Musée National d'art occidental de Tokyo (1)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Musée National d'art occidental de Tokyo (1)

Le bâtiment qui abrite une belle collection d'art occidental surtout d'art moderne et plus particulièrement impressionniste a été conçu par Le Corbusier. Il a été ouvert en 1959 pour abrité la collection de Matsukata Kojiro (1865-1950). Collection qui a été sérieusement agrandie depuis l'ouverture du musée.

Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Chassériau

Chassériau

Rodin

Rodin

Rodin

Rodin

Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
El Greco

El Greco

Musée National d'art occidental de Tokyo (1)
Tokyo, avril 2017

Tokyo, avril 2017

Commenter cet article

Vincent 07/05/2017 14:51

Un bémol: la plupart des Rodin sont des fontes récentes du musée éponyme français, c'est beau mais les patines sont trop flamboyantes, aucune âme par rapport aux fontes anciennes.

ismau 06/05/2017 18:01

Belle architecture, et très belle collection ! J’aime en particulier ce dessin de Chassériau, et puis ces Rodin toujours, aussi le bel exemple de périzonium transparent d’un certain Jacopo del Sellaio, le Christ du Greco qui a un étrange périzonium justement, et puis pour son actualité le Jugement Dernier de Bassano … avec la grosse dame blonde dont s’occupent les diables !

lesdiagonalesdutemps 06/05/2017 18:36

Pour tout dire j'ai pensé à vous en photographiant le tableau de ce Jacopo del Sellaio dont je ne sais rien.
Le dessin de Chassériau faisait parti d'une exposition temporaire dédiée à ce peintre; exposition où il était impossible de photographier. Mais j'ai rusé j'ai photographié le catalogue.
J'aime toujours les diables et autres démons dans les tableaux religieux. Ces intéressantes créatures apparaissent au XV ème siècle et disparaissent au XVIII ème, après plus de diables! En la matière j'ai été servi au Pérou, pays où malheureusement il est très difficile de photographier dans les musées et les églises.
Seul les corbeaux du parc Uéno, tout près, peuvent apprécier, en le survolant, l'architecture du bâtiment car je n'ai pas vu d'ouvertures permettant de s'éclipser par une porte d'aération, le jour de ma visite à ce musée il pleuvait des cordes; ce qui est assez fréquent à Tokyo et au Japon en général. Donc pas d'échappatoires pour une visite des alentours. Ce genre de porte est bien utile souvent pour inspecter le bâtiment mais il faut éviter de déclencher l'alarme comme je l'ai fait à la cinémathèque de paris...