Masahisa Fukase

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Masahisa Fukase est né le 25 février 1934 dans l’île de Hokkaidō dans une famille de photographes de studio, il entre à l’âge de dix-huit ans à l’université Nihon qui est l’une des premières au Japon à proposer un cursus de photographie artistique. En 1956, il entre comme photographe dans une agence de publicité. Quelques années plus tard, parallèlement à son activité professionnelle, il commence à publier et exposer des photographies de reportage, comme « Tuez les porcs ! » (Buta wo korose !) en 1961. Après un passage en 1967-1968 comme directeur de la photographie aux éditions Kawade, il poursuit son activité en free-lance. En 1971, il publie son premier album de photographies. Son style intimiste, froid au niveau des compositions, mais très riche au niveau de la texture, l’impose comme l’un des principaux photographes de sa génération. Entre 1974 et 1976, il collabore avec Araki NobuyoshiTōmatsu ShōmeiHosoe Eikō et Moriyama Daidō à l’école de photographie Workshop, un des hauts lieux de la création artistique japonaise des années 1970. En 1992, il subit un grave accident vasculaire cérébral et il est maintenu en soins intensifs jusqu’à sa mort en 2012. Ses tirages et ses albums comptent parmi les plus chers sur le marché de la photographie japonaise contemporaine.

Publié dans photographe

Commenter cet article

ismau 20/06/2017 19:10

Je ne connaissais pas ce photographe fort talentueux, qui joue superbement sur la composition, et sur le noir et blanc . Ses nuées de corbeaux et leurs rassemblements inquiétants, me rappellent inévitablement le film d’Hitchcock ( présence des corbeaux de plus en plus importante, visible et sonore, dans mon environnement également )

lesdiagonalesdutemps 20/06/2017 21:56

Elles sont aussi typique du japon. Les corbeaux y sont très présent en particulier dans le parc Ueno à Tokyo. Je n'ai pas manqué de leur dire au revoir avant de quitter la ville dont ils sont pour moi l'emblème. Ils sont aussi le désespoir du photographe tant ils sont difficiles à photographier.