Christopher Pierce

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Christopher Pierce, Of Clyde, Him, and Me, demo 25

autoportrait

 

Christopher Pierce est un de ces peintres américains contemporains qui revisitent consciencieusement l'art du portrait, privilégiant la figure masculine. Même si ce n'est pas son seul sujet. Il excelle également comme peintre de fleurs.

 

"Massimo Receiving the Letter" 31x25

 

"Jamie With Pumpkins" Oil

 

"At Home" 20x24

 

"The Reader" 24x18

 

"Male Nude" 12x9

 

"Male Nude" 9x12

 

"Male Nude Sitting on Stairs" 9x12

 

 

"Luke" 24"x18" Oil

 

"who me?" (self portrait)

 

"Bowler" 10x8

 

"Tim" 12x21

 

 

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.18.33.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.18.05.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.17.04.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.15.42.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.15.21.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.14.58.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.14.31.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.14.14.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.13.51.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.13.12.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.12.48.jpg

 

Capture-d-ecran-2012-11-20-a-08.12.19.jpg

 

mrsramseysshawl: Christopher Pierce (lives Shushan, NY), Wingback

 

 

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 06/09/2013 21:42

Absolument d'accord ; et surtout présenté comme vous le faites : le couple capitale/province, la fièvre louche des capitales, avec cette arrogance innée

lesdiagonalesdutemps 07/09/2013 07:39



la fièvre louche des capitales: belle formule



xristophe 06/09/2013 17:36

J'aime le "plus" sémantique du chien au garçon nu en slip la tête entre les mains - écoutant le concert de contrebasse... Sinon, toujours ce charme d'un art obsolète "américain" - ou "de provinces"
(françaises) (Je plaisante...)

lesdiagonalesdutemps 06/09/2013 18:12



Je ne sais pas s'il faut parler d'un art obsolète, je ne le crois pas, mais d'un art de province certainement en ce qu'il parait loin d'une agitation, d'un besoin de nouveauté qui a pris l'art
des capitales depuis bientôt deux siècles. Cet art de province n'a pas la même temporalité que ce que nous pouvons voir dans les foires commerciales d'art. Je pense néanmoins que cet est
nécessaire.