tous ces nus garçonniers du XIXème ont une saveur, en plus du "fade" exquis de leur parfaite facture, qui est pê celle de leur hypocrisie obligée par l'époque ? Sans cette accueillante Antiquité
des mythologies pédérastiques, comment se fût-on contenté... Les garçonnets en ont un air idiot, souvent, qui est partie prenante, sûr, de leur triste charme. J'ai un faible pour la quéquette
exquise du jeune Zéphir au bord de l'eau.