Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama
Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama

Momotaro est l’un des contes populaires les plus appréciés au Japon, ainsi que l’un des plus connus. Le nom « Momotaro » est composé de « momo » qui signifie pêche en japonais et de « Tarô » qui est un prénom masculin populaire. Le titre peut donc être traduit comme « l’enfant né dans une pêche ».
L’histoire, datant de l’époque Edo, se retrouve dans de nombreuses chansons et comptines pour enfants, et aussi présent comme référence dans de nombreuses oeuvres populaires, notamment les mangas et animés (Détective Conan, Samurai 7…)

 



Il y a bien longtemps, un vieux couple de paysans sans enfants, vivait dans une grande pauvreté.

Un jour, alors que la vieille femme lavait des vêtements à la rivière, une grosse pêche, portée par le courant, vint se cogner contre son panier. La vieille femme de 60 ans n’avait de sa vie jamais vu une pêche aussi grande.

Pensant que le fruit devait être délicieux, elle voulu l’emporter pour la manger avec son mari. Toute heureuse, elle l’attrapa et, sans terminer son travail, retourna chez elle en courant. Quand son mari rentra, elle lui offrit le fruit en cadeau. Celui-ci semblait peser encore plus lourd qu’avant. Surpris par la taille de la pêche, il écouta l’histoire de sa femme.

Affamé, le couple décida de la manger. L’homme pris un couteau, mais au moment de la couper, la pêche s’ouvrit d’elle-même en deux.Un magnifique petit enfant en sortit. La femme et l’homme, en voyant la scène, furent si stupéfaits qu’ils en tombèrent au sol. L’enfant parla : « N’ayez pas peur, je ne suis ni démon ni fée. Le ciel m’a envoyé par compassion envers vous. Vos pleurs ont été entendus. »
Entendant cela, les deux personnes pleurèrent de joie. Ils prirent l’enfant dans leurs bras et le nommèrent Momotaro, « fils de pêche ».

 



Des années plus tard, Momotaro, alors âgé de 15 ans, décida de quitter la maison. Il raconta à ses parents qu’au Nord-est du Japon, les habitants de l’île d’Onigashima étaient constamment attaqués par une horde de démons cannibales qui les tuaient et volaient leurs biens. Le jeune homme voulu alors partir secourir les habitants. Ses parents, attristés, se résignèrent à le laisser partir.

Statue du temple Momotaro à Inuyama

Statue du temple Momotaro à Inuyama


 
Sur le chemin, Momotaro rencontra successivement un énorme chien, un singe et un faisan. Ceux-ci, en apprenant qui il était, décidèrent de le rejoindre et de l’aider dans sa quête.

Après plusieurs jours de marche, la petite armée arriva sur les côtes de la mer du Nord-Est. Le jeune homme trouva un bâteau qui les conduisit sur l’île des Démons.

 
 


Au sommet de la falaise de l’île se trouvait un château. Le faisan s’envola et annonça aux demons que Momotaro était en route pour les attaquer. Cela fit rire les démons, qui tentèrent de tuer l’oiseau. Pendant que celui-ci faisait diversion, Momotaro et le reste de sa petite bande entrèrent par la porte de derrière, et commencèrent l’attaque.
 
 
 


Ils tuèrent tous les démons, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le chef, que Momotaro captura.

Les habitants de l’île furent délivrés, et le pays tout entier accueilla Momotaro comme un héros. Le jeune homme rentra chez ses parents avec le chien, le singe, le faisan, et de nombreux trésors.

Au retour de leur fils, le vieux couple fut fou de joie, et le trésor que ramena leur fils leur permis de vivre en paix jusqu’à la fin de leurs jours.
Momotarō est associé à la ville d'Okayama, où l'histoire aurait été inventée. Certains historiens pensent qu'elle trouve ses origines dans l'antiquité, lorsque le prince déifié Kibitsuhiko-no-mikoto aurait été envoyé par son père l'Empereur Kōrei pour soumettre la province de Kibi. Comme le dit le proverbe "seul les vainqueurs écrivent l'Histoire" et comme ce fût souvent le cas dans l'Histoire du Japon, les ennemis furent diabolisés et associés à des Yokai, qui à leur tour rejoignirent le folklore populaire.
Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama
Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama
Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama
Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama
Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama
Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama
Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama
Tentative d'épuisement photographique de la statue de Momotaro à Okayama
Okayama, Japon, mars 2017

Okayama, Japon, mars 2017

Commenter cet article

ismau 02/05/2017 17:12

Joli conte ! Le début ressemble étrangement à celui de Tom Pouce … ( C’est toujours étonnant ces invariants des récits populaires, d’un pays ou d’une culture à une autre ) . Et vos photos sont particulièrement réussies : avec un même sujet, cette statue du petit Momotaro, vous nous donnez de belles images étonnamment différentes suivant l’angle de vue, le décor et le cadrage - la dernière spécialement inattendue et amusante !

lesdiagonalesdutemps 02/05/2017 17:23

Lorsque l'on fait des photos d'un sujet, il faut avoir un peu de chance et surtout de pas oublier de saisir les occasions.

openbrief 01/05/2017 09:37

Depuis que je suis membre de ce blog, j'ai la douce impression que notre webmaster a une affinité particulière pour le Japon.
N'est il pas vrai ?

lesdiagonalesdutemps 01/05/2017 09:59

J'ai fait quatre séjours dans ce pays et j'espère qu'il y en aura d'autres... Dès mon adolescence je me suis intéressé au cinéma japonais puis à sa littérature et enfin, il y a une vingtaine d'années j'ai découvert les manga et les animés, en outre ce pays me plait pour son souci de la hiérarchie tout dans ses marges acceptant une fantaisie et une liberté inconnue en occident.