Le testament de William S., une aventure de Blake et Mortimer par Yves Sente et André Juillard

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Le testament de William S., une aventure de Blake et Mortimer par Yves Sente et André Juillard

Le testament de William S. est l24ème titre des aventures de Blake et Mortimer (11 du vivant de Jacobs et 13 par différents repreneurs, dont 6 par le duo Sente/Juillard) les voit se pencher sur l’énigme identitaire liée à William Shakespeare, disparu il y a tout juste 400 ans. Sans trahir le scénario on peut dire que Shakespeare (et son œuvre) est l’objet de toutes les convoitises, et l’histoire prend des allures de chasse au trésor, au cours de laquelle on retrouve avec plaisir le sens du suspense qu’affectionnait Jacobs. Entre Angleterre et Italie, Mortimer et Elizabeth, la fille de Sarah Summertown (dont on avait fait connaissance dans " Les Sarcophages du 6e Continent "), résolvent des énigmes plus ardues les unes que les autres. Pendant ce temps Blake doit faire face à bande organisée de jeunes voyous terrorise Hyde Park. On se doute bien que tous ces évènements sont liés. C’est une course contre la montre qui s’engage au fil d’énigmes tendues depuis des siècles…

J'avais lu, comme beaucoup, la prépublication de ce 24ème opus dans le "Figaro Magazine" cet été. J'avoue que la lecture de cette histoire m'avait déçue. Il faut dire qu'elle succédait au "Bâton de Plutarque", belle préquel du "secret de l'Espadon", signée des mêmes Juillard et Sente. La lecture de l'album m'a fait réévaluer la chose. Le soin avec lequel l'ensemble est réalisé apparait beaucoup mieux dans ce volume bien imprimé. Il reste néanmoins que l'intrigue des teddys (référence aux affrontements qui ont réellement eu lieu entre gangs à Nothing Hill en 1958)*, du coté anglais est bien légère et vite éventée.

Je crains que ce dernier album, qui devrait être le dernier dessiné par Juillard déçoive un peu les fans de la première heure de nos deux gentlemen car il s'écarte un peu des canons jacobsien. En effet dans un Blake et Mortimer dont Jacobs était le seul créateur, dès les premières planches, le lecteur est dans l’histoire et sait à quel thème il va avoir droit : historique, science-fiction, policier… Blake et Mortimer enquêtent, sauvent le Monde, se heurtent à Olrik avant de prendre le dessus. Le scénario est soutenu, il n’y a pas de superflu. L’histoire monte en intensité au fil des pages… et dans les dernières pages, le dénouement final. Dans, "Le testament de William S", il n’y a rien de tout cela. Blake et Mortimer ne sauvent plus le Monde, ils vont tranquillement au théâtre ! Il n’y a jamais la sensation d’aventure. Dès qu’ils peuvent, ils sont assis autour d’une table ou dans une voiture. Il n'en reste pas moins que Venise est représenté avec beaucoup de soin et d'exactitude, comme on peut le voir ci-dessous.

Image
La gare Santa Lucia est une construction moderne de 1954

Image

Ils sont accueillis par Salman , ce majordome si particulier , qui va les conduire au Palais du marquis Da Spiri , dans un magnifique Riva .

A propos de Salman, ses lecture sont très "professionnelles mais habituellement les aventures de Jeeves font plus sourire que cela! Cette lecture est très "raccord" puisque Jeeves cite souvent Shakespeare qu'il appelle le poète...

BM24-testament_William_S-Salman lisant Jeeves.jpg

Image


Image



Image
Avant de quitter la gare et avant le demi tour pour remonter le Grand Canal , admirons les marches de l'église San Siméone Piccolo.

Image

Image

Image
Image

BM24-testament_William_S- Venise 2 1.jpg

 

BM24-testament_William_S- Venise 2 2.jpg

 

BM24-testament_William_S- Venise 2 3.jpg

Le scénariste Yves Sente a pris comme thème « Shakespeare », et il a écrit son histoire autour de cela. Le seul instant, où Blake et Mortimer courent, c’est parce qu’ils sont en retard pour la représentation théâtrale. Yves Sente fait une histoire chronométrée… Mortimer et la fille Sarah Summertown  font une course contre le Temps… de la ville natale de Shakespeare à Vérone, et retour juste dans le délai imparti.

