Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Que la jeunesse...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

street art à Strasbourg

Publié le par lesdiagonalesdutemps

street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
street art à Strasbourg
Strasbourg, février 2016

Strasbourg, février 2016

Partager cet article

Repost 0

Lakki, un film de Sven Wam

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Lakki, un film de Sven Wam

 

Lakki, le film

 

Norvège, 1992, 97mn

 

Réalisation: Svend Wam, scénario: Sven Wam d'après le roman de Per Knutsen, image: Harald Gunnar Paalgard, montage: Inge-Lise Langfeldt, musique: Svein Gudersen

 

Avec: Anders Borchgrevink (Lakki), Nina Gunke (Moren), Bjørn Skagestad (Faren), Jorunn Kjellsby, Gabriel Paaske (Tim), Øyvin Bang Berven, Jan Grønli, Stian Bonnevie Arntzen, Henrik Mestad, Ivar Tindberg (Eddie), Anders Jacobsen, Anne Marie Dale, Runa Granlund, Bjarte Hjelmeland, Anders Hoaas, Bjørn Jenseg, Eli Anne Linnestad, Mia Norum Robsahm, Calvin Ray Stiggers, Trine Svensen

Lakki 5

 

Résumé

 

Lakki (Anders Borchgrevink), le garçon à qui des ailes ont poussé (traduction littérale du titre en anglais), nous raconte les aventures lyriques d’un garçon solitaire, sensible et rêveur de 14 ans, au coeur brisé et à l'âme tourmentée. Abandonné par son père et ignoré par une mère en pleine déchéance, Lakki, au visage d’ange, erre dans un paysage urbain de cauchemar. Ses parents sont divorcés et sa mère multiplie les aventures. Son dernier amant est le professeur de gym de Lakki, qui l’avait physiquement agressé dans les vestiaires de l’école. Son père a une petite amie enceinte qui ne s’entend pas avec Lakki. Elle ne veut même pas le voir. En fait, aucun des parents de Lakki ne s’intéressent à lui. Le garçon se sent responsable de cette situation. Il a de fréquents flashback sur son enfance et les jours heureux de cette époque où il vivait en famille. Il se pose aussi des questions sur son identité sexuelle, ayant horreur qu’on le touche. Sa seule expérience sexuelle se déroule avec un homme âgé qui le brutalisa. Lakki le frappe avec une chaîne de bicyclette. C’est à ce moment que des ailes poussent sur son corps. Voler devient un véritable salut, un don du ciel pour lutter contre ce monde sans pitié. Prèt à déployer ses ailes pour le grand saut, Lakki doit lutter pour sa liberté alors que sa mère est confrontée à la mort.

 

Lakki, 3

L'avis critique

 

Ce beau film, à la claire image, est typique des productions scandinaves: un filmage efficace au service d’un propos où se mèlent poésie, mélodrame, revendications presque libertaires, récit initiatique, critiques sociales, réalisme fantastique et érotisme. Ce film dense est beaucoup plus complexe que pourrait le faire croire un visionnage distrait. Il est facile de comprendre que la pousse des ailes dans le dos du garçon, phénomène qui n’est visible que par lui, est la métaphore d’une autre différence qui est son homosexualité. Cette même métaphore curieusement a été filé dans un roman français: ”Un garçon en l’air” paru en 1977 aux éditions Gallimard, de Didier Martin, écrivain trop méconnu aujourd'hui mais qui connu une certaine renommée  lors de la parution au début des année 70 d’un très beau roman, lui clairement Gay: ”Le prince dénaturé”, édité par Folio. François Ozon a repris l'idée des ailes comme marque de différence dans un film qu'il vaut mieux oublier.

Sven Wam est aussi, entre autres le réalisateur de "Sebastian". De son vrai nom Svend Olaf Wamnes Akstuft. Il est né le 5 Mai 1946 et est connu pour sa coopération avec Petter Vennerød. Ils ont créé quatorze films sous le nom deWam og Vennerød. Leur dernière réalisation date de 1998.Lorsque le film sort en salles dans son pays en 1992, il a été si mal reçu que seulement cinq jours plus tard il est retiré de l'affiche et est quelque temps après redistribué sous un nom différent, Lakki: Gutten kunne som mouche (Le petit garçon qui pouvait voler). Il est bien dommage qu' Anders Borchgrevink, qui interprète remarquablement Lakki, n'ait pas réapparu sur un écran.

Lakki 1

La version uncut de Lakki est maintenant disponible pour la première fois le DVD! (aux USA). Remplacez votre version VHS analogique avec le DVD et vous ne serez pas déçu.

A la fois portrait psychologique sombre et réaliste et suite d’aventures trépidantes, ”Lakki” tend un miroir à la jeunesse aliénée d’aujourd’hui. Il délivre aussi une curieuse morale: La clé de la vie réside dans le rêve..

