Color

Publié le par lesdiagonalesdutemps


couverturecolor

La paruton de “Color” va me permettre d’introduire dans mon blog l’objet manga et plus spécifiquement yaoi, qui curieusement, n’y avait pas encore pénétré.
Ce manga est une rareté sous notre latitude, un manga Yaoi. Pour le béotien qui se serait égaré dans ce lieu, je me sens dans l’obligation de définir ce qu’est un manga yaoi. C’est une bande dessinée venue du japon nous racontant une histoire dans laquelle des garçons se papouillent. Il peut prendre aussi la forme d’un dessin animé. Le yaoi est un sous genre du shôjo ces derniers sont les mangas destinés plus particulièrement aux adolescentes. Car, ce qui ne saute pas aux yeux en France, ces bandes dessinées ont pour première cible des jeunes filles et leurs auteurs sont presque toujours des femmes.
Avant toute chose évacuons la question du dessin et de la mise en page qui dans Color sont archétypaux du shôjo standard. Les personnages évoluent devant des décors souvent réduits aux seuls supports physiques des actants et aux objets indispensables aux péripéties du scénario. Les volumes et l’éclairage sont transcrits par des jeux parcimonieux de trames. La case et la page sont ainsi à dominante  plus blanche que noire.

baisercolor
Comparé aux pages des bandes dessinées franco-belges les mangas comportes beaucoup moins de cases par page, pas seulement en raison de leur format, plus petit, mais aussi par le fait que l’alternance de grandes cases et de petits dessins dynamise le récit; la forme et la taille de la case sont partie intégrante du découpage de celui-ci.
Le prétexte pour la rencontre des deux héros est plaisant. Il sont tout deux collégiens, peintres à leurs heures perdues; lors d’une exposition de jeunes artistes, organisée par un jeune homme gay et aisé, propriétaire d’une galerie, ils montrent chacun une oeuvre qui porte le même titre, color; les toiles sont si semblables qu’on les accroche l’une près de l’autre; surpris par leur proximité artistique, après quelques péripéties convenues, les deux jeunes artistes se lient d’amitié.
L’auteur à la bonne idée de ne jamais nous montrer les fameuses oeuvres. Il y a de l’humour dans cette modeste mise en abyme, des tableaux dans un manga, qui plus est intitulé le volume “color” alors que le livre est dessiné entièrement en noir et blanc!

colornu
Nos deux tendrons fileront le parfait amour durant toutes leurs années de lycée. Mais comme on le lit dans une des bulles << Le temps passe>> et  dans une autre << la réalité ne fait pas de cadeaux>>. Je ne m’avancerais pas plus loin dans le descriptif du récit pour ne pas déflorer l’intrigue sentimentale...
En ce qui me concerne un des grands intérêts du yaoi, et de bien des mangas en général, est la confrontation de son monde édulcoré, régit par des canons artistiques et économiques extrêmement contraignants pour les auteurs, et du message sociale que ces derniers essaient néanmoins de faire passer, comme en contrebande.
Le yaoi répond à de quasi invariants. “Color” en est un bon exemple.
Le premier est que, comme la grande majorité des mangas, il se déroule dans le milieu du collège et du lycée. J’avancerais l’explication de la fascination des japonais pour leurs années de formation en ce qu’elles sont celles où l’individu a le plus de liberté (très relative) dans la société japonaise, même s’il y a évolution mais “color” a été dessiné en 1999 par Eiki Eiki sur un scénario de Taishi Zaou.

Image_1 Image_31
Tarzan par Hogarth                           Alex Raymond
Autre trait commun au genre, les protagonistes sont tous donc des adolescents ou/et de jeunes hommes; ce qui induit déjà une esthétique mais en plus ils ont toujours la même silhouette longiligne au corps maigre et mou à la fois, dont les muscles ne sont  que peu dessinés. Le héros type du yaoi est physiquement l’anti super héros américain. Apparemment les dessins d’Alex Raymond ou de Hogarth ne sont pas arrivés au Japon et les cours de dessin anatomique ne doivent pas être les plus suivis par les mangakas de shôjo!

musclecolor muscle2color
ersonnages de shônen.
Il n’en va pas de même pour les auteurs de Shônen (manga pensés pour un public de jeunes garçons, lu au Japon à partir du collège) qui eux on du voir trop souvent Rambo et Bruce Lee sur leur petit écran...  Seul les héros des seinens (mangas pour adultes) ont en général un dessin réaliste, mais pas toujours, voir les chef d’oeuvre de Tezuka.
Dans le yaoi les garçons possèdent des traits androgynes qu’ accentuent de curieuses coiffures, les cheveux longs et catogans sont fréquents. En outre, comme dans tout les mangas, les traits européens, ou supposés tels, y sont accentués, grands yeux, nez et mentons pointus...
Certaine conventions graphiques propre à cette littérature dessinée sont utiles à connaître pour bien pénétrer dans les histoires; comme celle de voir apparaître des fleurs dans les moments de tendresse entre deux personnages.

