Briton Rivière

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Briton Rivière

Briton Rivière est un peintre selon mon coeur d'abord il aime les animaux avec une prédilection particulière pour les chiens et les lions pour lesquels je partage son regret intime qu'en d'autres temps ils n'aient pas bouffé plus de catéchumènes...

Briton Rivière
Briton Rivière

Briton Rivière est né à Londres en 1840. Son père, William Rivière (1806-1876), est alors et depuis quelques années maître de dessin au Cheltenham college, puis professeur d'art à l'Université d'Oxford. Briton est instruit au Cheltenham college et à Oxford, où il a obtenu son diplôme en 1867. Pour sa formation artistique, il a été presque entièrement redevable à son père. Son oncle paternel Henry Parsons Rivière (1811-1888) était aussi un aquarelliste renommé, présentant des œuvres à laRoyal Watercolour Society à Londres et à la Royal Birmingham Society of Artists.

Ses premiers tableaux sont montrés à la British Institution, et en 1857 il expose trois œuvres à la Royal Academy, mais ce n'est qu'en 1863 qu'il est devenu un contributeur régulier aux expositions de l'Académie. En cette année, il représente "The eve of the Spanish Armada" et en 1864 "Romeo and Juliet". Cependant, les sujets de ce genre ne l'ont pas attiré longtemps, car dès 1865, il commence, avec "Sleeping Deerhound", une série de peintures animalières, un genre qui l'occupera une grande partie du reste de sa vie.

Tôt dans sa carrière, Rivière travaille en tant qu'illustrateur, en commençant par le magazine Punch. Il est élu membre associé de la Royal Academy en 1878, RA en 1881, et a reçu le diplôme de docteur en droit civil à Oxford en 1891. Il a été battu de justesse à l'élection à la présidence de la Royal Academy en 1896. Son épouse, Mary Alice Rivière (née Dobell, 1844 à 1931) qu'il avait épousé en 1867, était un peintre et expose brièvement à la Royal Academy of Arts en 1869-1870. Après la mort de Briton, à Londres en 1920, elle l'expose au British Museum quatre de ses dessins (et une gravure The king drinks). L'artiste et son épouse eurent sept enfants; cinq fils et deux filles. Un des fils, Hugh Goldwin Rivière (1869-1956), est devenu portraitiste.

Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière
Briton Rivière

Publié dans peinture

Commenter cet article

Tiago 24/03/2017 20:37

«je partage son regret intime qu’en d'autres temps ils n’aient pas bouffé plus de catéchumènes...» Ha ha ha... oui, c’est dommage.

ismau 13/02/2017 18:38

Formidable tous ces tableaux ! Presque aussi étonnant pour la mise en scène d’une profusion d’animaux, je ne connaissais que les oeuvres de John Charles Dollman, compatriote justement de Briton Rivière . Ne sachant quelle image choisir, je me suis attardée sur la dernière, qui reste énigmatique même après avoir cherché sont titre : « Tout ce qui reste du naufrage » ...

lesdiagonalesdutemps 13/02/2017 18:50

En effet les titres sont assez rigolos en regard des oeuvres. Saint Daniel a beaucoup inspiré le peintre. Ce qui m'étonne c'est ce nom très français pour ce peintre très anglais mais je n'ai rien trouvé sur le sujet.