Rembrandt intime au musée Jacquemart André

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Rembrandt intime au musée Jacquemart André
Rembrandt intime au musée Jacquemart André
Rembrandt intime au musée Jacquemart André

Petite exposition par le nombre des oeuvres présentées mais grande par le peintre et la qualité des tableaux. L'exposition s'articule autour de quelques belles toiles qu'entourent gravures et dessins. La grande qualité de ce Rembrandt intime est de nous faire souvenir quel grand dessinateur et graveur il était. Ces quelques pôles réussissent à donner un bon panorama de sa carrière et de l'évolution de sa manière passant de tableaux très dessinés du début à des toiles dans lesquelles s'expriment une touche plus libre donnant un léger flou au rendu des figures.

L'accrochage est soigné et la mise en lumière des oeuvres est généralement bonne. Les photos sont interdite mais le gardiennage n'est pas très vigilant en la matière mais de toutes manières l'affluence et le manque de recul rend la photographie difficile d'où le peu d'images illustrant ce billet. 

La relative exiguité  des salles de beau musée Jacquemart André contraint d'être vigilant sur le choix de l'horaire de sa visite d'autant que ce Rembrandt intime semble drainer beaucoup de monde. Je conseille comme à l'habitude de privilégier la tranche horaire midi-treize heure trente et si possible en semaine.

Rembrandt intime au musée Jacquemart André
Rembrandt intime au musée Jacquemart André
Rembrandt intime au musée Jacquemart André
Rembrandt intime au musée Jacquemart André
marchande de crêpes

marchande de crêpes

émouvant portrait de Titus fils de Rembrandt qui mourra peu après que son père l'ait immortalisé sur la toile

émouvant portrait de Titus fils de Rembrandt qui mourra peu après que son père l'ait immortalisé sur la toile

Paris, janvier 2017

Paris, janvier 2017

Commenter cet article

ismau 14/04/2017 19:35

Merci pour cette surprenante et délicieuse anecdote ... Gérard Blain me semble avoir été une personne assez surprenante ! Je le trouve très attachant dans "Le Beau Serge", mais un peu inquiétant pour ce que j’ai entendu des récits du tournage, où il s’était montré jaloux et violent . Sinon je ne le connais que par quelques petits articles où je cherchais justement à en savoir plus sur cet homme qui m’intrigue , j’ai retenu aussi plusieurs billets fort intéressants où vous avez parlé de lui .

lesdiagonalesdutemps 14/04/2017 20:01

Violent en mots peut être, mais ce n'était pas un homme violent en gestes. Pour être surprenant il l'était. Je pense souvent à lui surtout les samedis matins qui étaient les moment où en général il me téléphonait. Des téléphonages interminables mais souvent très drôles; même si je ne saisissais pas toujours immédiatement de qui il me parlait car il changeait systématiquement les prénoms, pendant plus de 20 ans il m'a appelé Gérard le plus souvent mais parfois Bertrand! Idem pour toutes ses connaissances y compris ses enfants! Je précise que ce n'était pas voulu, il était incapable de retenir un prénom. On était sauvé lorsqu'enfin il nommait la personne dont il parlait par son nom. Les conversation avec lui demandait une attention soutenue...

ismau 01/04/2017 17:40

Dommage je n’ai pas vu ce film de Charles Matton, qui m’avait pourtant intéressée quand il est sorti ( après vérification c’était en 99 ) . Matton, je le connais uniquement comme photographe ayant exposé en 2011 à la galerie Agathe Gaillard ...Après notre échange sur les différentes compagnes de Rembrandt, je me suis souvenue que j’avais une BD justement sur la vie de Rembrandt, que je n’avais pas encore lue . Le dessinateur est un certain Typex, qui semble n’avoir pas fait grand chose d’autre . Cette BD qui se dit "roman graphique d’une rare intensité visuelle" - d’après le conservateur en chef du département des dessins du Rijksmuseum, qui en écrit la préface - a été publiée en 2013 chez Casterman . Je ne suis pas aussi enthousiaste que ce monsieur, mais on passe un bon moment : c’est historiquement assez bien rendu, et la personnalité de l’artiste pris par sa vie et son œuvre mais gérant très mal sa carrière, semble assez juste . Le livre sur Rembrandt que j’aimerais lire maintenant … j’étais tellement surprise d’apprendre son existence ! … est un livre écrit par Jean Genet, paru en 58 et réédité en 95 . Peut-être le connaissez-vous ? http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/L-Art-et-l-Ecrivain/Rembrandt