couplecolor
Les “adultes” quand ils ne sont plus jeunes, donc plus désirables selon les canons du yaoi, n’interviennent dans le scénario (ils sont souvent absent du dessin) que comme “bifurcateur” de l’histoire, presque toujours comme obstacle à l’ idylle de deux tourtereaux comme c’est d’ailleurs le cas dans “color”.
On arrive ainsi à des scénarios qui reprennent toutes les ficelles et ressorts du mélodrame et du feuilleton du XIX ème siècle. Le manga doit beaucoup à la littérature française post romantique et à Dickens et ses épigones. Comme par exemple celle de faire d’un des deux garçons un rejeton d’une famille fortunée, alors que son amoureux est une pauvresse!
Le hasard est un des grands pourvoyeurs des scénarios; comme ici le fait que nos deux peintres en herbe se retrouvent miraculeusement dans le même lycée.
Venons en maintenant à l’aspect sexuel de la chose, “Color” est un yaoi tiède; on s’y encastre tardivement et dans l’ellipse, c’est le cas dans la majorité de la production (mais pas toujours il y en aussi de fort chauds)...

mainscolor
Très souvent dans le yaoi on se tourne longuement autour avant de conclure physiquement, ce qui n’est pas une règle, dans certaines histoire un simple baiser suffit à la félicité des amoureux.  A noter qu’un yaoi qui se limite aux baisers (et encore) est appelé « shonen-aï » soit littéralement amour entre garçons, ce qu’est presque color, alors que le terme yaoi concerne généralement des mangas un peu plus chauds.
Le yaoi a la singularité de présenter un modèle inédit dans sa représentation sous nos cieux de la relation homosexuelle, celle que l’on peut qualifier d’amour courtois. 
Michel Foucault explique très clairement, dans les lignes suivantes pourquoi l’amour courtois en occident, et donc ses transcriptions artistiques, est uniquement hétérosexuelle: << Pour les Grecs, l’amour courtois entre hommes était plus important qu'entre hommes et femmes. Rappelez-vous Socrate et Alcibiade. Mais la culture occidentale chrétienne bannissant l'homosexualité,     celle-ci se concentre sur l'acte sexuel. Les homosexuels ne pouvaient pas élaborer un système d'amour courtois parce que l'expression culturelle d'une telle élaboration leur     était interdite. Le coup d'oeil dans la rue, la décision au quart de seconde, la vitesse à laquelle les relations homosexuelles sont consommées, tout cela est le produit d'une interdiction. Aussi, lorsque une culture et une littérature homosexuelles se sont développées, il était normal qu'elles se concentrent sur l'aspect le plus ardent des relations homosexuelles.>>.

sexe2
L’orient n’ayant pas connu la culpabilité judéo chrétienne à l’encontre de l’homosexualité s’y est développé, en marge certes , pensons aux communautés de samouraïs, une geste des amours gays pas seulement axée sur l’assouvissement sexuel.  Le Yaoi en est souvent une bonne illustration. En cela l’apport du yaoi n’est pas négligeable pour la construction d’un imaginaire gay moderne.

sexecolor

“Color” représente bien (malheureusement) le niveau moyen des yaois, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de perles dans le genre, je devrais y revenir sans tarder, et que ce livre ne soit qu’  un “harlequin” au pays du soleil levant; sous cet indéniable aspect se cache un récit émouvant dont le sous texte dénonce la pesanteur de la société normative. Les coeurs d’ artichaut se poigneront et en seront tout poignés.
 

Commentaires lors de la première édition de ce billet

J'avoue ne pas être convaincu par votre "l’apport du yaoi n’est pas négligeable pour la construction d’un imaginaire gay moderne". Après avoir lu un certain nombre de yaoi en français et en anglais, je ne peux que reconnaître ce que disent la plupart des lecteurs : le yaoi n'est pas "gay", au sens où il est, finalement, une transposition des relations hétéros très codées, sous la forme d'une version homme/homme (ou garçon/garçon...), version romantique et rassurante pour les lectrices à qui il est destiné. Parce que franchement, la plupart des yaoi que j'ai lus (sans prétendre être une autorité en la matière) sont plutôt insupportables pour un lecteur homo, malgré des côtés très divertissants. Cette insistance sur le "rôle" que joue chacun des deux protagonistes va totalement à l'encontre de ce qui me semble être ce que veulent vivre la plupart des homos contemporains : on n'est pas des hétéros, on n'a pas à reproduire le schéma traditionnel homme/femme=masculin/féminin=actif/passif, socialement ou sexuellement. 

