Di Rosa à la Maison Rouge (1)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Dirosaland, 1985

Dirosaland, 1985

Quelle jubilation que cette exposition dans laquelle Di Rosa mêle ses propres travaux à ceux qui ont été montrés au Musée Internationale des Arts Modestes dont il est le créateur à Sète, sa ville natale. On pourrait craindre que l'on va avoir à faire avec un bric à brac en vrac et hétéroclite alors que l'on découvre dans le bel espace d'exposition de La Maison Rouge, qui malheureusement fermera ses portes en 2018, une exposition très cohérente et dont les différentes parties sont remarquablement bien articulées.

A parcourir cette roborative exposition qui est une rétrospective Di Rosa que l'on dira "augmentée", on s'aperçoit que l'artiste s'est sans cesse renouvelé et qu'il est bien réducteur de le limiter à la Figuration libre des années 80.

Ceux qui ne connaissent pas le MIAM découvriront qu'elle généreux passeur il est des arts bruts, primitifs et populaires. Il se situe dans la ligne d'un Dubuffet mais sans la rancoeur de ce dernier.

Enfin on découvre le collectionneur compulsif qu'il est. Beaucoup de visiteurs auront été, comme moi, tout fier, de constater qu'ils avaient quelques pièces dans leur collection en commun avec Di Rosa. 

A l'entrée nous voyons la vaisselle de la mère de l'artiste revisitée par lui. Les plats et vases cocasses voisine avec les "appelants" sculptés par le père de Di Rosa

A l'entrée nous voyons la vaisselle de la mère de l'artiste revisitée par lui. Les plats et vases cocasses voisine avec les "appelants" sculptés par le père de Di Rosa

Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
souvenir du couple, 1990

souvenir du couple, 1990

Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Di Rosa à la Maison Rouge (1)

Si l'ensemble de l'exposition invite à la joie de vivre, il n'en est pas de même pour la série "La vie des pauvres" datant de 1993. Elle est judicieusement présentée dans un long couloir sombre d'une vingtaine de mètres reliant deux salles lumineuses et joyeuses. "La vie des pauvres" est constitué de 30 panneaux peints à l'acrylique sur papier kraft marouflé.

Di Rosa à la Maison Rouge (1)

En sortant du sombre couloir on débouche sur une salle très colorée où est montré certains objets qui étaient en vente à la Boutique de l'art modeste que Di Rosa avait ouvert en 1989 à Paris.

Di Rosa à la Maison Rouge (1)
Paris, janvier 2017

Paris, janvier 2017

Commenter cet article

ismau 30/01/2017 18:45

Je ne savais pas la production de Di Rosa aussi riche et intéressante, notamment ce couloir peinture-installation, ou ces grandes sculptures ajourées ( de métal sans doute ) . Il y a aussi ces beaux petits monstres en volume ... Finalement dans sa fantaisie, Di Rosa vaut bien Combas, que je préférais jusque-là .

lesdiagonalesdutemps 30/01/2017 22:18

Mais ce n'est pas fini, il y a une suite. Il faut simplement s'armer de patience car certains billets sont assez long à mettre en forme. Ce que je préfère de Di Rosa est à venir. Il y avait une grande rétrospective de Combas à Lyon j'ai hésité mais je n'y suis pas allé. Dommage.

ismau 29/01/2017 21:19

Je ne savais pas la production de Di Rosa aussi riche et intéressante, notamment ce couloir peinture-installation, ou ces grandes sculptures ajourées ( de métal ? ) que je découvre . Finalement il vaut bien un Combas, que je préférais jusque-là .