A travers temps de Robert Charles Wilson

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 

Rien ne me rajeunit et me réjouit plus que de découvrir par hasard un auteur de moi inconnu, ce dernier peut être d'ailleurs très célèbre, comme c'est probablement le cas pour Robert Charles Wilson dont le quatrième de couverture de mon volume m'apprend qu'il a reçu de nombreux prix littéraires dont le prix Hugo qui est la plus grande distinction que peut recevoir un livre de Science-Fiction outre Atlantique.

Ce qui m'a fait rajouter « A travers temps » (en V.O., le roman s'appelle A Bridge of Years ; la traduction assurée par Gilles Goullet)dans ma besace, pourtant déjà bien pleine lors de ma visite au dernier Salon du livre, c'est donc cet alléchant quatrième de couverture qui me parlait de voyage dans le temps sans déflorer le suspense qui est grand de ce thriller temporel, je vais tenter de faire de même en souhaitant vous allécher à mon tour car le plaisir que procure la lecture de ce livre est grand.

Un jour de 1979 (le livre a été publiè en 1991, ce qu'il faut avoir à l'esprit durant toute sa lecture) Ben Collier faisant son jardin est assassiné sauvagement par un voyageur du temps, on découvre bientôt que la victime est aussi de cet espèce. Le tueur cache le corps dans la forêt voisine. Dix ans plus tard Tom Winter, tout juste séparé de sa femme décide de revenir dans sa ville natale, Belltower, dans l’État de Washington. Il acquiert la maison de Ben Collier. Bien vite Tom Winter s'aperçoit que sa nouvelle demeure possède des pouvoirs étranges. Intrigué il la fouille de fond en comble et tombe sur une porte fermant un tunnel. Celui-ci le conduira jusqu'à New-York en 1962! A partir de ce moment les événements se succèderont à un rythme effréné.

Ce livre m'a rappelé de vieux souvenirs de lecture. Il y a longtemps que j'ai délaissé la science-fiction même si j'y reviens ponctuellement de temps à autre. J'en étais jadis un grand consommateur. En lisant Robert-Charles Wilson je me suis donc remémoré Poul Anderson et sa « Patrouille du temps » et surtout « Au carrefour des étoiles » de Simark et son gardien puisque la suite des péripéties des aventures de Tom Winter, nous apprendra que Ben Collier était également un gardien de cette voie permettant d'accéder à un ailleurs temporel.

Rare dans ce genre de livre, les personnages sont d'une grande richesse psychologique en particulier Tom Winter qui est celui que nous suivons le plus, mais même le méchant a une réelle épaisseur.

L'intrigue permet à l'auteur de développer sa nostalgie pour les années 60 qu'il juge bien préférable à 1989 époque à laquelle se déroule le présent du roman. On peut penser que Stephen King avant d'écrire 22/11/63.

Si ce thriller est riche de rebondissement, Wilson termine chacun des courts chapitres par un suspense angoissant, il sait aussi ménager dans son récit des pauses bucoliques. L'auteurdéconstruit son récit de façon très habile. Il sait ensuite récupérer ses fils narratifs toujours à l'instant idoine, sans jamais perdre son lecteur.

Devant la qualité du scénario et la densité des personnage on comprend mal pourquoi un roman avec un tel potentiel cinématographique n'a pas été encore adapté. Je vais me mettre en quête des autres romans de cet auteur pour voir s'ils sont d'aussi bonne qualité.

 

Publié dans livre

Commenter cet article