Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Satan habite au 21 de Jean-Pierre de Lucovich

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Satan habite au 21 de Jean-Pierre de Lucovich

 

 

J'ai été content de retrouver Jérôme Dracéna, détective privé de son état, mi Nestor Burma, mi Jérôme K. Bloche (le prénom serait-il un clin d'oeil?). Dans cette nouvelle aventure on retrouve, ce qui m'avait particulièrement séduit dans « Occupe toi d'Arletty, l'habile mélange entre personnages fictifs et réels, appartenant notamment au monde du cinéma (savoureuse évocation de Pierre Brasseur en fin de volume) Après son précédent contrat où il devait sauver la mise à Arletty qui était ennuyé par des malfaisants. Cette fois c'est au docteur Petiot auquel Dracéna devra se mesurer. Le roman commence le 11 mars 1944. Appelés pour un incendie rue Le Sueur, les pompier et la police découvrent dans les caves d'un hôtel particulier un charnier de vingt-sept cadavres se dissolvant dans la chaux vive. L'enquête révèle que le propriétaire, un certain docteur Petiot avait promis aux victimes de les faire passer en Amérique du sud moyennant finances. Dracena se lance à la poursuite du satanique docteur. 44, fin de l'occupation, est-ce à cause de l'âge du capitaine, de Lucovich n'est pas un tendron, mais je trouve que notre auteur brûle bien vite ses vaisseaux

L'auteur après « Occupe-toi d'Arletty! »  continue à nous faire visiter le Paris de la collaboration. C'est comme si on y était, un véritable guide des plaisirs du « gross Paris » en cette année 1944 où cela commence à sentir le roussi pour les verts de gris et leurs affidés. Lecture très utile avant de monter dans votre machine à remonter le temps même si je ne suis pas sûr que le lieu et la période soient particulièrement indiqués pour un voyage spatio-temporel.. Alors que dans le premier volet des aventures de Jérôme Dracéna, de Lucovich restait assez fidèle à la réalité des personnages historiques, dans ce deuxième opus il s'en éloigne, pour certains, considérablement, en particulier pour Petiot dont il fait une sorte de Fantomas mâtiné de docteur Mabuse et de Mangele. Idem pour la comtesse Tchernycheff qui certes n'était pas sucrée comme aurait dit mon aïeul, mais n'était tout de même pas ce génie du mal que met en scène de Lucovitch, une sorte de Lady X (les lecteurs de Buck Danny me comprendront) en bien sûr beaucoup plus sexuel. Pour qui veut en savoir plus sur la dame et quelques unes de ses collègues, il faut lire « Les comtesses de la Gestapo » de Cyril Eder, ce n'est pas un chef d'oeuvre de l'essais historique, le livre est beaucoup trop superficiel, mais il vous donnera néanmoins une bonne idée du pédigrée de ces dames... Livre, comme « Satan habite au 21 » (le titre est une référence avouée à Steeman) est vivement conseillé aux lecteur de Modiano qui retrouveront un certain Pagnon et les garage abandonnés de Levallois...

Si l'on ne s'ennuie pas en suivant la quête de notre détective pour mettre hors d'état de nuire le satanique docteur, c'est tout de même un peu longuet et mou dans la narration. Heureusement certaines « sorties » des comparses de Dracéna sont dignes de Michel Audiard! Comme presque tous ces romans policiers historiques, le décor est plus soigné que l'intrigue. Elle est un peu lâche et court trop de lièvres à la fois. On se perd un peu dans la foule de ces sinistres personnages. Mais de Lucovich connait toutes les turpitudes et ragot du petit demi monde des collabos. Comme toujours avec les héros récurrent notre Jérôme est increvable, pour la résistance (sans jeu de mots), il n'est en rien inférieur au Bernie Gunther de Philip Kerr, indépassable modèle du genre.

Ah j'allais oublier de vous prévenir, lire ce roman c'est un peu comme lire un ouvrage sur le Titanic dont on apprendrait dans les dernières page qu'il n'a pas rencontré d'iceberg mais c'est transformé en zeppelin! Et on dit que les romanciers français manquent d'imagination!  

 

Pour retrouver de Lucovich sur le blog: Occupe-toi d'Arletty! de Jean-Pierre de Lucovich

 

Pour retrouver des billets sur le blog à propos de l'occupation: 1940-1945, Années érotiques de Patrick Buisson , Trois coupes de champagne d’Yves Pourcher , L'honneur d'un homme d'Allan Massie,  André Zucca, photos de Paris sous l’occupation,  L'homosexualité et l'occupation Archives de la vie littéraire sous l'occupationFontenoy ne reviendra plus de Gérard Guégan,  Le procès CélineOccupe-toi d'Arletty! de Jean-Pierre de LucovichLe cas Bernard Fay d'Antoine Compagnon

Publié dans livre

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

Max Švabinský, 1873-1962), jeune homme avec une épée 1896

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Max Švabinský, 1873-1962), jeune homme avec une épée 1896

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Pablo Poulain

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain

Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

Erin Mommsen

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen

Publié dans modèles et mannequins

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
edmundteske #chicago #1940

edmundteske #chicago #1940

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Danny Lyon Young Mechanic — Knoxville, Tennessee - 1967

Danny Lyon Young Mechanic — Knoxville, Tennessee - 1967

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

Pierre Joubert et Suchard

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Pierre Joubert et Suchard
Pierre Joubert et Suchard
Pierre Joubert et Suchard
Pierre Joubert et Suchard
Pierre Joubert et Suchard
Pierre Joubert et Suchard

Publié dans illustration

Partager cet article

Repost 0

Paris Match raconte « La Saga du journal Tintin »

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Paris Match raconte « La Saga du journal Tintin »

 

Je m'aperçois en commençant ce billet que je consacre bien peu de billets au sujet des revues et autres publications qui constituent, bien que beaucoup moins qu'auparavant, pourtant un grand pan de mes lectures. Elles me semblent encore essentielles à la culture de l'honnète homme (au sens dixhuitièmiste de cette expression). Je vais donc vous entretenir d'une récente parution qui m'a autant surpris que ravi.

