Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Steffen Grap

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap
Steffen Grap

Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

Gerardo Sacristán Torralba

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Colca Canyon

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Colca Canyon
Colca Canyon
Colca Canyon
Colca Canyon
Colca Canyon
Colca Canyon
Les trois dernières photo ont été prise au mirador Wayra Punku, Pérou, septembre 2015

Les trois dernières photo ont été prise au mirador Wayra Punku, Pérou, septembre 2015

Partager cet article

Repost 0

Rêverie sur le quatrième de couverture des "Inrocks" de la semaine

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Rêverie sur le quatrième de couverture des "Inrocks" de la semaine

En général, je ne comprend rien aux publicités que je découvre sur les murs, dans les magazines ou bien encore à la télévision. Je ne sais jamais ce qu'elles sont censées faire vendre. En voyant le quatrième de couverture du numéro de la semaine des "Inrockuptibles", j'ai immédiatement pensé qu'elle faisait la réclame pour un bordel de garçons. Sans doute allez vous me taxer d'obsédé sexuel, vous n'auriez peut être pas forcément tort... Cette association d'idées demandent peut être quelques éclaircissements. Cette image, pour laquelle malheureusement j'ignore à la fois le nom du photographe et celui du modèle, a aussitôt fait resurgir de ma mémoire une époque révolue et dans celle-ci, un lieu précis: une des chambres de l'hôtel de l'Alsace-Lorraine, le nom me faisait invariablement penser à celui de la Normandie et de l'Abyssinie réunies de l'immortelle chanson "Félicie aussi". C'est dans cet établissement que durant assez longtemps, j'ai emmené mes vénales conquêtes d'un soir. L'adresse si, le veilleur de nuit n'était pas regardant avec qui vous montiez,  était doté d'un luxe spartiate. Il avait une décoration et un mobilier très semblables à ce que nous apercevons sur l'image ventant la maison de couture Yves Saint Laurent, après mures réflexions j'en ait déduit que plutôt qu'un établissement de plaisir c'est un jean qu'on cherchait à nous fourguer. Je me souviens que la serviette que le veilleur de nuit vous tendait après avoir réglé la chambre, sans avoir omis de préciser que ce n'était que pour un petit moment avait une finesse et une matière rêche que je n'ai jamais retrouvées ailleurs. Cet utile lieu se trouvait rue des Canettes. C'est à dire à quelques centaines de mètres du circuit des gigolos de Saint-Germain, un quadrilatère formé par le boulevard Saint-Germain, la rue du Dragon, la rue Bernard Palissy et la rue de Renne. Lorsque on en avait repéré un garçon à sa convenance lors d'un de ses passages, on le suivait quelques mètres voyant la chose l'objet du désir s'arrêtait, vous souriait (avec un peu de chance) et généralement sans préambule énonçait ce qu'il était disposé à faire avec vous. S'il ne faisait pas la nomenclature de ses possibles, vous pouviez espérer que vous aviez à faire à un novice. Ce fut le cas un soir avec un garçon qui était un quasi sosie de celui qui pose sur la photo de la publicité Saint Laurent d'où sans doute mes réminiscences. Après vous vous étiez mis d'accord sur le prix, la chose allais assez vite car il y avait une sorte de prix fixe (sauf pour les spécialités rares ou salissantes). Si je me souviens bien c'était 200 francs. Je vous parle de la deuxième moitié des années 70 époque où j'ai pratiqué assidument ce loisir dont je me suis ensuite totalement dépris. Les goûts changent! C'est curieux le silence sur cette activité qui durant des années semblait mobiliser un grand nombre de gens, clients et vendeurs, dans les parages de feu le drugstore Saint Germain. Malgré la vogue de l'auto-fiction  et des souvenirs en tous genres, il en n'est à peine question dans la littérature, si on excepte les propos courageux de Frédéric Mitterrand, bien que Saint-Germain ne soit pas le paysage de ses amours tarifés qu'il évoque dans  "La mauvaise vie". Rien non plus dans les épanchements télévisés qui encombrent le petit écran, pas plus que sur la toile ou en des termes si voilés que les seuls initiés pourraient reconnaitre le marché au tapins d'antan. Pourtant on y croisait parfois des têtes connus comme Aragon avec sa crinière bleue ébouriffée ou encore Hubert Deschamps déjà très abimé par l'alcool qui était un habitué du circuit des gigolos; au moins lui on savait où allait ses cachets! Il n'avait pas loin à emmener son "marché" de la soirée car il habitait le quartier. Un de ses favoris d'un soir, qui fut le mien un autre, m'assura que son intérieur était fort cossu et encombré. J'admirais beaucoup Hubert Deschamps infiniment plus qu'Aragon. Je n'ai jamais osé aborder le comédien; le lieu était difficile pour une première approche. Comment prendre langue? Comme avec un pêcheur: << Alors, ce soir ça mord?>>. Je n'ai jamais eu l'esprit d'à propos...

