Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ricco - Erich Wassmer (réédition)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

30018708zmO.jpg

Rico Wassmer dans les années 40

Capture-d-ecran-2012-12-07-a-14.29.36.jpg

Erich "Ricco" Wassmer est né à Allschwil près de Bâle le 13 octobre 1915 dans une riche famille suisse. Il est le fils d'un propriétaire d'usines de ciment qui est en outre un mécène, Max Wassmer (1887-1970). A partir de l'âge de trois ans, il a grandi au château de Bremgarten, près de Berne, ou il passe une enfance de rêve, entouré d'art et lde culture. Max et Tilli-Wassmer Zurlinden reçoivent des poètes, des peintres et des compositeurs tels que Hermann Hesse ,Louis Moilliet , Cuno Amiet , Paul Basilius Barth , et Othmar Schoeck. Hermann Hesse décrit l'atmosphère poétique de ces soirées dans son roman Journey to the East . Les festivals d'été sont des événements légendaires de la formation du jeune Erich. Sa famille encourage les talents artistiques et son intérêt pour l'art, la littérature et la musique du garçon. Après que la succession de l'usine de ciment parentale soit attribuée à ses deux frères, Erich se sent libéré, il restera néanmoins jusqu'à son dernier jour actionnaire de l'affaire. La fin de l'enfance est marquée par la prise d'un nouveau nom. 

Capture-d-ecran-2012-12-07-a-20.44.25.jpg

1937

A partir de 1937, il signe ses peintures "Ricco"; un nom qui est comme un mot magique, et remplace le nom du père, industriel prospère et philanthrope connu. Après ses études secondaire, en 1935 Ricco suit un semestre d'études d'histoire de l'art à l'Université de Munich et étudie le dessin auprès du professeur Julius Huether. De 1936 à 1939 il étudie à l'Académie libre "Ranson" et chez Roger Bissière, ainsi que quelques mois à l'atelier de Cuno Amiet et à l'école de peinture de Max von Mühlenen.  Au début de la Seconde Guerre mondiale, il retourne en Suisse. Il suit également l'enseignement de Max von Mühlenen. Et durant l'été 1942 il visite l'atelier de Cuno Amiet. Il semble que l'influence de ces différents enseignements soit restée faible. Durant 1946/47 il a vécu sur le lac Léman, où il possédait un voilier. Le lac a exercé une grande fascination pour Ricco, ainsi que le désir de paradis perdus et les pays inexplorés. Il s'est fait tatouer,une ancre et l'a ajouté à sa signature. En 1948/49 Ricco a passe neuf mois à Tahiti. En 1950, il s'installe et loue un château près de Vichy . En 1963, il est inquiété par la police française qui perquisitionne son atelier et y découvre des photos de garçons nus, qui ont servi comme base pour ses peintures. Un tribunal français le condamne, sans accusations formelles, pour violence sexuelle "exploitation" de jeunes garçons et violation de la moralité à d'une peine de prison de huit mois. De ce séjour en prison Ricco ne se remettra jamais complètement. Après sa libération, Ricco revient en Suisse. Il s'installe dans un manoir à Ropraz. Il décéde en 1972 à l'âge de 56 ans des suites de problèmes pulmonaires.

30018783Qor.jpg

Le toucan, 1951

30018787Tfb.jpg

1952, Rimbaud, enfance

30018817Gsa.jpg

le grand Meaulnes, 1952

© Ricco Wassmer

 

Ricco (eigtl. Erich Wassmer) Der Gieu u d'Iffle, 1966 Öl auf Leinwand 162.0 x 130.0 cm Kunstmuseum Bern, Dauerleihgabe Ruedi Wassmer, Zürich -

1966, Der Gieu    

Dans les années trente Ricco a peint des paysages et des intérieurs dans le style de la Nouvelle Objectivité . Son imagerie de cette période montre encore principalement des thèmes magiques et romantiques et la vie de château. Dans les années quarante, il élargit ses thèmes à la nature morte, aux paysages de ses voyages dans des contrées lointaines ainsi qu'aux motifs marins en particulier, de quoi stimuler les jeunes hommes maigres des années cinquante qu'il campe dans des scènes surréalistes. Les sujets se référant à l'enfance et la jeunesse appartiennent à la maturité de l'artiste. Dans les années soixante, Ricco a créé également une vaste oeuvre photographique souvent pour préparer ses futurs tableaux. 



30018782Urc.jpg

marchand devant le miroir, 1950

L'oeuvre de Ricco est très singulière, même s'il est difficile de ne pas penser à celle de Balthus. Elle est passé d'une peinture naive à une sorte de photo-réalisme. Ricco Wassmer puise beaucoup dans l'histoire de l'art. On y décèle de nombreuses traces des connaissances sur les formes et les symboles que le peintre emprunte par exemple des positions plus ou moins connus de l'histoire de la peinture pour mieux les circonvenir. Je crois qu'il n'est pas inutile de scruter de près la production de ce grand peintre qui semble assez importante (j'attend avec impatience l'édition du catalogue raisonné de Ricco Wassmer concocté par le musée de Berne. Sa parution est prévue pour 2015 pour le centenaire de la naissance de l'artiste). La première surprise est l'évolution technique du peintre. Ses premières toiles se rattache au courant naif qui lorsque Ricco commence à peindre, est en vogue suite à la mise en lumière du Douanier-Rousseau par les surréalistes. La maladresse est alors autorisé. Mais en ce qui concerne Ricco on est un peu surpris de cette maladresse, (était-elle en parti feinte?) en regard des toiles de la fin de sa carrière à la technique qui n'est pas sans rappeler celle de Dali.

