Reginald Marsh (1898-1954) (réédition complétée)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Avant de vous livrer mon billet sur la passionnante exposition sur la peinture américaine des années 30 et surtout en vue de votre visite, pour que vous révisiez un peu, je réédite et complète mon billet sur Reginald Marsh.

coney-island.jpg?w=389&h=610

 

Reginald Marsh est un peintre américain originaire d'une famille d'artistes établit dans le New-Jersey. Il a fait ses études à la prestigieuse université de Yale. A la sortie de l'université, il s'installe à New-York, ville qu'il peindra beaucoup et commence sa carrière en étant illustrateur au Daily News. Comme beaucoup d'artistes américains de sa génération, il n'oubliera pas de visiter Paris. Il est très représentatif d'une école de peinture qui a beaucoup souffert de l'arrivée de la position hégémonique de l'abstraction dès la fin des années 40 dans la peinture américaine. Peinture qui a dominée ensuite le marché de l'art durant plus de trente ans. Le résultat est que cette peinture d'un social réalisme à l'américaine dont le grand ancêtre serait Eakins est presque complètement passée à la trappe pendant près de cinquante ans. Avec la grande exposition de Bellows que l'on peut partiellement rattacher à cette école, au début des années 2000 les choses ont changé aux Etats-Unis et presque 20 ans après en Europe.

Si l'on fait le parallèle entre la peinture américaine et la peinture française de cette période de l'entre deux guerres, on s'aperçoit que la peinture américaine représente beaucoup plus le monde moderne, industriel que la peinture française dans laquelle ce sujet n'est guère relégué que dans l'illustration et cela dès avant la crise de 1929. Les conséquences de cette crise brutale est que le monde du travail devient un des grands sujets pour les peintres américains. Ce fait est encouragé au plus haut niveau de l'état dans le cadre du new deale au début de la présidence Roosevelt par le célèbre Federal Project Number One ou Federal One. Cette agence fédérale, composée de cinq programmes ambitieux d’aide à la création,  lance de nombreux projets dans le domaine des arts et de la littérature. Elle donne du travail à plusieurs dizaines de milliers d’artistes et d’écrivains. L’effervescence créatrice qui en découle jette les bases d’une esthétique qui marquera particulièrement l'art de cette époque où les liens tissés entre l’art et la société ont grandement favorisé la démocratisation de la culture.

Tobacco Road

Tobacco road

Je ne sais pas si Reginald Marsh a bénéficié de ce programme mais son art s'inscrit parfaitement dans l'esthétique qu'il va induire. Pour représenter la vie urbaine à l'époque de la dépression aucun artiste n'était plus compétent que Reginald Marsh, qui fréquentait les lieux publics les plus peuplés de New-York. Tout les jours, Marsh croquait et peignait, le plus souvent à proximité immédiate de son atelier qui se trouvait au dernier étage du 21, East 14 th street, cherchant à la fois le comique et le tragique.

Pour continuer dans le comparatisme la manière et les thèmes que développe Marsh dans les années 30 sont à la fois proche de ceux de Paul Cadmus, l'homo-érotisme en moins (quoique, il est amusant de comparer leur traitement de la plage de Coney island)) et avec ceux de Benton mais sans le régionalisme militant de ce dernier ou alors il faut considérer que le régionalisme de Marsh c'est New-Yok...

C'est Benton qui conseilla à Marsh en 1929 d'adopter la technique de la tempera qui permet à l'artiste d'exercer son sens du détail graphique.

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-08.27.26.jpg

.
Reginald Marsh, Brooklyn Bridge and Lower Manhattan 2

Brooklyn bridge 2

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-08.28.47.jpg

On peut même remarquer chez Marsh au début de sa carrière une manière proche de celle de Cadmus. En outre il partage avec Hopper (sur Hopper on peut aller voir sur le blog  Edward Hopper au Grand Palais) certains de ses sujets, le spectacle, les locomotives... sans parler des formes plantureuses de ses modèles féminins.