Curieusement c'est Paris Match qui fête les 70 ans de l'apparition du journal Tintin dont je fus un fidèle lecteur de 1958 jusqu'à sa disparition, disparition dont je ne me suis jamais consolé. En fait ce magazine préfigure la publication, le 26 août prochain, de « La Grande Aventure du journal Tintin » aux éditions du Lombard, superbe et très volumineux volume que je me propose d'acquérir si mes lecteurs sont généreux. Or donc Paris Match, en coédition avec La Libre Belgique, consacre un numéro spécial aux 70 ans de l’hebdomadaire belge, lancé en 1946 par Raymond Leblanc. Ce qui est très intéressant est que cette heureuse initiative n'émane pas des éditions du Lombard et est donc beaucoup moins hagiographique pour Raymond Leblanc (et Hergé) que par exemple "Le lombard l'aventure sans fin" qui est néanmoins fort intéressant. Ce numéro spécial de Match a été Confiés à une solide équipe de rédacteurs, journalistes et historiens de la BD, les articles de ce copieux hors-série sont passionnants, riches en informations, et nostalgiques à souhait pour les vieux lecteurs duJournal des jeunes de 7 à 77 ans.

La revue commence avec un entretien avec Raymond Leblanc réalisé par Patrick Gaumer (qui, par ailleurs, évoque la reprise du journal en France par Georges Dargaud). Interview très éclairante bien que Leblanc ne manque pas de tirer la couverture à lui, sur la personnalité d'Hergé qui apparait comme un despote égoiste et hésitant, un assez sale type en définitive, heureusement que les gens de talent ne sont pas aussi des parangons de vertues... Tout le contraire du meneur d'homme qu'était Leblanc. Je conseille de croiser cette interview avec celle de Greg par Benoit Mouchart dans Kaboom de ce trimestre (Kaboom revue indispensable pour tous les amateurs de bandes dessinées.  

Dominique Petitfaux raconte le parcours mouvementé du journal. Philippe Goddin revient sur le partenariat houleux mais productif entre Leblanc et Hergé. Philippe Mellot évoque la presse BD en Belgique après-guerre. Michel Pierre et Jacques Langlois se souviennent de « Blake et Mortimer »… Dominique Petifaux parle d’« Alix » avec Claude Aziza, de « Dan Cooper » avec Philippe Guedj, de « Chlorophylle » avec Yves Frémion, de « Michel Vaillant » avec Francis Monsenergue.

De son côté, Patrick Gaumer revient sur « Ric Hochet » avec Adrien Guilleminot, « Comanche » puis « Thorgal » avec Philippe Guedj.

Enfin, le trio Gaumer/Langlois/Petifaux planche sur la vie du journal avec le concours de Dominique Maricq. Suffisamment courts pour ne pas être ennuyeux, ces articles richement illustrés bénéficient d’une mise en page aérée qui en rend leur lecture agréable.

Signalons enfin le prix modeste (116 pages en couleurs pour seulement 6,90 €) de cet excellent voyage dans les méandres de la grande aventure éditoriale que fut celle de l’hebdomadaire disparu en 1988, mais dont de nombreux héros survivent pour notre plus grand plaisir. À ne pas manquer !

Henri FILIPPINI

Paris Match raconte « La Saga du journal Tintin »

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles

Le centre Wallonie Bruxelles présente une très intéressante exposition du peintre, aujourd'hui trop peu honoré, Paul Delvaux. L'exposition qui n'est pas une mini rétrospective, mérite la visite car elle montre des tableaux très peu connu du peintre, en particulier ceux des années 30, mon préféré est "Le coiffeur pour dames". J'ai découvert que le peintre belge avait commis quelques tableaux de bordel (mais ils ne sont pas titrés ainsi) et quelque scènes de lesbianisme qui m'ont évoqué Pascin. Un autre pan de son oeuvre est également présent, les toiles directement inspirées de Chirico avec une lecture des architectures antiques très originale. Vous verrez pas de tableaux célèbres, si l'on excepte la fameuse crucifixion avec squelettes qui vaudra à l'artiste les foudres papales. Il n'y a malheureusement aucun tableau de gare, ce que je préfère chez Delvaux. La plupart des oeuvres exposées viennent d'une collection particulière donc très peu montrées. L'accrochage est correct compte tenu de la modeste superficie du centre. L'éclairage, malgré les nombreuses pièces sous verre parvient à éviter le plus souvent les reflet. Les photos sont malheureusement interdites d'où mon petit reportage un peu incomplet et il n'y a pas de catalogue mais pour 5€ l'entrée on en a plus que pour son argent...

Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
le coiffeur pour dames

le coiffeur pour dames

Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
la terrasse

la terrasse

la terrasse (détail)

la terrasse (détail)

Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
Paul Delvaux au centre Wallonie Bruxelles
Paris aout 2016

Paris aout 2016

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>