Céline et Bébert

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Louis-Ferdinand-CelineCéline et Bébert.
Vous allez sans doute être liquidé à la libération, et vous l’aurez bien cherché et je ne verserai pas une larme, mais vous pouvez mourir en paix, sachez que je suis prêt à recueillir Bébert, qui seul m’importe.

Lettre à Céline
Ah quelle belle nouvelle, il y avait des "résistants" qui aimaient les chats. Je crois que je serais flingué en paix si je savais que l'on prendrait soin de mon chat qui sans doute n'a pas les mêmes opinions politiques que moi... 

Publié dans livre

Commenter cet article