Les nombreux visages de Francis Picabia

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 


"Chaque artiste est un moule. J'aspire à en être beaucoup. Un jour, je l'ai écrit sur le mur de ma maison"  

Francis Picabia (Paris 1879 Paris 1953)

 Francis Picabia, effet du soleil sur les rives du Loing, Moret (1905). Philadelphia Museum of Art
 
 Francis Picabia, Edtaonisl (Ecclésiastique) 1913, The Art Institute of Chicago
 
 Francis Picabia, Udnie (Young American Dance) 1913, Musée National d'Art Moderne, Centre Georges Pompidou, Paris.
 
Francis Picabia, Watch Out Pour la peinture de peinture-Wet (1919), Moderna Museet, Stockholm
 
Francis Picabia, Nuit espagnole (1922), Musée Ludwig, Köln Sammlung Ludwig
 
 Francis Picabia, Untitled (1922-1924), Centre Pompidou, Paris
 
Francis Picabia, Volucelle (II) 1923 Collection privée


 
Francis Picabia et Toothpick Straws (1923-1924) Boire, Kunsthaus Zürich
 
 Francis Picabia, Mi-Carême (1924-1926), Jeff et Mei Sze Greene Collection
 
Francis Picabia, Les Amoureux (Après pluie) 1925, Musée d'Art moderne de la Ville de Paris
 
Francis Picabia, Idyll (1927), Musée de Grenoble.
 
 Francis Picabia, Untitled (Femme et Lamb espagnole de l'Apocalypse) de 1927 à 1928, Collection privée 
 
Francis Picabia, Salomé (1930), Broe Collection Fondation de bienfaisance
 
Francis Picabia, Portrait du docteur (1935-1938), Tate Gallery

Francis Picabia, chefs Superposition (1938) Collection privée
 
Francis Picabia - Femme avec Idol (1940-1943), Collection privée
 
Francis Picabia, Femmes au bull-dog (1941), Centre Pompidou, Paris
 
 Francis Picabia, L'Adoration du veau (1941-42), Centre Pompidou, Paris
 
Francis Picabia, Printemps (1942-1943), Michael Werner Gallery, New York, Londres, et Wilmersdorf Märkisches
 
Francis Picabia, Danger de la force (1947-1950), Musée Boijmans Van Beuningen, Rotterdam
 
Francis Picabia, Ultramarine (1949) Collection privée

 

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 01/12/2016 18:50

Plus la peine ! Ismau a trouvé !
Vous l'avez rêvé ? Ismau l'a fait ! (Mais, qui a dit ça, déjà, Ismau ? !)

xristophe 01/12/2016 18:42

"Castors" : je vous cherche le texte complet... (qui n'est d'ailleurs pas bcp plus clair) (D'ailleurs avec les castors... Madame Sartre n'en était-elle pas "un" ?)

ismau 01/12/2016 16:37

J’ai trouvé ! mais en trichant un peu ... Desnos dans "Rrose Sélavy" : "Francis Picabia l’ami des castors / Fut trop franc d’être un jour picador / À Cassis en ses habits d’or "
Il est vrai que Picabia peignait à ce moment là des "espagnolades" qui dérangeaient peut-être un peu ses amis surréalistes, mais Picabia n’a pas cessé jusqu’au bout de déranger . Il le revendique d’ailleurs très bien, et ce qu’il écrit correspond exactement à ce qu’il fait : « Les artistes se moquent disent-ils, des bourgeois ; je me moque, moi, des bourgeois et des artistes ». Il n’y a rien peut-être de plus osé, que de s’être permis comme Picabia d’avoir en effet de "nombreux visages", les œuvres que vous montrez ici en témoignent . Je viens de lire un intéressant article de BeauxArts, à l’occasion de son expo actuelle au Moma, qui comporte aussi de nombreuses citations fort explicites, qui m’ont amenée à mieux comprendre ses apparentes contradictions . Celle-ci par exemple, qui reprend et prolonge la citation que vous avez mise sous sa photo : «  Chaque artiste est un moule . Moi, j’aspire à en être plusieurs . Je souhaite même écrire un jour sur le mur de ma maison : "artistes en tous genres" » et celle-ci «  J’ai peut-être rendu la peinture malade, mais quelle distraction d’être docteur ! »

lesdiagonalesdutemps 01/12/2016 17:38

Je pense que Picabia était avant tout un dandy qui avait l'élégance de ne pas prendre l'art et la vie au sérieux. Je le compare un peu à Arsène Lupin, c'était un gentleman cambrioleur de la peinture, il a piqué dans tout les styles jusqu'à faire du Domergue en plus vulgaire. Ses pépés peinte pendant la guerre sortent tout droit d'une fête rue Lauriston.

xristophe 30/11/2016 14:35

Picabia, "l'ami des castors"

lesdiagonalesdutemps 30/11/2016 14:47

Je dois être un peu fatigué mais je ne vois pas du tout à quoi vous faites allusion.