Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
La musicienne des rues (une des rare scène de rue parisienne peinte par Bazille.)

La musicienne des rues (une des rare scène de rue parisienne peinte par Bazille.)

Aigues-Mortes

Aigues-Mortes

les remparts d'Aigues-Mortes

les remparts d'Aigues-Mortes

Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
L'exposition présente quelques tableaux des amis de Bazille, Manet, Monet et ici Renoir avec ce garçon au chat

L'exposition présente quelques tableaux des amis de Bazille, Manet, Monet et ici Renoir avec ce garçon au chat

Adam

Adam

Le garçon endormi

Le garçon endormi

Le garçon endormi (détail)

Le garçon endormi (détail)

Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
dessin préparatoire pour Scène d'été

dessin préparatoire pour Scène d'été

Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay
Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme au Musée d'Orsay

Commenter cet article

ismau 19/12/2016 18:55

Je suis d’accord avec vous, et d’abord pour le Pêcheur à l’épervier ! ( ce qui m’amuse c’est d’avoir entendu – c’est rare - quelques dames, et même des dames âgées, très élogieuses à son sujet ... ) Quant à la lumière, la lumière du midi, je trouve ses vues de plein air particulièrement réussies . Mais ses Baigneurs par exemple – que j’aime beaucoup malgré tout – ont un aspect curieux de collage, dont on ne sait s’il s’agit de maladresse ou d’effet volontaire . Même chose pour sa Terrasse à Castelnaud : la lumière est très belle, mais les personnages de sa famille y sont comme découpés et figés . ( Par contre pour Monet ou Renoir, vos très savoureuses descriptions me paraissent "un peu" sévères )

lesdiagonalesdutemps 19/12/2016 19:30

Vous avez raison pour le figé et le coté effet collage un peu comme chez le douanier Rousseau mais c'est aussi cela qui est plaisant au regard je trouve. Je ne déteste pas ce coté geste arrêté c'est aussi ce que l'on reproche en BD à Jacobs et Martin et je crois que c'est cela qui en fait me séduit chez eux d'où peut être mon admiration pour Bazille pour boucler avec l'expo américaine dont vous parlez dans un de vos derniers envois on trouve cela aussi chez Cadmus dans ses tableaux des années 30.

ismau 19/12/2016 17:14

Vous ne nous dites pas ce que vous avez pensé de cette expo ... Moi, je l’avais vue à Montpellier cet été, avec beaucoup d’intérêt, mêlé d’un peu de déception . D’un côté il y a la cohérence d’un jeune peintre passionné de peinture, qui a bien choisi ses amis ( Monet, Renoir, Sisley etc ), et qui s’inscrit intelligemment dans la modernité, puis qui meurt trop tôt pour qu’on puisse juger réellement de son œuvre . Ce destin brisé, avec sa part de mystère, est intéressant et très émouvant . Il nous interroge avec originalité, autant sur le parcours d’un artiste que sur l’histoire de l’art . D’un autre côté - pour ma déception - il y a la qualité inégale des peintures de Bazille . Il m’a semblé que Monet ou Renoir au même âge étaient plus solides . La juxtaposition de leurs toiles ne m’a pas paru flatteuse pour Bazille .

lesdiagonalesdutemps 19/12/2016 17:45

inégalité des toiles bien sûr mais on peut dire cela d'à peu près tous les peintres. Le problème c'est qu'en à peine dix ans de peinture il a par la force des choses une oeuvre réduite en nombre donc les tableaux plus faibles se voient plus. Bien sûr il y a l'éternelle question qui restera toujours sans réponse: que serait-il devenu? Vous avez peut être raison en ce qui concerne la comparaison des oeuvres au même âge au sujet de Monet ou Renoir; le bémol c'est que c'est dans la décennie où ils côtoyaient Bazille qu'ils ont produit leurs meilleures oeuvres en particulier Renoir dont je considèrent beaucoup de ses tableaux tardifs comme de véritables croutes. Ah ces dames dodues aux joues rouge posées inconfortablement sur des lits où parfois elles semblent léviter et que dire des petites filles fichées dans des champs de blé avec toujours les joues rouges. A croire qu'il giflait ses modèles; ce n'est pas moi qui le lui reprocherait car j' ai eu parfois envie de le faire avec les miens... Quant à Monet je ne me suis jamais extasié devant les nymphéas qui me font souvent penser à des épinards non égouttés dans une assiette douteuse.
Ce que je trouve prodigieux c'est la lumière qui sort de certains tableaux comme celui de sa cousine regardant en contrebas le village que chauffe le soleil, idem pour les remparts d'Aigues-Mortes ou un grand bouquet. Et je suis très admiratif de la composition et du mystère qui sourd de la toile. En sus avec son pêcheur à l'épervier Bazille a peint un des plus beau cul mâle que je connaisse sur une toile.