Rancillac chez les cocos (1)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Rancillac chez les cocos (1)
Rancillac chez les cocos (1)

Le Parti Communiste étant en déshérence, encombré de son somptueux siège qu'il ne peut pas vendre pour des questions juridiques et le musée de la Poste, où j'ai vu souvent de belles expositions, étant en réfection, le premier a eu la bonne idée de louer au second le très vaste espace de son hall pour une rétrospective Rancillac, compagnon de route, comme on disait jadis, du dit P.C.

La manifestation s'inscrit dans la suite d'un heureux revival de la Figuration narrative*. On a eu en particulier ces dernières années, principalement, Erro à Lyon, Monory à Vitry, Fromanger au Centre Pompidou et surtout la grande rétrospective au Grand Palais dans laquelle Rancillac figurait au coté, entre autres, d'Aillaud, Fomanger, Cueco, Erro, Télémaque... Voici maintenant Rancillac dans ce lieu insolite pour une exposition de peinture qu'est le siège du Parti Communiste Français, place du colonel Fabien dans le XIX ème arrondissement de Paris. Le lieu s'avère à la réflexion judicieux, autant par les beaux espaces qu'il offre que par son adéquation avec le style des oeuvres qui flirtent avec un réalisme socialiste à la française regardant les évènements du monde. Mais comme Erro, Rancillac est influencé formellement par les images.

L'engagement politique de Rancillac se montre dans presque chaque toile, si l'on excepte celles érotiques et celles prenant pour thème le jazz, et encore... Le message est direct et présenté d'une façon beaucoup moins subtil que chez Fromanger ou Aillaud. Il n'est pas non plus transcendé par l'humour comme chez Erro (à part la série des Mickey et qui est assimilable au pop art). L'ensemble est aussi beaucoup plus hétérogène que chez ses camarades cités de la figuration narrative. Ces peintres ne serait-ils pas les peintres d'Histoire du XX ème siècle?


rancillac300258901

L'exposition est présentée globalement de façon chronologique. On commence par quelques toiles abstraites qui ne dépareraient chez Twombly pour poursuivre avec des oeuvres qui font la transition entre cette première manière, vite abandonnée, et le réalisme photographique qui sera son expression jusqu'à aujourd'hui. Ces quelques toiles qui sont du coté de Guston me semble les plus intéressantes.

Rancillac outre ces peintures et ses sérigraphies qui peuvent être sur tôle, plexiglass ou bâche a réalisé aussi des valises que je situerais entre Duchamp et Rauschenberg.

Tout cela un peu trop donneur de leçon à mon goût est très intelligemment présenté dans un lieu qui ne doit pas être facile à apprivoiser pour un accrochage. Les oeuvres sont bien éclairées et c'est gratuit! Ce qui est une grosse surprise pour une exposition aussi vaste et aussi sérieusement organisée. En plus, à l'entrée, on vous distribue un joli fascicule fort instructif sur Rancillac. Autre chose bien agréable les photos sont autorisées. Encore une exposition de cet acabit place du colonel Fabien et aux prochaines élections je vote communiste... Peut être pas quand même.

Où es-tu, Que fais-tu? (1965)

Où es-tu, Que fais-tu? (1965)

Rancillac chez les cocos (1)
Rancillac chez les cocos (1)
Rancillac chez les cocos (1)
Rancillac chez les cocos (1)
Rancillac chez les cocos (1)

L'art de Rancillac se place donc au confluent de l'histoire de l'art et de l'histoire, et il lui sera toujours reconnu le mérite d'avoir, avec opiniâtreté sans compromis, dans le refus du conformisme pictural, voulu dire la vie par l'art et réintroduire l'art dans la vie par les médias les plus accessible à ceux qui sont les plus démunis devant l'art.

Bernard Ceysson, Rancillac, 1971

Rancillac chez les cocos (1)
portrait de Giacometti

portrait de Giacometti

Rancillac chez les cocos (1)
Rancillac chez les cocos (1)
Rancillac chez les cocos (1)

Rancillac a consacré, à la fin des années 70, une série de peintures à Ulrike Meinhof. Cette dernière était journaliste avant de devenir, en 1970, une des combattantes les plus actives de la bande à Baader, groupe qui commettra de nombreux attentats. Elle fut condamnée à huit ans de prison en 1974. En 1978 on la retrouvera pendue dans sa cellule. L'enquête conclut au suicide, ce qui n'entrainera pas la conviction de certains...

L'accrochage fait alterner des toiles représentant des couloirs de prison, symbolisant le statisme, avec des représentations de voitures de course, image du mouvement par excellence; mais les pilotes ne sont-ils pas aussi prisonniers de l'habitacle de leur automobile.

Dans cette série, une fois n'est pas coutume chez le peintre le message n'est pas direct mais est suggéré ce qui en fait un des ensembles le plus intéressant de l'exposition.