Cela dit, il y a des mangas avec de chouettes persos vraiment homos, comme le Crash de Erica Sakurasawa, ou le River's Edge de Kyoko Okazaki.

Posté par François, 28 mars 2008 à 23:29

réponse à François

Voilà un commentaire pertinent néanmoins il faut se souvenir que le yaoi vient de la société japonaise qui est une société très codée (elle se veut d'ailleurs plus codée qu'elle l'est réellement). D'autre part ce qui me parait interessant dans le yaoi c'est que celui-ci donne une autre image de l'homosexualité que celle véhiculée par le monde occidental d'autant que cette dernière est passablement confisquée par les "idéologies progressistes", faisant du gay obligatoirement une sorte de militant ce qui est loin de correspondre à la réalité.
Posté par BA, 29 mars 2008 à 07:21
Tout à fait d'accord avec vous sur le fait que tous les homos ne sont pas des militants.
Mais ça n'empêche que le yaoi est un genre représentant des fantasmes, féminins et hétéros, et que si un lecteur homo cherche des histoires de romances (plus ou moins chaudes), il risque d'être largement déçu par ces mangas-là, me semble-t-il. Le yaoi a aussi peu à voir avec la réalité des homos que les histoires pour mecs hétéros mettant en scène des lesbiennes.

Posté par François, 29 mars 2008 à 09:10
ce billet a été écrit il y a trois ans et demi. Depuis le yaoi a pris quantativement une grande place dans l'édition du manga en France. Malheureusement quantité n'y rime pas toujours avec qualité

Publié dans Bande-dessinée

Commenter cet article

xristophe 22/11/2013 16:28

OK, d'accord ! ... Je me disais aussi... (C'est vrai, avec les alchimistes...) Merci Sixte, mersixte... (N'est-ce pas aussi parce que vous dites "conformité" au lieu de "conformisme" ?) (Un rien me
bloque - la comprenette)(Pourriez-vous pas quand même ré-espiquer complètement ?!?!...)

Sixte 22/11/2013 02:44

Mais, Xrist, parce que les garçons ne seront jamais des "femmes fontaines", un phénomène si répandu au Japon :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Éjaculation_féminine
et parce que les alchimistes ont toujours distingué la voie sèche de la voie humide.

xristophe 21/11/2013 18:24

Pourquoi c'est pas normal une effusion liquide chez le garçon "passif" ? En quoi est-ce raidigénitoire que de montrer cela ?

lesdiagonalesdutemps 21/11/2013 18:46



Ce n'est pas rédibitoire pour moi mais il est vrai que c'est typiquement japonais. 



Sixte 21/11/2013 04:20

Il y'a aussi beaucoup de corbeaux dans les mangas japonais. Et non, je ne me souviens pas de quel blog était la photos du corbeau au miroir, et après tout peut-être était-ce un autre photographe
que vous car il me semble qu'elle s'accompagnait de toute une séquence. D'un autre côté, si l'on calcule la probabilité pour qu'un corbeau se mire dans un rétroviseur, et multiplions par celle
qu'un photographe habile soit là et en fasse un beau cliché, on ne sera pas loin de ... zéro.
Pour votre présentation du manga "yaois", vous soulignez très justement que cela s'adresse à des jeunes filles. Et vous omettez un détail essentiel et quasi rédhibitoire (joli mot), qui est une
effusion liquide chez le garçon "passif" ! C'est ahurissant mais correspond bien à la conformité sexuelle du genre féminin au Japon.

lesdiagonalesdutemps 21/11/2013 07:19



subtile remarque à propos des yaois. 



Djou63 09/04/2012 18:47

Je tiens à rappeler que le yaoi n'est pas destiné aux gays, bien au contraire, puisqu'une autre catégorie de manga existe : le bara. Le bara étant une représentation beaucoup plus réel et
clairement moins utopique des relations homosexuels entre hommes.

lesdiagonalesdutemps 09/04/2012 20:53



Le yaoi est en effet au Japon destiné principalement aux jeune fille et est dessiné presque exclusivement par des femmes. Le bara est quant à lui beaucoup plus rare.