Pierre Seinturier

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Pierre Seinturier,  I was born to have adventure 1, Point blank

Pierre Seinturier, I was born to have adventure 1, Point blank ©

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong © Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong © Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois

Pierre Seinturie, When Things Go Wrong

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong © Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong © Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois

J'aime les peintres qui racontent des histoires. C'est le cas de Pierre Seinturier. Devant chaque tableau de ce jeune artiste, il est né en 1988, on est comme face à un chapitre d'un roman. Les décors de ces tableaux-nouvelle évoquent l'Amérique mais une Amérique rêvée par un garçon délicat de quinze ans qui aimerait David Lynch et les cow-boys en plastique. Les contrées que représente Seinturier sont des pays de vacances mais où parfois rode le danger. On pense au film "L'inconnu du lac" d'Alain Guiraudie. Les toiles représente souvent des scènes du quotidien où la banalité peut être grosse de drames ou de plaisirs, nous ne sommes pas loin de certains tableau d'Hopper. Les paysages qu'il peint s'apparentent à ceux de Peter Doig. La facture au bord du naif de scénettes où parfois pointe l'humour, ainsi que le décalage du titre par rapport à l'image représentée évoquent Glen Baxter. 

Pierre Seinturier, I was born to have adventure 1, While i was gone i went for a lil' swimming

Pierre Seinturier, I was born to have adventure 1, While i was gone i went for a lil’ swimming ©

Pierre Seinturier, I was born to have adventure 1, One, two, tree

Pierre Seinturier, I was born to have adventure 1, One, two, tree ©

Pierre Seinturier, It's a way of life, Lock down

Pierre Seinturier, It’s a way of life, Lock down ©

Pierre Seinturier, It's a way of life, He throw it all away

Pierre Seinturier, It’s a way of life, He throw it all away ©

Pierre Seinturier,  I was born to have adventure 1, Island of love

Pierre Seinturier, I was born to have adventure 1, Island of love ©

Pierre Seinturier, first pull up then pull down, I want to believe,dessin

Pierre Seinturier, First pull up then pull down, I want to believe ©

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong ©

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong

Pierre Seinturier, When Things Go Wrong © Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois

Pierre Seinturier, Thriller in Manilla

Pierre Seinturier, Thriller in Manilla ©

Pierre Seinturier, Thriller in Manilla

Pierre Seinturier, Thriller in Manilla ©

Pierre Seinturier, Thriller in Manila

Pierre Seinturier, Thriller in Manila ©

Pierre Seinturier

Pierre Seinturier ©

Pierre Seinturier, I was born to have adventure 1, I will find you and i will kill you

Pierre Seinturier, I was born to have adventure 1, I will find you and i will kill you ©

Pierre Seinturier
Pierre Seinturier
Pierre Seinturier
Pierre Seinturier

Publié dans peinture

Commenter cet article

ismau 08/01/2017 18:40

Cette liste je l’avais trouvée sur ce site, qui donne également un lien vers celui de l’artiste : http://lechassis.fr/pierre-seinturier/
Moi, je n’aurais pensé qu’à Hopper et à Hockney … mais votre référence à Peter Doig est bien meilleure . Comme je me souvenais mal de sa peinture, je suis allée voir, et en effet c’est troublant .

ismau 08/01/2017 16:58

Je trouve moi aussi cet artiste jeune parisien - que je ne connaissais pas – intéressant . Mais je m’interroge sur ses références "mode", au second ou troisième degré, anglo-saxonnes presque uniquement, cinématographiques, et années 50 ou 60 . Voici ce que j’ai trouvé, celles qu’il cite lui-même : « Frank Zappa, Edgar Degas, Edward Munch, Henry Darger, Peter Doig, Edward Hopper, Jerry Seinfeld, Bob Dylan, Richard Brautigan, Roald Dahl, Fargo (le film), Glen Baxter, Raymond Petitbon, Philip Guston, John Ahearn, Joel Sternfeld, William Eggleston, Stephen Shore, David Hockney, Patrick Modiano, James Thurber, Chas Addams, Gijs Frieling, Saul Leiter, Raymon Chandler, Daniel Clowes, Robert Crumb etc. »

lesdiagonalesdutemps 08/01/2017 18:02

Je ne connaissais pas cette liste mais je vois que j'ai débusqué Peter Doig, Hopper et Glen Baxter. Au débotté les noms Raymond Petitbon, John Ahearn, Joel Sternfeld, William Eggleston, Stephen Shore, James Thurber, Chas Addams, Gijs Frieling, Saul Leiter ne me sisent rien du tout (je ne fais des recherches que dans ma mémoire trouée et pas ailleurs, à la rigueur en effet on peut trouver certaines parentés avec Munch (quel génie cd Munch dont le cri occulte l'oeuvre)) Philip Guston et Henry Darger en revanche je ne vois aucun rapport dans ce que je connais de ce peintre avec Degas, Jerry Senfield, Dylan (que j'ai beaucoup écouté dans les années 70 en V.O. et en V.F. via Hugue Auffray ) Richard Brautigan, Roald Dahl, Fargo (très bon film des Cohen), David Hockney, Zappa (que j'ai beaucoup écouté dans les années 80) Patrick Modiano, Raymon Chandler, Daniel Clowes (c'est amusant je suis en train de lire son dernier album, billet à suivre si je suis courageux) ou Robert Crumb comme quoi on peut être influencé sans que forcément cela se voit dans l'oeuvre.

xristophe 07/01/2017 15:10

C'est très vrai ce que vous notez, BA - mais Hopper fait quand même bcp mieux... Et "personnellement", les longues voitures américaines, moi je ne les vois bien qu'à Périgueux - encore une "fixation" - à la fin des années 50 - , l'une d'elles surtout, mollement renversée dans un fossé herbeux, au bord de la route d'Agonac...

lesdiagonalesdutemps 07/01/2017 17:09

J'ai surtout vu les longues voitures américaines à Cuba même si ce sont celles des années 50 et non 60 comme chez le peintre. En ce qui concerne Hopper je ne le mentionnais pas pour la facture du peintre qui est plus proche de celle d'un Peter Doig mais pour l'atmosphère que dégage certaines peintures alors que d'autres peuvent évoquer les photos de Crewson ou les dessins de Baxter.

Pierre-yves 07/01/2017 10:27

Moi aussi , j'aime bien , ce côté sombre "éclairé" artificiellement par des baies vitrées ou des torches électriques ou du feu , je pense au film Mulholland Drive ...