Takato Yamamoto

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Order of Things (L'ordre des choses) - Takato Yamamoto

Order of Things (L'ordre des choses) - Takato Yamamoto

Takato Yamamoto
Takato Yamamoto
Takato Yamamoto

Les peintures de Takato Yamamoto sont riches, des illustrations détaillées tournant autour de l'obscurité, l'érotisme, l'esclavage, les vampires, la métamorphose, l'amour et la mort. Pourtant, malgré ces thèmes cauchemardesques son travail reste calme, serein, beau comme si ses sujets ont été pétrifiés, transformés en pierre, sans âge dans un roman d'horreur fantastique bizarre.

Le style de Yamamoto est connu comme Ukiyo-e Pop, un rapprochement du style Ukiyo (traduit par des images du monde flottant) - un genre de gravures et de peintures réalisées entre le 17 xylographiques japonaises - 20e siècles mettant en vedette les paysages, l'histoire, le théâtre et le plaisir quarts - et propre riff du Japon sur Pop art qui emprunte beaucoup à la publicité, la conception graphique et de l'animation.

Dans le cas de Yamamoto, il a commencé sa carrière de travail comme illustrateur commercial avant de devenir un artiste visuel et peintre. Ce brouillage des frontières entre l'artisanat et le style, est transformé en une esthétique unique - qu'il appelle «Heisei Esthétisme» - qui fait ses images plus que simplement commercial, plus un additif à un roman de fantasy. Plutôt ses images parviennent à se tenir sur leurs propres comme à la fois un reflet de sa propre histoire comme la culture, ainsi que celle des stéréotypes culturels B-films qui ont eu un impact global sur toutes les formes d'art au cours des 50 dernières années.

Takato Yamamoto
Takato Yamamoto

Publié dans peinture

Commenter cet article

kaNd 23/11/2016 21:10

Très beau. Ces œuvres me rappellent certaines illustrations de KASAI Ayumi (ou vice versa).

lesdiagonalesdutemps 23/11/2016 22:08

Merci de me rappeler de faire un billet sur cette merveilleuse dessinatrice qu'est Kasai Ayumi dont les images sont tout de même beaucoup plus douces que celles de Takato Yamamoto.

Bruno 21/11/2016 17:21

Merci pour cette belle série.
Analysons le nombre de flèches ayant atteint ce pauvre Sébastien...en fonction du continent, de l'époque, de la sexualité supposée de l'artiste, de l'âge du modèle....bref l'usage de l'ordinateur serait, ici, justifié...

lesdiagonalesdutemps 21/11/2016 17:48

Je connais plusieurs version de Saint Sébastien par Yamamoto

Eskil Manelle 21/11/2016 16:26

J'imagine que vous connaissez le film "Tabou", de Nagisa Oshima... Vous semblez connaître tant de choses!

lesdiagonalesdutemps 21/11/2016 16:45

Oui bien sûr un film magnifique. Je ne sais pas si c'est toujours vrai mais il y a quelques années on pouvait trouver des oeuvres de cet artiste aux Puces de Saint Ouen au marché Serpette si je me souviens bien et bien sûr au Japon mais je n'en ai pas vu lorsque je suis allé la bas.