Auguste-Alexandre Hirsch (Lyon 1833-1912 Paris), L'enfant avec un lézard, 1860

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 25/04/2014 19:11

Et, certes, il n'est parlé ici que des "images", en oubliant le "signifiant" peinture - que je ne connais pas... et qui arrive à l'écran qqfois fort dégradé (toujours ? pas sûr) Ce sont images
d'images (comme François Bayle parle d' "images de sons" pour la musique acousmatique.) Et mes remarques sont toujours partielles, défectives, voire et sans plus peut-être "provocantes"... Mais nul
ne relève la touche de piment sémantique (côté non "signifiant" mais "signifié") du "lézard mordeur" - double : dans Caravage, si l'on veut allusion, au vrai lézard, la bête, qui mord un jeune
garçon ; ici caressé comme un sexe - minuscule - de jeune garçon. (Il est vrai que : "mordeur", ce serait plutôt le sexe peut-être féminin, que l'on pourrait dire l'être - mordeur)

lesdiagonalesdutemps 25/04/2014 22:10



Pour revenir à des chose plus simple, il est très juste de rappeler que ce que l'on voit sur l'écran ne sont que des images d'images et qu'il est toujours important de voir les oeuvres originales
dans un face à face.



Ismau 24/04/2014 22:23

Que ce Sujet soit aussi charmant, sinon beaucoup plus ... qu'une quelconque Vénus - soit ! Hirsch ne rivalise pas pour autant avec Ingres ou Botticelli ! Ou alors ce serait confondre la peinture
avec une image, et oublier l'essentiel qu'est la richesse ou la magie de la matière picturale.
Mais c'est prosaïquement la curieuse altération du tableau, pourtant relativement récent, qui a retenu mon attention : toutes ces craquelures, ces embues, et surtout en effet cet étrange
barbouillage du pubis ( repeint de pudeur effacé ? ) En cherchant, je n'ai trouvé que plus de mystère . Ce tableau a une histoire romanesque au moins depuis la dernière guerre, puisqu'il a été
retrouvé récemment en 2009 dans un grenier ou il y avait été abandonné par les allemands, avec d'autres oeuvres spoliées .
http://plundered-art.blogspot.fr/2013/08/un-exemple-atypique-de-restitution.html
J'ai aussi trouvé une image qui ne montre plus ce « barbouillage », mais elle a sans doute été retouchée :
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alexandre-Auguste_Hirsch_-_L'enfant_au_l%C3%A9zard,_1860.jpg
Ce tableau a été vendu aux enchères en 2012 .

lesdiagonalesdutemps 25/04/2014 07:20



merci pour toutes ces informations. Il est évident que Hirsch n'est pas Botticelli, il reste que ce tableau n'est pas pour autant négligeable et est à replacé dans son époque et dans son contexte
artistique et historique, ce qu'il faut à mon sens toujours faire.



Jean-Claude 24/04/2014 09:26

Joli tableau, mais je trouve que la pilosité pubienne est peinte d'une manière assez déconcertante !

xristophe 24/04/2014 01:44

Bcp mieux que "la Source" d'Ingres... cet autre "nu allégorique"... Et vénusté supérieure à "La naissance de Vénus" ... Plus l'adjuvant gentil du tout petit symbole mordeur (doublant l'original)
déjà peint dans un Caravage... (Bravo - surtout si ce chef d'œuvre est inconnu)

lesdiagonalesdutemps 24/04/2014 07:08



Il n'est pas très connu. Je ne connais pas d'ailleurs sa localisation.