 
 
Lakki, 4
 
 
Lakki, 6
 
Bande annonce
 

 

Le film

 

 

Voir et télécharger le film: ICI

 

 

Publié dans cinéma gay

Partager cet article

Repost 0

Pascal C. derrière la porte

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Pascal C. derrière la porte
Pascal C. derrière la porte
Pascal C. derrière la porte
Pascal C. derrière la porte
Pascal C. derrière la porte
Pascal C. derrière la porte
Pascal C. derrière la porte
Pascal C. derrière la porte
Pascal C. derrière la porte
La Varenne, printemps 1984

La Varenne, printemps 1984

Partager cet article

Repost 0

La cathédrale de Strasbourg

Publié le par lesdiagonalesdutemps

La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg

Le pilier des Anges, construit vers 1230, est le pilier central de la salle et porte douze sculptures de toute beauté : la première rangée représente les quatre évangélistes, surmontés d'anges jouant de la trompe. Le groupe supérieur comprend le Christ, assis, entouré d'anges portant les instruments de la Passion.

La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg

Construite durant le XVI ème siècle, l'horloge astronomique, chef d'oeuvre de la Renaissance, est considérée à l'époque comme faisant partie des sept merveilles de l'Allemagne. La légende prétend que le Magistrat, inquiet que le constructeur puisse construire ailleurs un ouvrage semblable, lui aurait crevé les yeux. Des automates s'activent tous les jours à 12h30. Tous les quarts d'heures, il y a quatre âges de vie : le premier quart d'heure, c'est l'enfant qui fait le tour de l'horloge ; le deuxième quart d'heure, c'est l'homme jeune qui fait le tour ; le troisième quart d'heure, c'est l'homme mûr qui fait son tour et, au dernier quart d'heure, c'est le vieillard qui annonce sa mort et l'arrivée de l'enfant.

La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
La cathédrale de Strasbourg
Strasbourg, février 2016

Strasbourg, février 2016

Partager cet article

Repost 0

Si on était des indiens...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Si on était des indiens...
Si on était des indiens...
Si on était des indiens...
Si on était des indiens...
Si on était des indiens...
Si on était des indiens...

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

Raymond Daussy

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Raymond Daussy

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Pause

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Pause jusqu' à dimanche. Le tenacier va s'aérer du coté de l'Alsace.

Pensez aux dons. C'est bientôt l'anniversaire du blog.

Profitez de ce repos pour voir les billets anciens et surtout de les commenter.

Partager cet article

Repost 0

une visite au musée Eugène Delacroix

Publié le par lesdiagonalesdutemps

une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix

Quand je vois un portrait d'un jeune homme du temps jadis, je ne peux m'empécher de me demander: qu'est-il devenu? Grâce à la diabolique toile, on a parfois la réponse, comme ici:

Auguste Richard de La Hautière est né le  à Paris dans une famille originaire du Vendômois, il étudie à l'Institution Saint-Victor (aujourd'hui lycée Chaptal), fondée en 1820 par Prosper Goubaux, et obtient le second prix de version latine au Concours général de 1828. À cette occasion, Eugène Delacroix réalise son portrait. Licencié en droit en 1835, il s'inscrit au barreau de Paris. Mais, attiré par le socialisme, il se lance dans le journalisme.

Rédacteur à L’Intelligence, journal de la réforme sociale, dirigé par Albert Laponneraye, il collabore également à L’Égalité, revue démocratique mensuelle, qui a une existence éphémère. Après L'Égalité, revue démocratique mensuelle (1839), il fonde en  son propre journal, La Fraternité, journal moral et politique, dont il est rédacteur en chef. Après l'Égalitaire, cette publication est pendant quelques mois l'organe du courant plus révolutionnaire du communisme français néo-babouviste, le courant plus pacifique et spiritualiste s'exprimant dans le Populaire d'Étienne Cabet.

Il est surtout connu pour De la loi sociale (1841), ouvrage dédié à Pierre Leroux.

Retiré de la vie politique sous le Second Empire, il reprend ses activités d'avocat à Vendôme, avant d'être nommé, par décret impérial du , avoué près le tribunal de première instance de Vendôme en remplacement de M. Jourdain, décédé, puis rejoint le barreau de Blois en 1866. Par ailleurs, il se consacre à la poésie.

Richard Auguste de La Hautière est mort le  à Vendôme.

 

une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix

Lors de ma visite au musée Delacroix sur la belle place Furstenberg, derrière l'église Saint Germain des prés l'accrochage du musée était centré sur le rapport de Delacroix avec l'antiquité. Curieusement cet amoureux des antiques gréco-romains n'a jamais fait le voyage vers la Grèce et l'Italie alors qu'il en avait les moyens. Il a en revanche beaucoup copié des antiques.

une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
une visite au musée Eugène Delacroix
Paris, février 2016

Paris, février 2016

Partager cet article

Repost 0

Boys Bathing par Johans Valters

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Boys Bathing par Johans Valters

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>