lesdiagonalesdutemps 11/04/2017 11:24

Je ne connais pas du tout le livre de Genet sur Rembrandt. Dans sa biographie de Genet, Edmund White en parle dans le chapitre 15. Il a été écrit en 1953 et serait ce qui reste > (Genet 1967). Voilà ce qu'en dit Edmund White: >
Bon j'ai le sentiment que comme à son habitude Genet, que je trouve un auteur bien surestimé, bien que l'on n'en parle plus beaucoup et je pense le lise encore moins, se penche plus sur lui-même que sur Rembrandt. Ce qu'il dit de Rembrandt me semble s'appliquer plus à Bacon qu'au maitre hollandais.
A propos de Matton je connais surtout ses miniatures en 3D dont une minuscule bibliothèque infini (par un jeu de glaces) qui m'avait bien évidemment évoqué Borges.
A propos de Matton j'ai une anecdote, mais je l'ai peut être déjà raconté par ailleurs, je radote un peu, Matton était le meilleur amis de Gérard Blain, il le considérait vraiment comme un frère (ceci dit je n'ai jamais rencontré Matton car Gérard compartimentait d'une manière maniaque sa vie, de sorte que ses amis se rencontraient jamais!); cela devait être la dernière fois que j'ai vu Blain chez lui, soit un peu moins d'un ans avant sa mort, alors qu'il était parti chercher le traditionnel Whisky, j'admirais les dessins de Matton qui étaient accrochés et bien encadrés dans le vaste salon lumineux à Saint-Cloud dominant la Seine; nous étions au milieu de l'après-midi Gérard revient avec la bouteille de scotch et me dit: >. Et voilà qu'il se déshabille entièrement pour me faire admirer les tatouages que Matton avait réalisé sur son corps... Souvenir inoubliable comme celui de ma totale stupéfaction d'alors...

ismau 23/01/2017 18:51

"Des yeux de veau" ce n’est pas faux ! Rembrandt toujours amateur de bovins :"Le bœuf écorché", etc ... Mais je suppose que vous parlez du portrait que vous avez photographié, or ce n’est pas Hendricke c’est une anonyme "Jeune fille à sa fenêtre" . Hendrike la voici : http://s1.lprs1.fr/images/2016/09/16/6124609_9.JPG
Elle est plus jolie je trouve que feu son épouse Saskia, et aussi que Geertje sa 1ère servante et compagne qui lui servait également de modèle . Hendrickje, plus jeune et plus séduisante, a remplacé Geertje, et tant pis si l'église calviniste d’Amsterdam réprouvait sévèrement ce concubinage . Hendrickje lui servait souvent de modèle pour ses tableaux d’histoire, et aidait Titus à gérer son commerce d’art .

lesdiagonalesdutemps 23/01/2017 22:24

Et bien cette Hendrike me semble, à son air, le sourire en coin, une femme de mauvaise vie comme aurait dit ma grand mère qui ne badinait pas sur ces choses là. Rembrandt ne me semble pas avoir eu un gout très sûr pour les femmes. Je me souviens d'un film qui racontait les déboires sentimentaux du peintre. Film que j'avais bien aimé. Je ne me souviens pas du titre et je ne suis pas sur du réalisateur... mais il me semble bien que c'était Charles Maton qui faisait de prodigieuses miniatures et qui est le réalisateur d'un très beau film: La lumière des étoiles mortes. Tout ça écrit de mémoire et d'une mémoire bien fatiguée.

ismau 19/01/2017 16:36

Merci pour cette visite et ces bonnes images, réussies malgré l’interdiction ! Un ami, connaisseur en peinture et peintre lui-même, m’avait dit beaucoup de bien de cette exposition . En particulier du portrait féminin que vous avez mis à la fin et d’un autre portrait rarement vu - puisqu’il vient d’entrer à la National Gallery, après avoir été détenu dans une collection privée - c’est celui de la dernière compagne de Rembrandt Hendrike Stoffels, vêtue de blanc, la main posée avec bcp de naturel sur le montant d’une chaise . D’ailleurs pour tous ces portraits de la fin, la pose et le rendu sont étonnamment libres et naturels .

lesdiagonalesdutemps 19/01/2017 17:16

Cette Hendrike Stoffels a des yeux de veau. Elle ne semblait pas briller par la vivacité de son esprit. Espérons pour Rembrandt qu'elle ait possédé d'autres qualités.