Augustin-Alphonse Gaudar de Laverdines, Narcisse

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Augustin-Alphonse Gaudar de Laverdines (Bourges 1780- 1804 Sienne) narcisse

Augustin-Alphonse Gaudar de Laverdines (Bourges 1780- 1804 Sienne) narcisse

Publié dans peinture

Commenter cet article

ismau 06/03/2017 11:49

Depuis que je vous ai lu, et que j’ai regardé avec grand intérêt ce site qui liste les Prix de Rome, je regrette de ne pas avoir vu les expositions que vous mentionnez ( aux Beaux arts je crois ? ) . Les titres sont déjà tout un poème, et les peintures en regard sont formidables . Pour l’année 1799, avec Gaudar de Laverdine et son Torquatus, il y a un concurrent ex aequo qui n’est pas mal non plus !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_prix_de_Rome_en_peinture

lesdiagonalesdutemps 06/03/2017 12:29

On va militer pour une nouvelle exposition autour des Prix de Rome dont beaucoup des tableaux dorment à l'école des Beaux-Arts qui pourrait me faire visiter les réserves de cette école (Récompense possible) d'autres sont dans des musées de province mais souvent dans les réserves.

ismau 02/03/2017 19:09

"L’inclémence de Torquatus" est en effet un bien édifiant sujet de peinture, merci de m’avoir renseignée sur cette belle histoire ! Dommage qu’au Beaux-Arts, où est conservé le tableau, on n’en donne qu’ une petite reproduction sur le net . Mais pour son joli Narcisse, je persiste à regretter que la branche, au contraire d’être "délicatement feuillue", soit si lourde .
Le nom du peintre, lui, est évidemment charmant, ainsi que la remarque de votre grand-mère . Moi je ne possède dans ma famille qu’une petite noblesse prussienne austro-hongroise ... "von Kromau" ou "von Kromauheim" c’est un peu moins élégant, mais déjà pas si mal . Ici , j’ai trouvé des liens où il est question du frère de mon arrière grand-père paternel, c’est amusant http://www.rodinny-erb.cz/?maulik-von-kromauheim,280
Et là, avec une photo où je le reconnais très bien, puisque j’ai tout un album de la fin du 19ème, avec cette famille allemande-tchèque :
http://www.suedmaehren.at/?wikiembed-url=http%3A%2F%2Fwww.suedmaehren.at%2Fwiki%2Findex.php%2F&title=Karl_Maulik_von_Kromauheim&diff=next&oldid=4209&wikiembed-title

lesdiagonalesdutemps 03/03/2017 07:30

J'appelle de tous mes voeux une nouvelle exposition sur les Prix de Rome. Il y en a eu deux, superbe, il y a une vingtaine d'année. Cela pourrait faire également le sujet d'un beau livre. Je ne connais pas de thèses du troisième cycle sur le sujet, il doit en avoir et cela m'intéresserait.

ismau 28/02/2017 15:17

Étonnant ( maladroit ou facétieux ? ) ce joli Narcisse qui semble plus intéressé par la drôle de branche cache-sexe, que par son reflet ...Écho indiscrète semble se poser quelques questions ...

lesdiagonalesdutemps 28/02/2017 17:03

-Narcisse se mirant dans l'eau (1800-01). Etonnante version de Narcisse : il est assis, nu, sur un rocher ; les traits du visage sont assez féminins (jolis cheveux bouclés) ; une branche délicatement feuillue lui sert opportunément de cache-sexe. On a l'impression qu'il trempe délicatement, frileusement, son orteil dans l'eau, comme pour en vérifier la température. En fait, il est en appui sur ses mains, et il tend son pied pour troubler son image qui se reflète dans l'eau. Il est indifférent à la présence d'Echo qui l'observe. A gauche, celle-ci est nue, à demi dissimulée par des feuillages.

lesdiagonalesdutemps 28/02/2017 17:03

Le tableau est au musée de Chateauroux avec deux autres tableaux du même tonneau. Je n'ai rien vu de cela lorsque je l'ai visité en 2001. Sur cette toile j'ai trouvé ce commentaire: >

lesdiagonalesdutemps 28/02/2017 16:35

Le peintre était du meilleur monde, de nos familles, comme disait ma grand mère. Il obtient le grand prix de Rome de peinture pour Manlius Torquatus condamnant son fils à mort en 1799 (ça c'est un sujet!), et devient pensionnaire de l'Académie de France à Rome à la villa Médicis. Il meurt prématurément à Sienne, le 16 septembre 1804, d'une maladie inconnue. Encore un beau pinceau qui nous a été enlevé dans la fleur de l'âge...
Si vous aviez oublié l'inclémence de Torquatus (oublier cela quelle idée!) voilà ce qu'on trouve sur la toile sur ce fait historique:
Manlius et son co-consul, Publius Decius Mus, décidèrent que les vieilles disciplines militaires seraient rétablies, et que toute désobéissance serait passible de la peine de mort. Il était notamment interdit à chaque soldat d'attaquer l'ennemi hors des rangs15. Le fils de Manlius, en quête de gloire, et provoqué par un latin, alla à l'encontre de la règle établie par les consuls, défit son adversaire, et revint au camp victorieux avec la dépouille de son ennemi. Manlius se détourna de son fils, convoqua l'armée, et ordonna aux licteurs d'attacher son fils au poteau et de l'exécuter4, pour avoir enfreint les règles consulaires et désobéi au père. Les soldats prirent le corps du défunt, et lui firent de dignes funérailles.

Dans son Histoire de Rome, Tite-Live décrit cet événement et conclut comme suit16 :

« …et la "sentence de Manlius", après avoir effrayé son siècle, laissa encore un triste souvenir à la postérité. »