image.aspx?PHOTO_ID=3097202&width=500&he

Dans ces débuts (du moins ce que j'en connais) on peut constater la forte présence de thèmes chrétiens et plus précisément catholiques. Je précise que je ne connais pas la religion de Ricco. A des sujets clairement chrétiens, comme la procession immédiatement ci-dessous, on peut ajouter de nombreuses scènes de repas qui évoquent inévitablement la cène et paradoxalement, en même temps une certaine vie de château...

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.30.33.jpg

 

Il faut attendre les années 40 pour voir apparaitre les graciles adolescents qui seront dorénavant les sujet principaux des toiles de l'artiste. La plus ancienne que je connaisse est son moderne Saint Sébastien qui n'est pas sans rappeler dans les rapports entre les personnages qui y figure le célèbre tableau de Balthus, "La rue". La facture est encore assez maladroite. 

30018710oKz.jpg
moderne Saint Sébastien 1942
 
Les toiles de Ricco Wassmer sont alors également emprunt d'un symbolisme qui en ce qui me concerne reste obscur. A ce propos il est à souhaiter qu'il existe des écrits du peintre qui nous éclairent à ce sujet. Si ce symboliste frontal a ensuite disparu, on peut néanmoins situer la plus grande partie de la production de Ricco dans la peinture narrative.
Au début des années 50 les toiles se morcèlent, un peu comme celles de Jean-Pierre Allaux, lui pour illustrer l'oeuvre et la vie de grands hommes, plusieurs histoires y cohabitent. Seraient-elles directement autobiographiques? Il abandonnera petit à petit cette veine après son périple dans les mers du sud qui semble être une vraie rupture dans son oeuvre.
Les tableaux suivant se focalisent sur une scène, le plus souvent avec un seul garçon en son centre posant au milieu d'objets qui fréquemment évoquent l'enfance, ballon, maquette de bateau, bicyclette...
On ne note pas de modifications entre les toiles faites avant son incarcération et celles réalisées dans les dix dernières années de sa vie. 

Pour compléter mes propos, ci-dessous un article paru dans la presse suisse

 
Dandy discret et aristocrate sulfureux, Erich Wassmer, dit Ricco, né en 1915 au château de Bremgarten près de Berne, arrive en 1963 à Ropraz, village de 300 âmes à l’orée des bois du Jorat. Il vient de passer huit mois en prison, en France, pour possession de photos de jeunes hommes nus. Dix ans plus tard, le 27 mars 1972, son cortège funéraire monte doucement la pente qui sépare le château de Ropraz du cimetière. Derrière le vieux corbillard tiré par des chevaux, suit une Rolls-Royce blanche, conduite par son majordome Mario, et la famille, à pied.
Sur la pierre tombale, à l’entrée du cimetière de Ropraz, est scellé un éphèbe de bronze signé Karl Geiser qu’il avait choisi comme gardien de son dernier sommeil. Nu, pensif et vigoureux, il se dresse toujours entre le lierre et les fougères. Il y a un an et demi, le Kunstmuseum de Berne vient photographier deux tableaux de Ricco à Ropraz: l’un trône dans le bureau du syndic, l’autre dans la famille d’Alain Gilliéron, patron de l’espace culturel l’Estrée –il représente Stéphane Gilliéron, frère d’Alain.
En pleine élaboration du catalogue raisonné des œuvres du peintre, sur mandat de Ruedi Wassmer, neveu et filleul de Ricco, le musée estime que plusieurs œuvres ont été vendues en Suisse romande, et espère retrouver leur trace. C’est l’occasion ou jamais: Alain Gilliéron décide d’accueillir Ricco à l’Estrée, à deux cents mètres de sa tombe. Jusqu’au 30 octobre, l’espace culturel expose une dizaine des dessins et autant des tableaux, et fait tourner le beau documentaire réalisé en 2002 par l’Américano-Tessinois Mike Wildbolz.
 
 
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.21.35.jpg
.
30018825zHc.jpg
1952
.
30018829vBg.jpg
.
30018852bmT.jpg
1953, nature morte au crayon
 
Des dix années de Ricco à Ropraz, le village se souvient. A commencer par Alain Gilliéron lui-même. Si sur certains tableaux c’est son frère qui figure, sur d’autres, c’est lui. Fils du buraliste postal, Alain et Stéphane sont réquisitionnés par leur père pour tondre la pelouse du châtelain, qui les fait ensuite poser pour des photographies dont ses tableaux s’inspirent.
«Pour nous gamins, c’était extraordinaire. C’était un extraterrestre, excentrique et soigné, d’une douceur extrême, venant parfois au café ou à l’épicerie. En pénétrant dans le château, qui nous était a priori défendu, nous entrions dans une caverne d’Ali Baba: des collections de timbres, de papillons, de bateaux, d’armes, de tableaux. Il nous faisait poser avec une maquette de bateau, une roue de vélo, un cheval de bois ou une épée. C’était amusant. Nous devenions des marins, des chevaliers. Quelqu’un s’intéressait à nous…»
.
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.17.08.jpg
le cadre 1954
 