 


 

En revanche le choix de centrer l'intrigue sur le mystère littéraire qu'est la vie de Shakespeare est une bonne idée. Comme le confie Yves Sente c'est un personnage historique qui intrigue toujours: << Shakespeare est encore un personnage emblématique pour les anglais de 2016. C'est la personne qui les représente le mieux, plus encore que la reine Elisabeth II, les Beatles ou James Bond. Comme il y a très peu de sources, qu'il a laissé peu de choses de lui, et même qu'entre 1585 et 1592, il disparaît: c'est le bonheur du scénariste. Mais le plaisir de l'écriture, quand on joue avec l'Histoire, c'est de respecter ce que l'on sait, pas de la transformer... Dans les 150 dernières années, les historiens ont attribué la paternité de Shakespeare à 80 personnalités. Faire la 81 ème n'a pas d'intérêt. Il faut essayer une piste différente...>>.  

 

Le testament de William S., une aventure de Blake et Mortimer par Yves Sente et André Juillard

Petit rappel sur ce que l'on pourrait appeler l'affaire Shakespeare: Shakespeare est né en 1564 et est mort en 1616, Shakespeare aura écrit 37 œuvres dramatiques, dont « Le Songe d’une nuit d’été » (1595), « Le Marchand de Venise » (1597), « Roméo et Juliette » (1598), « Hamlet » (vers 1600) et « Othello » (1604). Si les documents officiels prouvent qu’un certain William Shakespeare a bel et bien vécu à Stratford-upon-Avon et à Londres, une polémique passionnée naît très vite sur l’identité du dramaturge. La question est posée par des personnalités prestigieuses (Walt Whitman, Mark Twain, Henry James ou Sigmund Freud) : tous doutent que le citoyen de Stratford nommé « William Shaksper » ou « Shakspere », homme de peu d’éducation, ait réellement composé les œuvres qui lui étaient attribuées, en particulier des textes aussi denses et référentiels. A l’inverse, à la même période, un poète et écrivain talentueux comme Edward de Vere (17ème comte d’Oxford) aurait pu collaborer avec un prête-nom et écrire une bonne partie de ces textes. Ce sont les tenant de cette théorie qui sont les méchant du "Testament de William S. Ils sont menés par un descendant d'Edward de Vere. Il faut préciser qu’à l’époque élisabéthaine, les collaborations entre dramaturges étaient fréquentes. 

Le testament de William S., une aventure de Blake et Mortimer par Yves Sente et André Juillard

Mais le parti pris de développer un pan de la vie de William Shakespeare sous forme de flash-back, fait que nos héros passent en arrière plan. Je n'ai pas compté les cases mais il me semble que jamais dans une de leurs aventures,Blake et Mortimer auront été aussi absents d'un album !
Et que dire d'Olrik qui semble de plus en plus encombrer les scénaristes repreneurs des aventures de Blake et Mortimer? Ce que confirme Yve Sente: << L'absence d'Olrik est une contrainte volontaire que je m'impose. Je trouve que c'est un personnage embarrassant. Déjà Edgar P. Jacobs avait tenté de s'en débarrasser dans "Le piège diabolique, mais les lecteurs lui avait reproché, et il avait été prié par l'éditeur de le remettre dans le récit. Si dans une série d'aventure le "méchant" est toujours le même avec le temps, il se ridiculise.>>. Dans "Le testament de William S. Olrik est relégué dans un rôle de chef de Maffia téléguidant des opérations douteuses du fonds de sa cellule! On ne le reconnait pas, tout comme on ne reconnait pas Sharkey, qui semble avoir subi une cure d'amaigrissement.

