Christer Stromholm, Les amies de la place blanche

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 




La réédition "des amies de la Place Blanche" de Christer Stromholm est une bonne nouvelle car ce témoignage sensible d'un monde disparu des années 50 et 60, les travestis et les transsexuels de Pigalle, est un très grand livre de photographie. La réapparition de ce livre tombe au bon moment car pour encore quelques jours on peut visiter l'exposition Diane Arbus au Jeu de Paume qui entre autres a photographié des travestis. Si ces dernières photos sont parmi les meilleures de la photographe américaine c'est que l'on y perçoit une réelle empathie pour son sujet, ce qui n'est pas le cas pour nombre de ses clichés, néanmoins beaucoup moins que dans les image du suédois qui s'est immergé des mois dans le milieu qu'il a photographié, réalisant un travail aussi artistique que sociologique où la chaleur humaine est toujours présente. A propos de ce livre Hélène Hazéra a écrit: «un album de famille, témoin irremplaçable du temps où les premières trans parisiennes arpentaient le bitume ou faisaient la fortune des cabarets».
 




Christer Strömholm and Nana, Paris 1962 © Unknown 


Il Nait le 22 juillet 1918 à Stockholm, en Suède. Après le divorce de ses parents, Christer doit partager son existence entre deux familles. Le père de Christer, officier dans la cavalerie suédoise, change souvent de lieu d'affectation en Suède. Il se suicide en 1934. De 1935 à 1937 Christer part étudier en Allemagne d'abord à Sangerhausen puis à Dresde à l'école d'art du professeur Waldemar Winkler. Il y a un différent avec le professeur à propos de Paul Klee et des artistes interdits du Bunhaus. Il quitte bientôt Dresde pour Paris où il étudie à l'Académie André Lhote. Il poursuit sa formation à Stockholm auprès d'Otto Skold. En 1938, il s'installe à Arles avec l'artiste suédois Dick Beer qui devient son mentor. Il effectue de brefs voyages en Espagne durant la guerre civile. Il séjourne également à Florence et à Rome où il étudie l'art, et aussi à Paris, Monte-Carlo, Marseille et Tunis. En 1940 Il rentre en Suède pour accomplir son service militaire. Il se porte volontaire pour "la guerre hivernale" en Finlande. Ensuite il se bat contre les allemands en Norvège. Jusqu'en 1945, il sert d'agent de liaison entre la Suède (neutre) et la résistance norvégienne, il sera décoré pour ces faits, tout en continuant ses études de peinture, à Stockholm avec Otte Skold et à l'académie libre dirigée par Lennart Rodhe et Isaac Grunwald. En 1943, il travaille comme décorateur pour l'Opéra royal de Suède et le théâtre royal. En 1947, il déménage à Paris où il s'inscrit aux Beaux Art, là il découvre la photographie. S'il commence les années suivantes à photographier en professionnel, il continue à peindre et pratique aussi la céramique qu'il étudie à Faenza. De 1950 à 1953, il est membre du groupe allemand Fotoform pour "la photographie subjective". En 1956, avec Peter Weiss, il filme Ansikten i skugga (visages dans l'ombre), un documentaire tourné en 16 mm montrant les habitués des bistrots de la vieille ville de Stockholm. A partir de 1956, il fait la connaissance des transsexuels qui fréquentent la Place Blanche. De 1958 à 1960 pour vivre et voyager il sert de guide pour des touristes scandinaves en Espagne.

Capture-d-ecran-2012-02-01-a-09.35.33.jpg
image du Japon
En 1962, il voyage au Japon. En 1966, il joue le rôle principal dans le film de Jan Myrdal et Rune Hassner, intitulé Myglaren (Le Pistonné).  De 1962 à 1974, il est nommé directeur de l'école de photographie de Stockholm. Durant cette période il fait de fréquents aller et retour entre Stockholm et Paris où il habite dans le VI ème arrondissement. En 1977, il crée des images surréalistes
à l'aide de polaroid grand format.

Capture-d-ecran-2012-02-01-a-09.28.31.jpg
En 1978, il rentre à Stockholm où il est reconnu comme un grand photographe. Cette reconnaissance ne l'empêche pas de continuer ses recherches photographiques. En 1985, une grande exposition lui est consacrée au Musée d'Art Moderne de Stockholm. A partir de 2000, il s'installe sur cote ouest de la Suède où il continue à travailler sur deux livre, "Le testament" et "Phaidon 55". Il meurt le 11 janvier 2002.

 

 

 

 

 

 


 
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.06.32.jpg

Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.06.15.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.05.38.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.05.24.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.05.08.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.04.51.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.04.34.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.04.16.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.03.52.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.03.35.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.03.14.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.01.06.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-09.27.13.jpg
Capture-d-ecran-2012-02-01-a-08.00.50.jpg
Nota: On peut voir d'autres images du photographe aux adresses suivantes: 

www.stromholm.com/Official homepage for photograper Christer Strömholm

Agence VU - Christer Strömholm

 

Publié dans photographe

Commenter cet article