Au-delà du street art au musée de la Poste

Publié le par lesdiagonalesdutemps

DSC06885.jpg

 

Le musée de la poste rend hommage au street art français. C'est une incontestable réussite. On peut discuter du choix des artistes présentés, même si tous ceux qui sont présents sont légitime, mais on peut  regretter l'absence de certains artistes comme Mosko et compagnie, Nemo et la modestie de la présence des précurseurs que furent Ernest-Pignon-Ernest, représenté que par une photo, de Blek le rat et  Zlotykamiens une oeuvre chacun, rien en revanche sur Speedy Graphito qui il est vrai a aujourd'hui complètement quitté la rue pour ne s'exposer qu'en galerie..

 

DSC06833.jpg

Blek le rat

 

PICT0026.JPG

 

J'ai photographié le pochoir ci-dessus, signé Blek à Paris en 1985.

.

DSC06834.JPG

.

DSC06835.JPG

.

L'homme blanc de Mesnager court saute grimpe dans les rue de Paris et d'ailleurs depuis 1981. Il est ici peint sur un sac postal, dorénavant appartenant au musée de la Poste.


DSC06836.jpg

 

C'est souvent que l'on peut croiser les portraits de célébrités traités au pochoir par Jef Aérosol, ici Woody Allen.

 

.

DSC06837.JPG

Miss Tic

 

Miss Tic a emprunté son pseudonyme à la sorcière de l'oncle Picsou. Voilà bien des années qu'elle laisse sa trace élégante sur les murs de Paris. Elle accompagne ses pochoirs représentant des autoportraits quand ce n'est pas son chat Milord ou des images de personnages célèbre tels que Marguerite Duras, Marilyn Monroe, Janis Joplin ou encore Léo Ferré d'aphorismes.. Elle varie les support murs, palissades mais aussi éléments d'affiches.

maou-0972.jpg

 

Ci-dessus, Marguerite Duras vue par Miss-Tic et que j'ai photographié sur un mur de saint Germain des prés l'été 2010.

DSC06840.JPG

.

DSC06842.jpg

.

DSC06843.jpg

 

DSC06841.jpg.

DSC06844.JPG

.

DSC06845.JPG

.

DSC06881.jpg

 

Christian Guémy est né en 1973. Il vit et travaille à Vitry sur Seine. Il signe C215. Le portrait est son sujet de prédilection. Il fabrique ses pochoirs d'après des photographies qu'il peint encore plus que sur des murs sur des objets urbains comme boites aux lettres, bornes, bidons...

.

DSC06846.jpg

 

Invader est né en 1969. Dès la fin des années 90, il entame un jeu vidéo à l'échelle mondiale. Ses space invader sont sortis du jeu vidéo éponyme des années 70. Ils se matérialisent par des carreaux de mosaique dans les villes du monde entier.

<< Chaque space invader que l'on croise n'est pas une simple mosaique placée là mais l'élément d'un méta-réseau à l'échelle de la planète.>> Invader

 

DSC06849.JPG

 

DSC06847.jpg

 

DSC06848.jpg

 

DSC06850.jpg

 

Invader poursuit son travail sur la pixellisation en créant des tableaux objets en trois dimensions avec des Rubik's Cubes.

.

DSC06851.jpg

.

DSC06852.jpg

.

DSC06855.JPG

.

Alexandre Farto dit Vhils est né en 1987. Il vit et travaille à Lisbonne et à Londres. Il creuse les différente strate du support que ce soit le papier ou la pierre cette fois avec le burin ou le marteau-piqueur. Il peut aussi se servir d'acide ou d'eau de javel celon le support.

.

DSC06853.JPG

.

DSC06854.jpg

.

Swoon est une américaine qui vit et travaille à Brooklyn. De ses voyages Swoon rapporte des photographies et des croquis. Elle grave les portrait sur linoléum et les imprime sur Mylar qui est solide et aussi transparent que du papier calque. Elle contre colle parfois le résultat sur des éléments de récupération.


.

DSC06856.jpg

.

De Shepard Fairey, alias Obey, né à Los Angeles où il vit et travaille, on connait surtout en France son célébrissime portrait d'Obama mais à travers ses oeuvres Obey amène à une réflexion sur les mécaniques du pouvoir. Il dénonce la manipulation médiatique, l'omniprésence publicitaire, prône la paix et la liberté d'expression avec des symboles récurrents comme "l'oeil" de Big Brother ou la femme en rouge. Il privilégie l'affichage dans lequel il reprend les codes de la propagande russe et chinoise en termes de couleurs et de formes géométriques en plaçant le personnage au coeur de son oeuvre tel un héros.


DSC06857.jpg

.

DSC06858.JPG

.

DSC06859.jpg

.

DSC06883.JPG

.

maou-1470.jpg

.

DSC06860.JPG

.

Banksy est la star du street art. Il dépose ses pochoir humoristique et caustique sur les mur du monde entier. Il revendique la liberté et la justice en détournant les situation par exemple sur un de ses pochoirs on voit des enfants fouiller un policier.


DSC06861.jpg

.

DSC06862.JPG

.

DSC06863.JPG

.

DSC06864.jpg

.

DSC06872.JPG

 

Banksy est également maitre du détournement comme le prouve ces faux timbres et billets de banque. 