Le testament de William S., une aventure de Blake et Mortimer par Yves Sente et André Juillard
Crayonné et visuel finalisé pour la version spéciale Leclerc

Crayonné et visuel finalisé pour la version spéciale Leclerc

Le testament de William S. est un récit très précisément situé dans le temps. L'aventure se déroule sur trois jours, les 28, 29, 30 aout 1958. Les auteurs se sont donc infligé une sérieuse contrainte avec laquelle, ils ont joué à moins qu'elle les ait piégée. Elle incite en-tout-cas à la vigilance le lecteur pointilleux que je suis. Cette demande à l'attention est une bonne chose pour un album dont la qualité, il me semble réside surtout dans les détails (comme la couverture du Life que lis le marquis...) .

Sans titre.jpg

Ainsi dès la page 10 avec la présentation des invités à Venise, du marquis Stefano Da Spiri, chez qui tout commence, mon attention est alerté par la tenue que porte Peggy Newgold, clone de Peggy Guggenheim avec un zeste de  Gertrude Stein par son côté garçon manqué et le fait que Peggy Newgold soit brune et ronde (il me semble qu'en regard du rôle joué par cette dame dans l'histoire, il aurait été plus simple et plus intéressant de mettre en scène la véritable Peggy Guggenheim). La dame arbore une robe qui fait beaucoup penser à la robe Mondrian, signée Yves Saint Laurent. Or cette robe a été présentée lors de la collection haute couture automne-hiver 1965. La tenue de Peggy Newgold en aout 1958 dénote chez cette dame un incontestable avant-gardisme que ne démente pas les oeuvres oeuvres d'art qui parsème sa demeure que nous découvrons quelques pages plus loin... On peut y reconnaitre des oeuvres de Picasso, Dubuffet, Giacometti...

Image

Autres éléments qui datent une bande-dessinée, les automobiles. Dans "Le testament de William S., il y en a presque autant que dans un album de Michel Vaillant. Cela commence avec la Jaguar SS Airlane Sedan datant de 1935 du peu recommandable grand maitre du Temple de la loge d'Oxford. Ensuite nous avons droit au traditionnel, taxi londonien, presque un personnage à part entière dans la saga Blake et Mortimer mais avec le véhicule suivant, une Ford anglaise Zéphir ou une Ford américaine (?),comme il est dit dans une bulle. Il semblerait que ce soit la même Ford que dans SOS météores, amusant clin d'oeil**. Ceci dit mon détecteur d'anachronismes a été réveillé! Car cette automobile m'a paru un peu trop moderne pour 1958 et aussi un peu fantaisiste même si elle ressemble beaucoup à des modèles existants.

Mais là où mon détecteur d'anachronismes s'est mis à hurler c'est quand au détour d'une case censée représenter Londres en 1858 j'ai reconnu la Bridge Tower alors que celle-ci a été construite 30 ans plus tard! Il a également sérieusement teinté en découvrant, en 1958, je le rappelle la présence d'une photocopieuse dans le palais du marquis!

novembre 2016

novembre 2016

la planche où l'on voit la robe à la manière d'Yves Saint Laurent et même le capitaine Hadock!

la planche où l'on voit la robe à la manière d'Yves Saint Laurent et même le capitaine Hadock!

La robe Mondrian d'Yves Saint-Laurent

La robe Mondrian d'Yves Saint-Laurent

Le testament de William S., une aventure de Blake et Mortimer par Yves Sente et André Juillard
la Jaguar SS Airlane de la même couleur que celle du  grand maitre du Temple de la loge d'Oxford

la Jaguar SS Airlane de la même couleur que celle du grand maitre du Temple de la loge d'Oxford

L'audace historique n'est pas la seule dans cet aibum, il faudrait parler de l'audace sexuelle! La relation d’amitié très forte et ambiguë que noue Shakespeare avec un autre homme, qualifiée de «fort peu conventionnelle», fait directement écho à celle de Blake et Mortimer, ces éternels colocataires. Sans oublier, à trois cent cinquante ans d’écart, l’apparition à chaque fois d’une femme pour que le couple devienne "trouple"...