Rancillac chez les cocos (1)
image illustrant le conflit nord-irlandais (1977)

image illustrant le conflit nord-irlandais (1977)

Rancillac chez les cocos (1)
évocation de la guerre civile espagnole

évocation de la guerre civile espagnole

J'ai été sensibilisé à la guerre d'Espagne par la lecture du livre d'Orwell: "hommage à la Catalogne". Je salue tous les combattants sans faire le procès de personne. J'ai cherché de la documentation à la bibliothèque d'histoire contemporaine de la ville de Paris. Je suis tombé sur un fond de photos déposé il y a près de quinze ans mais rarement consulté. Je me suis inspiré d'une image bouleversante. Il s'agit d'une affiche de l'armée républicaine qui montre les enfants morts pendant le siège de Madrid bombardé par l'aviation de Mussolini. La guerre d'Espagne, c'est énorme...

Bernard Rancillac

Le coup d'état au Chili du général Pinochet. (1977)  La toile dénonce l'instrumentalisation des militaires chiliens par les américains

Le coup d'état au Chili du général Pinochet. (1977) La toile dénonce l'instrumentalisation des militaires chiliens par les américains

représentation du conflit cambodgien

représentation du conflit cambodgien

portraits de Burrough

portraits de Burrough

portrait de Ginsberg, 1968

portrait de Ginsberg, 1968

Paris, mars 2017

Paris, mars 2017

*Lfiguration narrative a regroupé un certains nombre de peintres qui s’opposaient au diktat de l’abstraction de l’école de Paris. Il s’agissait entre autres de Monory, Fromanger, Rancillac, Klasen , Arroyo , Erro... Comme le nom de leur groupe l’indique trouvé, par leur rassembleur, le critique Gérald Gassiot-Talabot , ils se voulaient et se veulent toujours pour les survivants de cette équipée, figuratifs mais au delà de la forme (et pourtant!) qui est nourri de la BD, de la photographie, du cinéma ou des images d'actualité. Ils avaient aussi en commun un grand sens de la couleur qu’ils utilisaient souvent pure en et aplat.

Commenter cet article

ismau 09/04/2017 11:00

Merci de m’avoir incité par votre billet et vos photos, à visiter cette expo . Je ne l’ai pas regretté ! L’oeuvre de Rancillac n’est pas dénuée d’intérêt, historiquement - pour l’histoire de l’art en France – et puis visuellement ce n’est pas désagréable . Mais c’est l’architecture de Niemeyer qui m’a le plus impressionnée, et aussi ce lieu mythique qu’"était" le siège du PCF, avec la magnifique – en effet ! - salle futuriste du Comité central ( qu’on localise extérieurement par sa coupole blanche sculpturale devant le bâtiment, je ne l’avais pas compris d’emblée )

Jean-Yves 22/03/2017 17:36

La place du Colonel Fabien.
Toute une époque.
Le PC devait être au moins subventionné par Moscou pour se payer un si beau siège. Il se dit que l'immeuble a une forme de marteau et de faucille. Est ce vrai?
En tous les cas cet immeuble mériterait d'être classé monument historique, entre son architecte et son usage...

lesdiagonalesdutemps 12/04/2017 08:52

Ce n'est pas un secret que les finances du P.C dépendaient en grande partie de la générosité de Moscou d'où leur déconfiture après l'effondrement du mur, mais lorsque à l'époque ont écrivait cela on était traité de fasciste! A ce propos avant Guerre le Duce arrosait une partie de la presse française. Plus récemment dans les années 60 et 70 les Etats-Unis, Israel, l'Afrique du sud faisaient de même (et j'en oublie mais je ne parle que de ce que je connais) et aujourd'hui Poutine donne un coup de main au F.N... Une très vieille pratique qui n'est pas près de s'éteindre. Ceci dit la France n'est pas en reste en particulier en Afrique...

ismau 13/03/2017 19:27

C’est plutôt mieux que je ne croyais, ne me souvenais : moins explicite justement ... ou alors, peut-être avez-vous choisi les meilleures peintures ?! Et puis le lieu d’exposition a l’air somptueux, et vos photos sont très réussies .

lesdiagonalesdutemps 14/03/2017 17:15

Le lieu n'est pas mal. Les caciques du P.C.F ne s'embêtaient pas question locaux. Mais ça c'est difficile à passer comme abus de biens sociaux. Mais quand on pense au coût de la construction d'un tel bâtiment... Certes Niemeyer a fait don de son travail. Ah je crois que lui aussi a eu la légion d'honneur et quelques commandes dans les municipalités communistes...
Pour juger peut être mieux cette rétrospective, attendre mon deuxième billet et surtout visiter l'exposition (en semaine en prime on peut voir la salle immense et somptueuse où se réunissent les sectateurs de Lénine aujourd'hui, ils ne doivent pas être gênés.