Kiyomizu-dera à Kyoto

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto

Le temple Kiyomizu-dera est perché sur une colline qui domine la ville et offre de belles vues sur celle-ci. Il est des grands lieux de ferveur populaire au Japon.

Le temple remonte à 798 mais la plupart des bâtiments que l'on voit aujourd'hui datent de 1633. 

Le pavillon principal supporté par d'impressionnants piliers en bois surplombe le flanc de la colline. Hélas il était lors de ma dernière visite en réfection (je l'avais déjà photographié, intact, lors de mes précédentes visites, il y a 6 et 7 ans:Kiyomizu-dera à Kyoto au printemps ). J'ai donc cette fois fait plus de photos des visiteurs du temple et des vues qu'il propose que du temple lui-même. 

Le temple possède un sanctuaire où l'on peut s'assurer l'amour en parcourant tout droit, les yeux fermés, les 18 mètres qui séparent une grosse pierre d'une autre d'où la fréquentation de ce temple par de nombreux jeunes gens.

du temple une vue de la Chawan-zaka la rue bordée d'échoppes qui déscent vers la ville.

du temple une vue de la Chawan-zaka la rue bordée d'échoppes qui déscent vers la ville.

Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kiyomizu-dera à Kyoto
Kyoto, Japon, mars 2017

Kyoto, Japon, mars 2017

Commenter cet article

xristophe 25/05/2017 15:15

Toutes ces sifflantes labio-dentales du titre que vous citez se terminant par "fantômes" - n'est pas si mal non plus je trouve - évoquant les fantômes avec tout ce vent soufflant sous les portes des châteaux hantés...

xristophe 25/05/2017 15:03

Je suis idiot, Ismau, avec mes titres impairs... Et si je n'ai pas lu ce livre, c'est par peur de l'affronter. Et d'autant que j'ai lu d'autres Guibert, que j'ai bcp aimés...

ismau 24/05/2017 18:15

Un autre titre de Guibert, peut-être pire, c’est : "Vous m’avez-fait former des fantômes", une curiosité pour le contenu également .
"A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie" est il est vrai un "document irremplaçable ..." mais pour moi ne se limite absolument pas à ça . L’ensemble formé avec "Le Protocole compassionnel’ ( suite de A l’ami ) est suffisamment original, sensible et singulièrement bien écrit , pour être davantage une expérience unique et universelle sur la maladie, la mort, le sens de la vie ... avec toujours un humour merveilleux .

lesdiagonalesdutemps 24/05/2017 18:22

Ayant vécu, comme bien d'autres, douloureusement cette époque, il m'est difficile d'être objectif sur ces livres comme sur le film sur Act-up qui fait grand bruit à Cannes et que je ne suis pas certain d'aller voir en dépit de sa renommé.

xristophe 20/05/2017 01:55

Je n'ai malheureusement pas lu "A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie" à cause de la métrique bancale impaire et mal foutue du titre

lesdiagonalesdutemps 20/05/2017 08:09

Ce n'est pas le livre de Guibert que je préfère mais c'est un document irremplaçable sur les mentalités lors de l'irruption du SIDA.

ismau 18/05/2017 15:13

Ce temple tellement photogénique au milieu de la nature, et ces jeunes gens non moins photogéniques en costumes traditionnels … m’ont rappelé tout à coup cet épisode émouvant et humoristique de visite d’un temple à Kyoto, raconté par Hervé Guibert au chapitre 42 de "A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie" . Il s’y retrouve avec Sophie Calle après la visite au temple d’Asakusa, et tous deux déposent enfin leurs vœux . Ce ne doit pas être le même temple que celui-ci, il l’appelle "le temple de la mousse", qui d’après ce que j’ai trouvé serait le temple de Kokedesa, ou Saihoji .

lesdiagonalesdutemps 18/05/2017 15:32

Je n'ai malheureusement pas encore visité ce temple de la mousse. Peut-être une prochaine fois...