ANDRE'S MOTHER (L'AMI DE MON FILS)

Publié le par lesdiagonalesdutemps


Fiche technique :
Avec Sylvia, Sidney, Sada Thompson, Richard Thomas, Richard Venture, Haviland Morris, Conan Mc Carty. 

 

Réalisation : Deborah Reinisch. Scénario : Terrance McNally. Images : Bobby Bukowski. Musique originale : Jonathan Sheffer. Son : Laura Civiello. Montage : Jeffrey Wolf.


USA, 1990Durée : 49 mn. Disponible en V0.


 

Résumé :
À New York, lors des obsèques d’André, un jeune acteur mort du sida, la rencontre difficile entre la mère du défunt, murée dans ses principe et Cal l’amant du jeune homme.


Image_11


L’avis de Bernard Alapetite :
Le film est l’itinéraire d’une rencontre : celle de la mère du mort et de son amant. Tout sépare ces deux êtres que ne rapproche que l’indicible douleur d’avoir perdu l’être aimé. La très efficace réalisation capte bien les refus, la douleur autiste de cette mère qui n’a jamais voulu accepter l’homosexualité de son fils. Elle s’aperçoit à travers le chagrin qu’éprouvent les amis d’André qu’elle ne connaissait pas son enfant qui lui a caché jusqu’au bout sa maladie.


Image_5
Le film est construit en une alternance entre le présent, les obsèques d’André, et des remémorations, traitées en flash-back, de sa mère pendant la cérémonie.
Elle se souvient de ses précédentes rencontres avec l'amant de son fils, de sa propre mère avec qui elle avait des relations difficiles et qui, elle aussi, a disparu il y a quelques mois. Habilement, on ne verra André qu’en photo sur une table de chevet. On ne le connaîtra que par ce qu’en disent ses amis.


Image_14Image_19


La grande qualité du film est de ne pas tout donner au spectateur mais avec quelques indications, de lui permettre d’imaginer la vie des protagonistes, de se faire une idée de la vie de couple que menaient André et Cal, de s’émouvoir sur cette carrière d’acteur pour toujours incomplète de ce passionné de Shakespeare qui joua Hamlet et jamais n’incarnera le roi Lear... Chaque personnage garde sa part de mystère : quelle fut la vie de la mère et de la grand-mère de Cal ? Deux femmes bien différentes mais toutes deux remplies de regrets et d’amertume.


Image_91
Elle n’a jamais pu accepter le fait que son fils soit gay et, par conséquent, Cal représente tout ce qu'elle déteste et en même temps, comme elle le lui avoue presque à regret, elle a conscience que c’est quelqu’un de bien et que c’est lui et sa famille qui ont assisté son fils dans ses derniers instants.
Leur relation sera difficile et tourmentée. Katherine a perdu son fils. Cal a perdu son amant. Ensemble, ils vont rechercher une réconciliation, une compréhension de ce qu'est la vie avec, et sans, leur André mort du sida. Le lâcher des ballons blancs dans Central Park comme un dernier adieu les libérera-t-il ? Cal fera le dernier pas vers la mère d'André... Le ballon blanc s'élève, guidé par les vents au-dessus de Central Park à New York.


Image_12
Andre’s Mother est un film sans graisse mais il n’est pas sec. On peut aussi le définir par cette formule qui paraîtra pour beaucoup un oxymore : un mélodrame sobre. Il a été tourné alors que l’épidémie de sida faisait le plus de victimes. Il serait erroné de croire que son sujet appartient à une époque révolue ou est propre à l’Amérique. Souvenons-nous qu’en France, les nombreux cas de compagnons rejetés par les parents d’une victime du sida a été l’un des déclencheurs de la mise en œuvre du PACS. Au-delà de ces cas pas si particuliers malheureusement, le film décrit plus généralement l’aveuglement d’une mère devant la sexualité de son fils. On ne peut faire que le vœu pieux que les paroles de Cal à la mère d’André deviennent rapidement caduques : « Combien sommes-nous à vivre dans cette ville anonyme pour ne pas blesser nos mères ? »


Image_4
Les acteurs sont si vrais que le spectateur parfois se sent gêné de s’immiscer dans ce drame familial. Sada Thompson est inoubliable. On l’a vue la dernière fois dans la belle biopic Pollock où elle joue Stella Pollock. La grand-mère d’André, Sylvia Sidney (1910-1999) est une comédienne chevronnée, que l’on a pu voir dans un autre excellent film gay, An Early frost, mais aussi dans Beetlejuice, Mars Attacks !  et Soupçon d’Hitchcock en 1936.
Le scénariste Terrance McNally a obtenu un Tony Award pour le scénario d’un autre beau film gay, Love ! Valour ! Compassion !Andre’s Mother a reçu un Emmy Award.

Andre’s Mother est édité en DVD aux USA.

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article