En 1966, les parents Gilliéron reçoivent pour Noël un grand tableau sobrement intitulé Stephan de la part du maître, toujours dans la famille. «Je ne sais pas ce que pensaient mes parents de Ricco. Pour nous, la nudité était naturelle. Il ne nous a jamais touchés. D’ailleurs, tous ses modèles ont le même type sur ses tableaux. Il nous faisait correspondre à son idéal. Sur certains tableaux, je ne sais pas si c’est mon frère ou moi qui ai posé. Il cherchait quelque chose à travers nous qui n’était pas nous.»
Fiancées pour du beurre. C’est toute l’histoire de Ricco, né Erich Wassmer d’un père grand industriel et mécène, dont les amis de la famille étaient Herman Hesse ou le compositeur Othmar Schoeck. Après une enfance de rêve à Bremgarten, il étudie la peinture à Munich, à Paris, puis chez Cuno Amiet. Silencieux, aimable, beau, il a des amitiés amoureuses, emmène une fiancée à Venise, mais ne l’épouse jamais. Toute sa vie, il correspondra avec plusieurs femmes, mais finit toujours par rompre.
 
Au soir de sa vie, à Ropraz, malade, il demandera encore en mariage l’une d’elles. Pour rire, ou pas. Fasciné par la mer, il se fait tatouer une ancre. Dans les années 40, il achète un yacht, amarré à Morges, le revend, puis s’embarque pour Tahiti. Après quelques mois, il s’engage comme matelot sur les mers du Sud, Bombay, Hawaï, le Japon. De retour en Europe, dans les années 50, il s’installe au château de Bompré, près de Vichy. Homosexuel discret, il est arrêté et mis en prison pour conduite contraire aux bonnes mœurs.
Tinguely chez lui. Sa famille achète alors le château de Ropraz pour l’y loger. La rumeur veut que son père Max ait éloigné du fief de Berne ce fils vaguement indigne. Ropraz l’adopte. Il ne ferme pas son château à clé, aime les voitures. En 1964, lorsque Jean Tinguely construit sa machine pour l’Exposition nationale à Lausanne, il loge chez Ricco. Qui le peint.
 

Capture-d-ecran-2011-05-28-a-20.45.48.png

 

Capture-d-ecran-2011-05-28-a-20.40.25.png

.
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.30.04.jpg
L’écrivain Jacques Chessex, habitant de longue date de Ropraz, se souvient de ses «habits de toiles flottants, de sa démarche lente et chaloupante. On sentait quelqu’un qui avait largué les amarres. Je voyais les enfants Gilliéron qui allaient se faire photographier par le peintre. Je trouvais cela extraordinaire, que le peintre aristo prenne ses modèles parmi les enfants du pays, comme au XVIIIe siècle. C’était sa liberté.» Il a un majordome, Mario, ancien chauffeur de JeanXXIII, toujours en uniforme blanc. «C’était exotique, par ici.» Le village jase peu sur les mœurs de Ricco. «Ce n’était pas l’époque de l’obsession pédophile…»
.
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.18.33.jpg
 

Chessex devient familier du château après la mort de Ricco, lorsque son frère Hans, le colonel Wassmer, y installe sa résidence. Beaucoup des objets personnels de Ricco sont restés, objets polynésiens ou photos de jeunes marins. «Les Wassmer avaient le génie de l’hospitalité élégante. Il y avait des paons sur les pelouses et, l’hiver, nous buvions du champagne en regardant tomber la neige sur les tulipiers où les paons s’installaient.» Sa peinture? «Je la mets à côté de Balthus et Max Ernst. Je connais peu de peintures contemporaines qui soient en même temps aussi denses, nourries du point de vue de la peinture, et aussi douces au regard, comme moirées par l’œil tellement l’art en est consommé. Ce qui me fascine, c’est l’alliance, rare dans la peinture d’aujourd’hui, de la matière et du rêve. Et peu ont peint le désir des jeunes corps masculins, de l’ordre d’un désir très matériel et très sublimé à la fois.»
 
 
.
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-17.28.29.jpg
.
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-17.25.25.jpg
 
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.19.31.jpg
le beau cheval, 1964
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-17.30.06.jpg
.
 
Collectionneurs avertis. Ricco laisse quelques cinq cent œuvres, tableaux, dessins et photos. La plupart sont dans des collections privées de la famille ou d’amis. La ville de Berne, le Kunstmuseum de Berne ainsi que le Musée des beaux-arts d’Aarau en possèdent. En 1988, une première exposition à Aarau, justement, sort Ricco du relatif oubli dans lequel il est tombé. En 2002, le Kunstmuseum de Berne organise une rétrospective. Et s’est fixé pour objectif, d’ici à 2010, de terminer le catalogue raisonné de ses œuvres. «Il y a beaucoup à découvrir encore, explique Marc-Joachim Wassmer, responsable du catalogue Wassmer au Kunstmuseum de Berne. Nous découvrons régulièrement de nouveaux documents, œuvres ou carnets de notes. C’est un travail de longue haleine et de confiance avec la famille.»
 