.

DSC06865.jpg

Dran.

Dran qui est né en 1980 à Toulouse a été remarqué et soutenu par Bansky, c'est l'artiste que je préfère dans cette exposition, a un oeil critique sur la société contemporaine, à l'image de ce SDF bientôt  retiré du décor par un coup de peinture blanche dans "ville propre", datant de 2011 (immédiatement ci-dessous).


DSC06867.JPG

Cordoue, 1910

.

Les habitués du blog savent que lorsque je croise une fresque peinte sur un mur d'une cité où je périgrine, je ne manque pas de la photographier. J'ai ainsi reconnu, par le biais d'une photo (voir immédiatement cidessus) présentant une création de Dran, un dessin que j'avais photographié à Cordoue en avril 2011 (voir immédiatement ci-dessous).


DSCN0430.JPG

.

Capture-d-ecran-2013-02-18-a-11.00.51.png

.

DSC06868.JPG

Dran.

DSC06869.jpg

Dran.

Dran à propos de son travail déclare: << Les enfant de mes dessins s'évadent en rêvant. Avec leur imagination, ils ne sont plus seuls. Le street art perpétue ce coté polisson et permet la camaraderie, la récréation et l'adrénaline. Dans mes dessins, je parle de la société et quand c'est pour alerter, là, on a le droit d'être méchant.>>.

Dran s'inspire (et détourne) aussi bien de bandes dessinées célèbres que de vieille publicité comme celle de la peinture Valentin où l'on voyait, encore lorsque j'étais enfant sur les murs de Paris, trois peintres se peignant le dos mutuellement (voir ci-dessous).


DSC06871.JPG

 

RIPOLIN

.

maou-1474.jpg

.

Dran n'hésite pas à être corrosif comme dans ce détournement d'une couverture d'un album des aventures du Tintin d'Hergé où il fustige le grêvisme français, celui des privilégiés qui touche surtout les plus défavorisés ou sur ce dessin intitulé "Une croute" datant de 2010 fait sur un carton de pizza dans lequel il exprime sa critique de l'Art contemporain.

.

DSC06874.JPG

.

DSC06877.jpg

.

Ludo qui s'est choisi le vert, comme Klein le bleu, est né en 1976. Il vit et travaille à Paris. Son univers est à la fois minéral et végétal. Il joue sur les rapport d'échelle avec ses insectes gigantesques.

.

DSC06875.JPG

.

DSC06876.JPG

 

L'Atlas est un parisien né en 1978. Il invente des labyrinthes à l'aide de ruban adhésif noir, de tampons et de peintures. Il est en quête d'une écriture universelle recherche qui a pris racine dans son apprentissage de la calligraphie géométrique kufi.

.

DSC06878.JPG

.

DSC06879.JPG

 

Rero qui vit et travaille à Paris où il est né en 1983 travaille sur l'écriture. Ses messages sont systématiquement barrés et réalisés au pochoir dans une police de caractère Verdana (comme le blog) qu'il considère affranchie de tout a priori et connotation. En travaillant sur la négation, il soumet ses mots à notre interprétation. Nous sommes à mi-chemin entre le street art et l'art conceptuel.

.

.

DSC06884.jpg

Paris, février 2013    


 

Au musée de la Poste à Paris jusqu'au 15 mars

 

Street art sur le blog: street art à Montreuil,  Mosko et associés ou le street art français sur les murs de La Havane,  street art bruxellois,  Street art à Londres,  Le général Lee (?) en prison rue Vaneau,  Une après-midi le long du canal saint-Martin,  Einstein se promène rue de Buci,  Street art à Lisbonne,  Les monstres sont entrés dans Paris,  Pochoir parisien,  skate et street art au bord de la Tamise,  street art londonien,  Salvador Escalona, maitre du street art à La Havanestreet art, à La Havane,  street art, dans le XX ème,  Street art, Alechinsky rue Descartes,  street art, un serpentaire rue de Sèvres,  Street art à Cordoue,  chat et street art à Grenade,  street art à Sévillestreet art et garçons à Tokyo,  street art rue des rosiers,  street art du coté du XIX ème arrondissement,  Street art dans le XX ème arrondissement de Paris au dernier jour de l'année 2011,  street art parisien, 1985, signé Blek,  street art entre Bastille et Marais,  street art à Christiana, Copenhaguestreet art parisien,  street art sètois,  street art par Philippe Le Grand,  Street art parisien, septembre 2012 Les vitrines de Majane Satrapi illustrant l'anniversaire du Bon Marché hommage du street art parisien à Chris Marker,  street art à Bilbao,  street art à BariAu-delà du street art au musée de la Poste

Commenter cet article

xristophe 18/02/2013 20:26

Rien à tirer à mon humble avis du street art, sinon un fond talentueux photographique dans un musée pour un jeune garçon en belles baskets noires...

lesdiagonalesdutemps 18/02/2013 22:06



Cette fois je n'adhère pas du tout à votre propos allez donc voir mes nombreux billets sur le sujet. Ils vous ferobt peut être changer d'avis, ceci dit dans le street art il y a du pire et du
meilleur surtout du pire mais pas plus que dans la peinture de chevalet (et pas moins).