Marie Bashkirtseff (1858–1884), l'académie Julian

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Marie Bashkirtseff (1858–1884), l'académie Julian

Publié dans peinture

Commenter cet article

ismau 31/01/2017 16:34

En plus de ces savoureux détails, il y a le talent et la personnalité hors du commun de Marie Bashkirtseff : peintre, sculptrice et diariste ( j’ai lu quelques extraits de son très intéressant journal ) . Elle est hélas morte très jeune, à 25 ans ...
Un de ses tableaux les plus connus je crois, au musée d’Orsay :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Bashkirtseff#/media/File:Bashkirtseff_-_The_Meeting.jpg

lesdiagonalesdutemps 31/01/2017 17:06

J'aime beaucoup le meeting que j'ai photographié plusieurs fois, il doit bien avoir une de ces images sur lr blog mais je ne connais rien d'autre de cette artiste.

Bruno 31/01/2017 00:27

On notera que le papier journal qui sert à nettoyer les pinceaux est Le Figaro du jour.
Cela me rappelle nos familles où nous n'emballions les épluchures que dans les feuilles du..."Littéraire" ; il ne fallait point dire "Figaro littéraire".... ;-)
Merci pour vos billets

lesdiagonalesdutemps 31/01/2017 07:20

Je me souviens lorsque le Figaro littéraire était un magazine à part entière avec le bloc-note de François Mauriac et souvent l'été il contenait une nouvelle. C'est ainsi que j'ai découvert Graham Green. Je crois que le Figaro Littéraire et Candide ont été mes premiers achats de revues; je devais avoir douze ans; en même temps que ces deux magazines j'achetais toujours mes petits formats de bande dessinée: Kiwi pour Blek et le petit duc, Brik le pirate, Pépito avec son gouverneur niais, Pim pam poum. A propos de petits format le créateur de Météor vient de disparaitre, il faudrait bien faire un billet... Toutes les revues que je cite dans ce commentaire ont disparues!

xristophe 30/01/2017 17:15

Belles dames oisives à peindre proustiennement un marmouset tout nu avec un sceptre... je vous regrette! (Encore un truc qui dépasse Mélanchon des deux oreilles...)