 
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.28.20.jpg
 

Individualiste, Ricco a choisi un chemin peu balisé. Après-guerre, l’art se tourne vers l’abstraction, Jasper Jones ou Pollock en tête. «Ricco a toujours été décalé. Il ne faisait pas partie de l’avant-garde, mais intégrait ses éléments. Son style est très personnel, et a évolué d’une peinture naïve vers un réalisme magique très intéressant, une sorte de vérisme à l’ancienne mâtiné de surréalisme, de symbolisme, et d’humour. On y voit l’influence de Dali ou d’Ernst, dans une combinaison de natures mortes et d’êtres humains fascinante.»
Dans sa mythologie personnelle, en plus des éphèbes –bruns et secs, le regard absent–, on retrouve dans ses tableaux des bateaux, des horloges, un écorché, des squelettes, une main, une poupée cassée, des cigarettes. «Ce sont ses leitmotiv, sa mythologie personnelle. Il s’inscrit avec force dans la culture européenne existentialiste. L’Estrée mérite une médaille pour son exposition!» Le prix de ses œuvres est étrangement monté lors des rares récentes ventes aux enchères. Estimées à 16000 francs, certaines sont parties à plus de 45000 francs. «C’est un marché bizarre, qui ne correspond pas à la valeur réelle de ses tableaux. Les collectionneurs de Ricco sont prêts à tout pour en avoir… La récurrence des jeunes garçons dans son œuvre a pu et peut toujours poser problème. Balthus peignait des jeunes femmes, c’est plus acceptable aux yeux de la société.»
 
 
 
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-07.57.16.jpg
on ne saura jamais, 1960
 
 Il disait de lui-même qu’il était un « bâtard, quelque part entre un écrivain et un peintre.» Il adorait les voitures, possédait une Thunderbird. Il ne couchait pas avec ses modèles, ses muses. Avec les autres, les marins, les gens des fermes, oui. Il appartenait aux privilégiés, mais n’a pas eu la vie facile. Il allait de château en château, prisonnier volontaire d’un monde enchanté. «Le héros de sa peinture est un homme dont l’enfance a été trop belle», explique Beat Wissmer, directeur du musée d’Aarau. Le Grand Meaulnes était son livre de chevet. Les hanches fines des garçons de ses tableaux sont tournées vers un ailleurs inaccessible, des temps enfuis ou un futur désenchanté, rempli de mers, de chevaliers et de squelettes hilares.

 

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-07.59.58.jpg


A la mort de Ricco, sa sœur et sa mère se précipitent au château de Ropraz. La sœur met de l’ordre dans les papiers, «efface l’aspect homosexuel», comme elle l’explique platement à Mike Wildbolz. La mère s’y installe, veut ouvrir un musée. Elle meurt trois mois après, se fait enterrer à côté de son fils. Hans, le frère colonel, meurt en 1984. En 1988, la famille vend le château.
Stéphane Gilliéron: «J’étais très gai, gamin. Mais je ne souris sur aucun des tableaux de Ricco. C’est bizarre.» En héritage, il a reçu un pistolet, Alain un cheval de bois de manège. De jolis jouets.
 

Couverture

1939

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.01.55.jpg

 

30018706gyr.jpg

1937
 
30019155Ozg.jpg
.
30019156NzF.jpg
 
 
30019193ahM.jpg
.
30019157tos.jpg
.
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-17.31.35.jpg
.
30019200AiD.jpg
.
30019196tOK.jpg
.
30019247MJG.jpg
.
30019249OZF.jpg
.
30019251NBW.jpg
.
30019252jaX.jpg
.
30019296DBY.jpg
30019289Fom.jpg
.
30019292BZk.jpg
30019294mAR.jpg
.
30019420xoG.jpg
 
30019422MaQ.jpg


Capture-d-ecran-2012-12-07-a-20.45.26.jpg

 
 
Les reproductions des tableaux, des fragments, ci dessus sont extraites visiblement d'un livre, probablement d'un catalogue que j'aimerais bien posséder. Si un de mes lecteurs peut me renseigner sur cet ouvrage ou mieux m'indiquer comment me le procurer, je lui en serais reconnaissant...
 
Capture-d-ecran-2012-12-07-a-20.44.02.jpg
1947
 

30018914UQp.jpg

1955, Jean du carrousel
.
30019299sSE.jpg
.
30019342zGW.jpg
photo d'étude pour les deux tableaux au- dessus
 
30019107JCj.jpg
 
Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.39.28.jpg
1942
.
.
30018711bKo.jpg
1943
.
30018749UZW.jpg
.
30018751Svd.jpg
1945 la gazette
.
30018757MvD.jpg
.

 

30018779rWw.jpg

Ricco et les garçons

Ce n'est pas tous les jours, ni même tous les mois que je trouve sur la toile un article qui cite mon blog; celui-ci tombant généralement dans le plus profond silence malgré les 3300 pélerins en moyenne qui s'y égarent chaque jour, le temps pluvieux ne doit pas y être pour rien. Le souci (très relatif) est que ces chalands sont muets comme des carpes sur les textes que je publie y préférant certainement les images! Mais peut être également qu'ils ne savent pas lire? Ce qui est de plus en plus fréquent dans nos contrées d'invasions... Or donc j'ai eu la joie de voir qu'après mon article sur l'autobiographie de Foncine, celui sur le peintre Ricco http://www.lesdiagonalesdutemps.com/article-ricco-wassmer- reedition-completee-113220850.html) avait généré (mais il n'est pas la seule source) sur l'excellent bulletin des non moins excellentes éditions Quintes-feuilles (www.quintes-feuilles.com) un article que je reproduit ci-dessous. A la lecture de cette pertinente mais trop courte analyse, il m'apparait comme une évidence le parallèle à faire entre l'oeuvre de Ricco et celle de Bernard Faucon du moins celle de la période des mannequins. 

Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
Ricco et les garçons
un tableau de 1939, un Ricco avant Ricco...

un tableau de 1939, un Ricco avant Ricco...

P.S. Je me dois de dire que si je trouve ces deux articles intéressants, je n'approuve pas tout ce qui y est écrit (ni Cadmus ni Pierre et Gille sont vulgaires, une telle affirmation montre que l'auteur connait bien mal l'oeuvre de ces deux artistes) et que d'autre part je m'étonne que dans le premier texte on ne rapproche pas l'oeuvre de Ricco de divers peintres. Tout d'abord il faut rappeler qu'on a rattaché la peinture de Ricco au mouvement du  réalisme magique (représenté en France Chapelain-Midy par exemple). Je suis surpris également que le nom de Balthus ne soit pas évoqué pas plus que celui de son frère, Pierre Klossowski. En outre comme je le montre, si, dans bien des tableaux Ricco ne montre pas "tout", il n'a pas été sans peindre et dessiner des nus. Certes on ne connait pas de lui d'oeuvres explicitement pornographiques comme chez Goor, artiste que l'on pourrait également évoquer au sujet de Ricco Wasmer. 

Ricco

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
Dessins de Ricco Wasmer
Dessins de Ricco Wasmer
Dessins de Ricco Wasmer
Dessins de Ricco Wasmer
Dessins de Ricco Wasmer
 

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.03.10.jpg

1953

 

Le+Palais+des+Merveilles+1954.jpg

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.04.58.jpg

le verre de vin rouge, 1952

wassmer-erich-ricco-1915-1972-reiter-und



Pour+faire+voir+1956.jpg 
Pour faire voir, 1956

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.06.06.jpg

1938

Les+mains+1962.jpg 
Les mains, 1962

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.08.18.jpg

1940

le+cheval+de+bois,1962.jpgl
e cheval de bois,1962

image.aspx?PHOTO_ID=3097197&width=500&he

 

le+cerf+volant.1957.jpg
le cerf volant, 1957
 
Capture-d-ecran-2012-12-07-a-20.44.48.jpg
1958
.

wassmer-erich-ricco-1915-1972-leda-mit-d

 

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.09.41.jpg

1943

13212691vyZ.jpg

jean du phare, 1956
 

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.10.58.jpg 


Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.12.08.jpg

le verre de vin rouge 1952

 

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.13.25.jpg

 
 
.

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.15.30.jpg

1934
35117062_p.jpg

wassmer-erich-ricco-1915-1972-1-stehende

Erich Wassmer - Herrscherpaar
.
30018874BSm.jpg
.
30018876OWQ.jpg
.
30018880SuT.jpg
1955, Das Bildnis 
30018916sEh.jpg
1955, nature morte au marin
.
30018924YBX.jpg
1957, pourquoi pas
 
30019194zKl.jpg
.
30018960PXZ.jpg
.
30018961nAZ.jpg
1957 Tureby
.
30018962oIb.jpg
1958
30018963ViF.jpg
1958, Rimbaud après le déluge
.
30018984YLh.jpg
1960
.
30018986GdA.jpg
1960
.
30018987Elm.jpg
1960
.
30018988WEA.jpg
1960
.
30018990uDR.jpg
La machine, 1960
.
30019013Dxs.jpg
1961 antropotonomie
.
30019014cES.jpg
1962 magic Niki
.
30019016YrN.jpg
1964, Grapeshot
.
30019017Ury.jpg
1965 les chevaliers
.
30019029obQ.jpg
1966, Martin et Tobie
.
30019030xgt.jpg
1966 Sir David Scott

Nota:

1- je cherche toutes informations complémentaires sur la vie et l'oeuvre de Ricco Wassmer ainsi que des reproductions de ses autres dessins et tableaux, merci d'avance de me les envoyer.

2- Mes demandes de renseignements, d'informations et autres gateries diverses le plus souvent tombent dans le néant de la toile malgré le nombre de mes lecteurs, environ 1100 visiteurs différents chaque jour, mais toujours aussi muets, néanmoins il arrive qu'un de mes visiteurs ramasse une bouteille que j'ai jeté dans cet océan d'indifférence. Ainsi un collectionneur étranger, voulant jalousement garder l'anonymat a eu la grande gentillesse de m'envoyer deux photos, une représentant Roger Peyrefitte chez lui, au milieu des années 50, image sur laquelle on voit une toile de Ricco Wassmer et une autre représentant la dite toile. Cette photo aurait été prise par Egermeier en 1956 puisqu'elle est signée Karel. Cette image a illustré la recension de Jeunes Proies publiée par Baudry dans sa revue Arcadie.

