Betty, une idole adolescente du début du 19ème siècle

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

William Henry West Betty par John Opie huile sur toile, 1804


Il est faux de penser que le phénomène des idoles adolescentes a émergé récemment ou qu'il est né avec le cinéma, Betty en est la preuve. Il fut peut-être le premier, et certainement un des plus brillants, des enfants prodiges dont la brève carrière  refléte leur dépendance par rapport à la mode Master Betty est né William Henry West Betty le 13 Septembre 1791 a Shrewsbury dans une famille financièrement à l'aiseAprès avoir vu sa première pièce, Pizarro, avec Sarah Siddons dans le rôle d'Elvira, il a annoncé à ses parents qu'il voulait être acteur. Il fut, et de loin le plus populaire des enfants acteurs du XIXe siècle. Il fut présenté comme le nouveau Roscius en référence à l'acteur romain du premier siècle avant JC. Betty se rendit célèbre par ses performances dans des rôles habituellement réservé aux adultes, comme ceux d'Hamlet, Romeo, Rolla Pizarro... L'apogée de sa gloire furent les deux saisons de 1804 à 1806 au Covent Garden Theatre.  


William Henry West Betty avec Lady Randolph dans une scène de "Douglas" en 1806



 

M. Hough de Belfast est devenu le tuteur du garçons et le gestionnaire de ses cachets qui n'étaient pas minces. On peut voir M. Hough comme une sorte de Barnum anglais. Il était très fort pour faire la promotion de Master Betty dans la ville où il allait jouer avant l'arrivée de garçon, ce qui parfois provoquait une hystérie que l'on peut rapprochée avec celle que provoquait dans les années soixante les Beatles. En août 1803, le jeune prodige fait ses débuts en publics à Belfast dans le rôle d'Osman dans le Zaïre de Voltaire. Les critiques de l'époque indiquent qu'il a joué ce rôle qui comporte beaucoup de texte sans une erreur. Il enchaina cette performance par les rôles du jeune Norval et de Romeo. il joue ses rôles à Dublin, Glasgow, Edimbourg. Les critiques sont dithyrambiques. La tournée de Betty connait un énorme succès. Le battage médiatique par la presse, le bouche à oreille, et la  stratégie déployée par Hough, précède l'acteur dans les villes dans lesquelles il joue. Après ses performances à Birmingham et de nombreuses villes, William Betty décida de se produire à Londres.

 


Betty, Henry William West - Kippen


Le 1 Décembre 1804, il fait ses débuts à Londres. La foule s'est rassemblées devant Covent Garden Theatre dès le matin; l'après-midi, la police est appelée pour contenir la foule. A son arrivée Betty, est accueilli par un tonnerre d'applaudissements. Pour sa première prestation à Londres il interprète le rôle de Selim dans Barbarossa Browne, une imitation du Mérope de Voltaire. Certaines personnes dans le public se sont évanouies... Les critiques entrent en compétition pour les superlatifs sur la prestation du garçon dans leurs commentaires. 


William Henry West Betty aquarelle sur ivoire datant de 1806



 

Des violence a éclatèrent lors des représentations suivante causées par des spectateurs enthousiastes qui ne pouvaient entrer dans le théâtre dans lesquels jouait le garçon. Sa popularité était si grande que des stars du théâtre d'alors comme John Philip Kemble et Sarah Siddons entrèrent dans une brève retraite plutôt que de tenter de rivaliser avec lui. Pitt leva une séance à la Chambre des communes plus tôt que prévu pour que ses  membres puissent assister à temps à la performance de Betty.



Le jeune Roscius et Don Juan sur le Pegase du théâtre.




 

Le garçon se met à fréquenter l'élite anglaise. George III lui-même le présente à la reine. Il est invité à dîner avec le roi. A cette occasion la foule assiège son hôtel. De nombreux célèbres artistes d'alors peignent son portrait sur la toile; des médailles a son effigie sont frappées, et différents souvenirs représentant Betty apparaissent dans de nombreux magasins. Deux grands portraits de lui sont accrochés à la Royal Academy en 1805 l'exposition. 

