Bastien Lepage

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Bastien Lepage
Bastien Lepage
Bastien Lepage

Dans une composition audacieuse, figure naturaliste et environnement impressionniste, la silhouette immobile et le profil parfait du jeune garçon se détachent au premier plan avec netteté sur un fond très librement ébauché, où se distinguent une cabine de bain et de vagues silhouettes féminines s’égayant sur la plage. De cette différence de traitement des plans découle une saisissante
impression, probablement délibérée, de « photomontage ». La délicatesse et la douceur des traits du visage contrastent avec les détails quasi-véristes du corps, les os saillants des omoplates et du bassin, le petit ventre rebondi. S’il se rattache aux images de petits travailleurs populaires conçues par Bastien-Lepage, entre portraits et scènes de genre, ce garçon s’en distingue aussi nettement par son étrangeté et la sérénité apaisée qui s’en dégage.

 

Rémy Cogghe.

Bastien Lepage

Bastien Lepage est celui qu'Emile Zola considérait en 1879 comme le "petit-fils de Courbet et de Millet" et comme l'un des ténors du naturalisme. Il a reçu une formation académique dans l'atelier d'Alexandre Cabanel. Après deux échecs, en 1875 et 1876, au concours pour le prix de Rome, Bastien-Lepage a su construire un oeuvre originale. Il a su regarder du côté des réalistes, ses aînés, mais aussi du côté de ses contemporains, défenseurs de la nouvelle peinture, à laquelle il emprunte les tons clairs et la touche vibrante.
Bastien-Lepage consacre principalement sa courte existence à deux types de sujets : les portraits d'abord, qui lui valurent une clientèle fidèle parmi les artistes, de Sarah Bernhardt à Coquelin aîné- et au sein de la bourgeoisie républicaine, de Simon Hayem à Léon Gambetta, et les sujets paysans ensuite, qu'il brosse souvent sur les lieux de son enfance, séduisant le public du Salon avec Les Foins.
 

Les foins

Les foins

Le succès venu, l'artiste voyage, notamment en Angleterre, en Suisse et en Italie, d'où il rapporte des paysages mais aussi des peintures à mi-chemin entre portraits et scènes de genre, dans lesquelles il croque la vie rurale et citadine des enfants et des adolescents.

Jules Bastien-Lepage n'a malheureusement pas pu donner toute la mesure de son talent, il meurt prématurément à 36 ans, le 10 décembre 1884, dans son atelier de la rue Legendre à Paris, d'une tumeur cancéreuse.

Bastien Lepage
Bastien Lepage
Bastien Lepage
Bastien Lepage
Bastien Lepage
Bastien Lepage
Bastien Lepage
Bastien Lepage
Bastien Lepage
Enlèvement du corps de César

Enlèvement du corps de César

Publié dans peinture

Commenter cet article

Tiago 21/03/2017 03:40

Les garçons se baignant ne sont pas à Jules Bastien-Lepage, mais à (William) Edward Stott: «On a summer afternoon», 1892.

lesdiagonalesdutemps 12/04/2017 08:29

Merci pour cette rectification.

ismau 06/03/2017 11:51

Merci pour ce billet . Bastien Lepage est, je le découvre, tout aussi intéressant sinon plus que son compatriote lorrain Friant . S’il n’était pas mort aussi jeune, peut-être aurait-il abandonné ce qu’il lui restait d’académisme pour se tourner vers de nouvelles pratiques ? Un des premiers tableau que j’ai vu de lui, au musée de Metz, était tout a fait étrange et émouvant : de très grande taille, inachevé, avec un personnage de "Semeur" curieusement fantomatique … le cartel indiquait qu’il n’avait pu le terminer en raison de sa maladie brutale - et fatale - à l’âge de 36 ans . Voici "Le se meur" ( ! ) 
http://paintingandframe.com/uploadpic/jules_bastien_lepage/big/le_semeur.jpg
Et puis, en m’intéressant aux Prix de Rome avec votre récent Gaudar de Laverdine, j’ai trouvé ces deux très bons sites . On y voit les tableaux de concours de Bastien Lepage : en 1875, "L’annonce aux bergers" (+ une petite photo du peintre ) et en 1876 sur le 2ème site, "Priam aux pieds d’Achille" - que vous nous montrez :
http://grandemasse.org/?c=actu&p=Grand_Prix_Rome_Peinture_1864-1968
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_prix_de_Rome_en_peinture

lesdiagonalesdutemps 06/03/2017 12:38

Merci pour l'adresse de ce site http://grandemasse.org/?c=actu&p=Grand_Prix_Rome_Peinture_1864-1968 que je ne connaissais pas. Merci également pour le lien vers ce curieux semeur que le fait qu'il ne soit pas fini le fait échapper à l'école de Millet.