CAM00063.jpg

 

Roge-PEYREFITTE-d-apres-Leonor-FINI-toile-de-Ricco-WASSME.jpg

A ce précieux envoi mon correspondant diligent a ajouté quelques précisions sur la toile et les relations entre Peyrefitte et Ricco Wassmer. Ce dernier était un grand admirateur de Roger Peyrefitte. Wassmer a été en contact avec l'écrivain par le biais de Cuno Amiet, relation de Leonor Fini, qui avait réalisé un portrait de l'écrivain. Peyrefitte a raconté qu'elle avait été sa maîtresse, dans les années 50. Fin 1953, Wassmer a fait passer à Roger Peyrefitte, par l'intermédiaire de Leonor Fini, un tableau en forme d'hommage à l'écrivain et à son oeuvre. On y voit, autour d'un portrait inspiré par celui de Fini, une suite de scènes extraites des différents livres de Peyrefitte. Ce tableau a été exposé en bonne place chez l'écrivain. Il serait aujourd'hui entre les mains d'Alexandre de Villiers. Par ailleurs un libraire spécialisé m'a confié que Roger Peyrefitte aurait eu une quinzaines de photos prises par Ricco Wassmer de ses jeunes modèles. 

 30019043Idr.jpg

'1966-04 - La tempete

30019044dqO.jpg

 

30019092XvU.jpg

 

30018821GHy.jpg

1952-1954

 

30018818kui.jpg   

 

Capture-d-ecran-2012-12-06-a-08.23.56.jpg

 

Commentaires lors de la première parution du billet:

 

F.MIGNON09/12/2014 11:30

J'ai cherché le nom du responsable de ce site en vain. De 1950 à sa mort en 1972 j'étais un proche de Ricco et peut être en vous connaissant mieux pourrais-je vous pparler de Ricco et de nos relations. Je suis
en France et vous avez mon mmail pour me répondre:

 

Vince09/12/2014 23:06

Bonjour, je ne sais pas si vous adressez à moi mais je serais ravi d'échanger avec vous sur Ricco. Mon cher B, vous est-il possible de faire le lien entre cet internaute et moi en lui communiquant mon mail ? Merci. Vince

 
 

Vince28/01/2013 11:16

Pour information, un magnifique DVD sur Ricco est disponible à la vente pour le prix de 28 € sur le site suivant : www.docproductions.ch
Ce film, tourné en 2002 par Mike Wildbolz, recèle entre autres trésors des interviews des modèles de Ricco.
Je précise par ailleurs qu'un catalogue consacré à l'oeuvre de Ricco a été édité en 1988 lors d'une exposition : il s'intitule "Ricco 1915-1972" par Beat Wismer, éditeur Argauer Kunsthaus Aarau. On
le trouve sur internet en cherchant bien (environ 40-50 €).

 

F.MIGNON09/12/2014 11:34

pour le DVD adressez vous au Kunstmuseum de Berne en Suisse

 

lesdiagonalesdutemps28/01/2013 13:11



merci pour les coordonnées du site pour l'achat du DVD sur Ricco 

 

xristophe07/12/2012 23:26

Ricco, pardon, pas "Rocco"...

Cela se corse avec Roger Peyrefitte (c'est dingue)... Et Léonor Fini ! (c'est vrai qu'il aimait aussi qqf des dames, ce gredin) Autour de 1960, Ricco est toujours avec ses garçons... Je me dis que
je commençais d'avoir leur âge, avec les tourments de cet âge... et que s'il m'eût demandé d'être son modèle, de poser en short bleu avec "bandes contrastantes" (!), je n'eusse pas été aussi sage,
peut-être, que les deux gentils petits frères d'autrefois à béret...

 
 

xristophe07/12/2012 22:33

Certains sont fabuleusement "surréalistes" (pour parler grossièrement, et vite) (par ailleurs je n'aime guère les "vrais" surréalistes): L'enfant debout dans la fosse du cimetière, avec une jeune
femme sur le bord... Celui au bord d'un port avec au loin un beau bateau d'un autre temps, et bien sûr le jeune garçon mince "aux hanches fines" dans son vêtement court emblématique... de la
garçonnie de mon temps... Bien d'autres... qu'il faudrait "décrire" longuement en s'appliquant...

 

lesdiagonalesdutemps07/12/2012 23:35



On ne peut pas vraiment parler de surréalisme à propos de Ricco mais d'une peinture proche du merveilleux fantastique et du symbolisme.

 

 

xristophe07/12/2012 22:24

"Balthus peignait des petites filles, écrit quelqu'un, c'est plus acceptable aux yeux de la société". C'est quand même agaçant... D'autant que les fillettes balthuséennes sont bien plus provocantes
!... (Moi elles me choquent parfois, et je disais à une amie : "Il exagère")

 

lesdiagonalesdutemps07/12/2012 23:38



C'est un lieu commun de réduire Balthus à un peintre de nymphette, c'est aussi un grand paysagiste et il y a aussi chez lui, comme chez Ricco du symbolisme. Autre point commun entre les deux
peintre une manière semblable dans "la mise en page" de certains tableaux.

