Antinous en ange gardien au Pergamon de Berlin

Publié le par lesdiagonalesdutemps

011

012

013

014

015

016

017

018

021019

022

024025

Photos Luclebelge

 

Note technique

Berlin, Pergamon Museum, Antikensammlung Inv. N° Sk 361. Antinoos en Agathodémon. Statue acéphale complétée avec une tête d'Antinoüs ne lui appartenant pas. Acquise du temps de Frédéric II le Grand, vers 1760, auprès de l'atelier du sculpteur Cavaceppi, à Rome, et exposée devant le Nouveau Palais, à Potsdam. Dans l'Altes Museum depuis 1830. «Eine bedeutende Zierde der königlichen preussischen Sammlung» (Konrad Levezow, 1808).

Qu'est ce qu'un Agathodaimon / Agathodémon?

Description : Protecteur mythique d'Alexandrie où un sanctuaire lui était consacré. Il a été perçu en Egypte, hors d'Alexandrie, comme une forme du serpent primordial Kematef ; par cette assimilation, il est devenu le serpent protecteur du foyer en général. 

D'une manière générale, l'Egypte a toujours connu ces génies bienveillants, tels Chaï, Bès ou Renenoutet, lesquels sont aussi des entités du panthéon. Le terme est devenu générique et désigne les génies ou entités bienfaisantes ; chaque nome avait le sien. On pensait également que chaque individu avait un bon (Agathodaïmon) et un mauvais (Cacodaïmon) génie, attaché à lui depuis la naissance et qui était à l'origine de ses pulsions. Il avait la forme d'un serpent à tête humaine.

Les Grecs croyait qu'Agathodaïmon était le protecteur des vignes et des champs de maïs, et il l'honorait en buvant un verre de vin après le repas. Ils le représentait comme un serpent et parfois comme un jeune homme tenant une corne d'abondance, un bol et des épis de blé.


Publié dans sculpture

Commenter cet article