 



William Henry West Betty en Young Norval dans Douglas de James Heath, d'après la gravure de John Opie, publiée en 1807



 

Quand il tomba malade d'épuisement, Betty a fait l'objet d'une grande préoccupation.Un bulletin quotidien décrivant son état, ce qui est habituellement le privilège de la royauté, était émis pour rassurer le public inquiet.


Pug. le chien favori de Betty Hy. Dédié aux Amis du nouveau Roscius par Barnard Chalon.



 

La frénésie du public crée de la frustration et la gêne pour les artistes établis qui reçoivent des sifflets et peu d'engagement. Sarah Siddons et ses frères John et Charles acteurs très célèbre de l'époque ont été parmi les victimes des admirateurs de Betty William. Mme Inchbald, critique respecté du moment a écrit que l'engouement de la multitude pour le jeune acteur est si forte que même une nouvelle pièce de Shakespeare ne serait pas digne de lui. Betty devient très riche. Master Betty, au fait de célébrité, obtenait la somme un inouïe de 100 livres pour chaque représentation alors que le salaire moyen d'un ouvrier était d' 1 livre par semaine. 



L'acteur William Henry West Betty 1791-1874, une peinture de Andrew Geddes.



 

On sait bien que le public se fatigue vite de la nouveauté. Il se retourne rapidement et il retourna à ses anciennes admirations pour les grands acteurs et actrices adultes. En 1806, William Betty n'a pas attiré assez de public pour que les théâtres où il joue gagne de l'argent. Sa performance en Richard III  a été un échec complet. il a été sifflé à sa sortie de scène. il a 15 ans alors, ce qui est tout de même assez difficile à imaginer un garçon de cet âge se colletant à un rôle aussi écrasant et en outre sans aucun rapport avec l'âge du personnage historique au moment des évènements que met en scène la pièce.


 

Gravure représentant Henry West Betty  par Northcote



 

Après avoir quitté la scène à Londres pour une tournée dans les provinces anglaises qui connait un grand succés, Master Betty entre au Christ's College de Cambridge. Il est réapparu quatre ans plus tard, mais le public ne voulait pas de luiQuelques années plus tard, insatisfait de sa retraite et voyant la fortune acquise dans sa jeunesse, diminuée, il tente en vain de reprendre sa carrière d'acteur. Sa tentative infructueuse de retour sur la scène le conduit à une tentative de suicide à l'âge de 30 ans. Après son départ en retraite de la scène, cette fois définitive en 1824 de la scène, il s' implique dans de nombreuses oeuvres de bienfaisance. Il a vécu jusqu'à 83 ans . Il est décédé le Ampthill Square à Londres le  24 août 1874 . Son fils Henry Thomas Betty (1819-1897) a été aussi acteur avec beaucoup moins de succès que son père.
William Henry Betty West a-t-il été l'acteur le plus talentueux de son époque, ou la "mania Betty" a-t-elle été simplement le résultat d'une "super hype"? 





William Henry West Betty en Hamlet par James Heath, d'après la gravure James Northcote, 1806

Publié dans adolescent

Commenter cet article

Jean 09/09/2011 11:49


Très intéressant, votre culture garçonnière semble infinie...
Quant au "Liseur" ma première lecture date de ma prime adolescence Et c'est justement la simplicité de la forme&du récit qui m'a enthousiasmé ; l'ayant relu après avoir visionné le film mon
avis premier demeure, le film manque de souffle et de cohérence à mon goût j'ai tout de même apprécié et passé un agréable moment Mais peu d'émotion. Bien à vous.


lesdiagonalesdutemps 09/09/2011 12:36



ma culture garçonnière comme pour les autres thèmes que j'aborde ici est loin d'être infini mais je m'informe et puis j'aime bien l'Angleterre (où en ce moment certaines personnes ne m'aiment pas
beaucoup...


En ce qui concerne le liseur je crois me souvenir qu'à l'origine c'était un roman destiné à l'adolescence, d'où sans doute sa forme que je persiste à penser un peu simpliste. mais c'est un
ouvrage à lire et à faire lire. Je suis peut être en effet un peu trop gentil pour ce film car lorsqu'il est sorti, il a été descendu par la critique, ce que je trouvais injuste.