 

 

xristophe07/12/2012 22:19

De la peinture qq écrit : "alliance de la matière et du rêve" Du "fantasme" dit-on aussi en d'autres termes : du premier garçon au cheval de bois en culotte courte, je m'amuse "fantasmatiquement"
(après l'auteur...) de voir son jeune modèle photographié... en slip ! (peut-être en érection, d'ailleurs). "Réalisme magique", une expression. La magie est ajoutée par le peintre à la photo, par
ses "rêves", et par son art...

 
 

xristophe07/12/2012 22:10

Fabuleux Rocco et ses petits frères... Je ne peux qu'égrener quelques tableaux successivement - cueillir des impressions : ces gamins en culotte courte aux jambes entr'ouvertes, comme des livres ;
dans l' "entre" une main légère abandonnée,l'autre est posée sur un genou : j'aime cette peinture silencieuse de tendresse et d'interdit latent, de sexe naissant sublimé par l'enfance de son sexe
au passé...

 
 

LucaR07/12/2012 21:55

Merci de m'avoir fait (re-)découvrir cet artiste dont je ne connaissais que deux ou trois oeuvres jusqu'à présent. Je suis très sensible à ses toiles symboliques, "On ne saura jamais" par exemple
est superbe.

 

lesdiagonalesdutemps07/12/2012 23:41



C'est un très grand peintre dont on aimerait pouvoir mieux déchiffrer l'oeuvre.

 

 

xristophe07/12/2012 21:50

Ou bien je suis complètement "nul en peinture" (c'est pas tout à fait vrai) ou notre thaumaturge culturel B-A ne cesse de sortir de sa manche, ex-nihilo, des peintres inconnus merveilleux qui,
avant ça, n'existaient pas, sauf dans son désir et le nôtre !... Ainsi le fabuleux Rocco, par sa vie dirait-on, et à coup sûr son oeuvre...

 

lesdiagonalesdutemps07/12/2012 23:48



Je ne suis pas un magicien. C'est que seulement en France le public est particulièrement ignorant en matière d'art. Il est vrai que l'on apprend pas l'Histoire de l'art à l'école et qu'en plus en la matière comme ailleurs le français souffre d'un nombrilisme sévère. Le tout est rendu plus critique par la dictature que fait régner une poignée de commissaires d'expositions et de conservateurs qui haissent la peinture et ne sont que girouettes que fait tourner le vent de la mode qu'eux même génère. C'est beaucoup moins le cas dans les autres pays d'Europe. Mais contrairement à bien des choses cela s'arrange un peu, bien que lentement.

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Hedi Slimane

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Ph. Hedi Slimane - Californie jeunessePh. Hedi Slimane - Californie jeunessePh. Hedi Slimane - Californie jeunessePh. Hedi Slimane - Californie jeunessePh. Hedi Slimane - Californie jeunessePh. Hedi Slimane - Californie jeunesse
Ph. Hedi Slimane

Ph. Hedi Slimane

Ph. Hedi Slimane

Ph. Hedi Slimane

Ph. Hedi Slimane - Ash Stymest

Ph. Hedi Slimane

Ph. Hedi Slimane

Ph. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi Slimane

Ph. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi Slimane

Ph. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi SlimanePh. Hedi Slimane

Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

Gene Bell

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Gene Bell
Gene Bell

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Le vestiaire de Tintin

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Merci à Jean-Marc pour ce joli don au blog

Merci à Jean-Marc pour ce joli don au blog

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

W. Eugene Smith

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

W. Eugene Smith, The Walk to Paradise Garden, 1946

W. Eugene Smith, The Walk to Paradise Garden, 1946

 

W. Eugene Smith, Spanish Village, 1950

W. Eugene Smith, Spanish Village, 1950

 

W. Eugene Smith, Pittsburgh, 1955 1958

W. Eugene Smith, Pittsburgh, 1955 1958

 

W. Eugene Smith, As from my Window, 1957 58

W. Eugene Smith, As from my Window, 1957 58

Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

Lynn Davison, Boy with Anklet

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Lynn Davison, Boy with Anklet

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Un inédit de Paul Morand, Homère survolé

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Publié dans livre

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
 Evgeny Mokhorev

Evgeny Mokhorev

Zawadzki Roman

Zawadzki Roman

Bruce Weber

Bruce Weber

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Jefferson Santiago

Jefferson Santiago

Ph. Vincenzo Galdi

Ph. Vincenzo Galdi

Que la jeunesse...
Ph Alfred Eisenstaedt

Ph Alfred Eisenstaedt

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...

Partager cet article

Repost 0

Jin-Roh un animé de Hiroyuki Okiura sur un scénario d'Oshii

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Jin-Roh un animé de Hiroyuki Okiura sur un scénario d'Oshii
Jin-Roh un animé de Hiroyuki Okiura sur un scénario d'Oshii
Jin-Roh un animé de Hiroyuki Okiura sur un scénario d'Oshii

La parution en Blu-ray de Jin-Roh me donne l'occasion de vous présenter cet animé que je tiens pour le plus ambitieux jamais réalisé. Son seul défaut serait justement ce trop plein d'ambition. 