 

negroes-on-rockaway-beach.jpg?w=600&h=44

Negroes On Rockaway Beach

 

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-17.59.58.jpg

 

Durant la deuxième guerre mondiale Reginald Marsh s'est fait peintre de guerre.

 

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-17.43.10.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-17.42.55.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-17.42.35.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-17.42.09.jpg

  

Comme Thomas Eakins , son grand devancier, Réginald Marsh s'inspirait, pour certains de ses tableaux de ses propres photographies. D'ailleurs la qualité des photographies de Reginald Marsh suffirait à faire de lui un artiste à part entière.

On voit donc combien Reginald Marsh s'inscrit dans l'histoire de la peinture américaine. Cependant il a une particularité assez rare chez les artistes américains (blancs) il ne répugne pas à représenter des afro-américains.

george-c-tilyous-steeplechase-park.jpg?wGeorge C. Tilyou’s Steeplechase Park

Eltinge Follies

Merry-Go-Round: A Double-Sided Work

Untitled (Locomotive)

Reginald Marsh, Brooklyn Bridge and Lower Manhattan 1

 

Reginald Marsh, Locomotive 4

 


Reginald Marsh, Locomotive 3

 

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-18.05.23.jpg

 

Reginald Marsh, Locomotives

 

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-17.58.59.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-17.50.15.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-03-25-a-17.49.35.jpg

  

haumptmann-must-die.jpg?w=600&h=478Hauptmann Must Die

Reginald Marsh, Coney Island Beach (July 13, 1934)

 

Reginald Marsh, The Bowery (Bums)

The bowery, 1944

Reginald Marsh, Eyes Tested

1944

Reginald Marsh, Standpipe

1948

tatoo-and-haircut.jpg?w=575&h=610Tattoo And Haircut

twenty-cent-movie.jpg?w=600&h=448Twenty-Cent Movie

lucky-dare-devils-the-thrill-of-death.jpLucky Dare-Devils (The Thrill Of Death)

high-yaller.jpg?w=447&h=610High Yaller

monday-night-at-the-metropolitan.jpg?w=4Monday Night At The Metropolitan

a-paramount-picture.jpg?w=464&h=600

A Paramount Picture

three-girls-standing.jpg?w=440&h=610

Three Girls Standing

why-not-use-the-l.jpg?w=600&h=454Why Not Use The L?

usherette.jpg?w=600&h=435Usherette

hudson-bay-fur-company.jpg?w=600&h=449Hudson Bay Fur Company

end-of-14th-street-crosstown-line.jpg?w=End Of 14th Street Crosstown Line

pip-flip.jpg?w=600&h=593Pip & Flip

wooden-horses.jpg?w=600&h=355Wooden Horses

the-normandie.jpg?w=600&h=351The Normandie

peoples-follies-3.jpg?w=600&h=397

 

 

new-gotham-burlesque.jpg?w=600&h=495 Striptease at New Gotham Theatre1935
 

ice-cream-cones.jpg?w=600&h=481Ice Cream Cones

 

Reginald Marsh. H. Dummeyer Bar & Grill. 1893

 

Reginald Marsh. In Fourteenth Street. 1934

 

a0000974.jpg

Publié dans peinture

Commenter cet article

ismau 15/11/2016 16:37

Intéressant de confronter le photographe et le peintre ( je ne connaissais pas du tout cet artiste américain ) ... son goût pour les foules animées, pour les scènes urbaines très "ordinaires" parfois triviales, mais avec un traitement pictural particulier – loin de l’hyperréalisme .

lesdiagonalesdutemps 15/11/2016 22:27

Ce mélange de caricature et de réalisme est propre à quelques artistes américains dans les années trente. On peut rapprocher Reginald Marsh de Cadmus et on n'est pas si loin de certains grands dessins de Dubout que j'adore.