Bryan Mc Cormack, Les sons de ma vie, installation au Centre Pompidou

Publié le par lesdiagonalesdutemps

DSC02795.JPG

 

DSC02803.JPG

 

DSC02804.jpg

 

DSC02792.JPG

 

DSC02791.jpg

 

DSC02790.JPG

 

DSC02805.JPG

 

DSC02789.JPG

 

DSC02788-copie-1.JPG

 

DSC02787.JPG

 

DSC02806.jpg

 

DSC02807.JPG

 

DSC02808.jpg

 

DSC02809.jpg

 

DSC02810.JPG

 

DSC02811.JPG

 

DSC02812.JPG

Paris, décembre 2011

 

Cette installation du plasticien irlandais Bryan Mc Cormack véritable ode à la vie et au préservatif se déploie à chaque palier du grand escalator du centre Pompidou qui mène tout en haut du musée, aux salles dévolues aux expositions temporaires. L'oeuvre est composée de tubes en plastique rigide figurant des préservatifs et aussi des sexes masculins en érection. Ils sont d'une couleur différente à chaque niveau, couleurs qui rappellent celle du drapeau gay. Le préservatif devenant icone et se démultipliant, sorti de son contexte s'offre à voir d'une manière totalement nouvelle au spectateur qui ainsi l'envisage sous un jour différent.

Par ailleurs, des spots de couleurs éclairent les escalators eux-même tandis qu’à chaque étage résonne le rythme cardiaque de personnes d’âges différents. Il faut bien tendre l'oreille. Plus on s’élève, plus l’âge du cœur est élevé. A l’étage rose, le premier, l’artiste fait entendre «les battements très rapides d’un foetus dans le ventre de sa mère». L’étage suivant, c’est le cœur d’un enfant de sept ans qui bat. Au sommet, c’est celui de l’artiste lui même, 39 ans, qui accompagne les visiteurs.

Le Centre Pompidou est partenaire de AIDS pour la collecte de fonds 2011 en faveur de la recherche contre le SIDA

Commenter cet article