Les premières images montrant des manifestants lançant pavés et cocktails Molotov contre des policiers qui semblent débordés situent immédiatement le film dans les années 60. Cette première scène fait écho aux contestations étudiantes de cette période (moment très présent dans l'oeuvre d'Haruki Murakami). Les étudiants, suite à une hausse des couts d'inscription universitaire, rejoignent le syndicat des travailleurs dans une lutte violente contre le traité de sécurité redéfinissant les accords entre le Japon et les Etats-Unis. Oshii, le scénariste de "Jin-Roh", que l'on peut considérer comme le véritable auteur du film, a vécu et participé à cette contestation brutale. Mais assez vite des détails étranges surprennent et nous comprenons que nous ne sommes pas dans notre réalité mais dans un temps parallèle uchronique. Petit à petit le spectateur va comprendre dans quel Japon se déroule cette histoire. Comme dans "Le maitre du haut château" de Philip K. Dick, on apprend incidemment que les nazis ont remporté la seconde guerre mondiale. Le Japon est au bord de la guerre civile. Un groupuscule terroriste, la Secte, menace de renverser le gouvernement qui invente le POSEM (Police de Sécurité Métropolitaine) pour lutter contre ces révolutionnaires. Au sein du POSEM existe une brigade indépendante, Jin-Roh dont les membres veulent éradiquer la secte par tous les moyens. J'ajouterais que la POSEM a infiltré la Secte et probablement vice versa et que les différents services gouvernementaux, police, l'armée, les gouvernant se trompent et se trahissent à qui mieux mieux...

Voilà pour le contexte historique, pas simple, c'est un euphémisme, dans lequel ce déroule l'histoire qui est la colonne vertébrale du film: le parcours de Fuse, soldat d'élite de la POSEM n'ayant pas pu tuer une résistante kamikase avant qu'elle se fasse sauter. Fuse est obsédé par son erreur qui a couté la vie à plusieurs de ses camarades. Il tente d'oublier ses remords avec une histoire d'amour impossible avec une jeune femme se présentant comme la soeur ainée de la jeune fille qu'il n'a pu se résoudre à abattre.

A cela s'ajoute une narration en forme de conte qui se référe au "Petit chaperon rouge". Un petit chaperon rouge au regard comme seuls les mangas savent les dilater va être la réponse au casque intégral et aux yeux rouges électriques du soldat qui la tient en joue...

Si l'on se perd un peu dans le mille-feuilles narratif du film on se laisse néanmoins happer par le spleen qui s'en dégage. On est également subjugué par le soin apporté au décor pour lequel Hiroyuki Okiura apporte tout son savoir faire technique. Il faut rappeler qu'Okiura avant de signer le magistral "Lettre à Momo" (j'ai consacré un billet à ce film: Lettre à Momo, un film d'Hiroyuki Okiura (rééditions augmentée)), outre ses collaborations avec Ochii, a aussi participé à Akira avec Otomo et à "Paprika" sous la férule du regretté Satoshi Kon. Dans Jin-Roh On peut penser aussi que Hiroyuki Okiura a également beaucoup oeuvré pour les dialogues leur apportant une touche romantique.

Le dessin est extrêmement réaliste. Parfois on a le sentiment de se trouver devant un film live. Les personnages ressemblent à des japonais ce qui n'est pas si courant dans l'animation nipponne. Ils évoluent sur des décors dans des tons légèrement pastels, où la douceur du trait tranche avec les événements narrés, où le calme très reposant de l'univers sonore détonne avec la brutalité des actions menées par les Panzers, véritables machines de guerre sans pitié.

Jin-Roh est un film à voir et à revoir, à mon avis comme pour le chef d'oeuvre d'Ichii, " The sky crawler", Jin-Roh demande plusieurs visionnages pour bien en apprécier les différents niveaux  de lecture et pour bien scruter les détails du décor. Je vous conseille par exemple de bien observer les automobiles qui sont basées sur des modèles japonais des années 50 mais un brin revisités. On peut aussi se focaliser sur l'empreinte teutonne dans le film. En effet, le design, voire même les termes utilisés rappellent la seconde guerre mondiale. Panzers (blindés il s'agit dans Jin-Roh d'une troupe d'élite sur armée et sur protégée), forme de l'uniforme des dits Panzers (casque allemand), la mitrailleuse qui est une réplique quasi conforme de la MG42 de l'armée allemande, et même les véhicules blindés de la police : tous ces indices mènent immanquablement à un parallèle avec l'Allemagne nazie. Ce choix esthétique qui pourrait paraître discutable, finalement colle totalement au thème de fond du film qui parle d'un Japon qui tangente de plus en plus avec la dictature, et qui n'hésite plus à utiliser les Panzers comme réponse systématique aux révoltes populaires. En ce sens, le choix est donc judicieux, même s'il est discutable. 

Jin-Roh est un grand film qui s'est bonifié avec le temps et qui résonne encore plus fort aujourd'hui qu'à sa sortie en raison de la période d'instabilité sociale et politique dans laquelle nous nous trouvons.

 

Bande annonce      

Jin-Roh un animé de Hiroyuki Okiura sur un scénario d'Oshii
Jin-Roh un animé de Hiroyuki Okiura sur un scénario d'Oshii
Jin-Roh un animé de Hiroyuki Okiura sur un scénario d'Oshii
Jin-Roh un animé de Hiroyuki Okiura sur un scénario d'Oshii

Partager cet article

Repost 0

Francesco Hayez, Le triomphe de l'athlète

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Francesco Hayez, Le triomphe de l'athlète

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>