Peut être que le silence autour de la ronde de Saint Germain des prés est du au fait que tout les protagonistes de cet échange d'argent contre différents fluides sont tous morts du sida. Peut-être qu'un de ces fantômes du passé se manifestera à l'occasion de ce billet?   

Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

Kendric Tonn

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Kendric Tonn
Kendric Tonn
Kendric Tonn

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Jamie WISE par Hedi SLIMANE

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-01.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-02.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-03.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-04.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-05.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-06.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-07.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-08.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-09.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-010.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-011.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-012.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-013.jpg

 

Jamie-WISE-par-Hedi-SLIMANE-.---25-Mag.-014.jpg

Partager cet article

Repost 0

Evelyn Mary Dunbar (1906-1960)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Evelyn Mary Dunbar (1906-1960)
Evelyn Mary Dunbar (1906-1960)
Evelyn Mary Dunbar (1906-1960)
Evelyn Mary Dunbar (1906-1960)

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Dunbar a été formé artistiquement à Rochester et à l'écoles d'art de Chelsea, puis au Royal College of Art de 1929 à 1933. Dans sa dernière année en tant qu'étudiante, elle a commencé une série de peintures murales à Brockley County School for Boys (aujourd'hui l'École Prendergast). Les peintures, qui sont toujours en place, montrent l'école dans le lointain, les garçons grimper descendre des marches, les Feuillages et les fleurs au premier plan sont peints avec une précision délicate.

 

Evelyn Dunbar: The Country Girl et le seau de lait   à l'huile sur plâtre: 12 'X 7': Prendergast-Hilly Fields College, Lewisham, Londres

 Evelyn Dunbar: Rêve de Joseph Huile sur toile: 1 '6 "x 2' 6" (46 x 76 cm) Cambridgeshire County Council
 

 

En 1939 Dunbar allait ouvrir une galerie d'art mais le déclenchement de la guerre a mis un terme à ce projet. Dunbar a parcouru le pays pour peindre les activités des femmes dans la période de la guerre. C'est par ces peintures que l'on peut qualifier de féministe que Dunhar est surtout connue. Après la guerre Dunbar rejoint le New English Art Club, et à partir de 1950 enseigné à l'École de Dessin Ruskin. Pendant les deux dernières années de sa vie, elle peint des peintures murales au Training College Bletchley. 

Pour tout savoir sur cet artiste allez sur le remarquable site: http://evelyn-dunbar.blogspot.fr/

 

 

 
Evelyn Dunbar Alpha et Omega (Les panneaux Bletchley) 1,957 Huile sur 5-contre-plaqué (2'8 "x 4'3": 81 x 132cm) Oxford Brookes University, Campus Wheatley

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Li Ming Shun

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Li Ming Shun

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

les collages irrespectueux de Barry Kite

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Kuniyoshi, le démon de l'estampe au Petit Palais (2)
Paris, octobre 2015

Paris, octobre 2015

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>