Autre audace la représentation d’une femme en couverture. Ce qui aurait été inimaginable du temps de Jacobs! Paru en mars 2008, « Le Sanctuaire du Gondwana » osait déjà présenter Mortimer aux côtés d’une femme en pleine brousse africaine. Les auteurs réintroduisaient alors le personnage secondaire de Sarah Summertown (découverte dans le 1er tome des « Sarcophages du 6ème continent » en 2003 ; opus16 des aventures de nos deux gentlemen), une romancière et archéologue devenue le grand amour de jeunesse du professeur Mortimer. Le lecteur perspicace (en l'occurrence cette fois plus que le professeur) et un tantinet observateur en apprendra un peu plus dans cet album sur la vie privée de Mortimer. Sente et Juillard ne cachent pas que l’éditeur a apposé son veto à ce que le récit soit plus explicite sur le sujet, contrairement à leurs intentions... 

Visuel finalisé pour l'édition spéciale Fnac

Visuel finalisé pour l'édition spéciale Fnac

Les découpages sont dynamiques, les décors et les jeux de lumière soignés. Les récitatifs sont toujours aussi nombreux. Pour alléger leur présence dans la planche, les bulles qui sont d'ailleurs rectangulaires ont des fond de couleurs différentes. La coloriste, Madeleine Demille, a fait un beau travail, respectant la palette jacobsienne, pas de tons criards mais des couleurs subtiles et denses. On peut juste s'étonner de son goût pour le vieux rose dont elle teinte certains récitatif et surtout l'Austin d'Elizabeth. Le scénario d’Yves Sente renoue habilement avec la gentry britannique que l'on avait déjà côtoyée dans le serment des cinq lords. Dans le testament de William S. Il n’est question que de lord, conte et marquis, de généalogie, d’ancêtres et d’honneur. Cela fait plaisir d'être dans le meilleur monde... 

Couverture et extrait du dossier de presse pour le tome 24

Couverture et extrait du dossier de presse pour le tome 24

La série « Blake et Mortimer » figure parmi les best-sellers de la bande-dessinée et même parmi les best-sellers tout court depuis plus d’une décennie. En 2008, « Le Sanctuaire du Gondwana » (tome 18), tiré à 600 000 exemplaires, s’écoulera en France à 266 600 exemplaires (chiffre à multiplier par 1,4 pour le rajout des ventes Belgique/Suisse). En 2012, "Le serment des 5 lords" (tome 21) est le titre le plus vendu de l’année avec 250 000 ventes. Idem en 2013 avec "L'onde septimus" (235 500 exemplaires) et en 2015 avec "Le bâton de Plutarque" (tome 23, édité à 500 000 exemplaires francophones et 40 000 exemplaires néerlandais), écoulé à 232 000 exemplaires dès le début 2015. Avec un sujet aussi ambitieux et passionnant que le cas Shakespeare, Yves Sente vise certainement juste dès le départ, au profit d’un scénario au parfum so british digne du précédent des « 5 Lords ». Le tirage de l'album " Le testament de William S." est tiré à 500 000 exemplaires. Il est décliné en quatre versions différentes (classique, strips, éditions spéciales Fnac et Leclerc), André Juillard aura concocté autant de visuels de couvertures intrigants. Fidèles à la conception jacobsienne, ces visuels figent un instant clé du récit.

Le testament de William S., une aventure de Blake et Mortimer par Yves Sente et André Juillard

Les ronchons vont encore se plaindre que cet album est inférieur à ceux concoctés par Jacobs, pas à tous à mon avis, mais c'est un peu comme comparer un l'oeuvre d'un dramaturge à celle de Shakespeare justement. "La marque jaune" est un sommet inatteignable en B.D. Il reste que "Le testament de William S." est une histoire intéressante dessinée avec le plus grand soin qui procure un bon moment de lecture et qui incite à voir et à revoir les pièces de Shakespeare.

Encrage de la planche 1 du Testament de William S. (Sente et Juillard – 2016)

Encrage de la planche 1 du Testament de William S. (Sente et Juillard – 2016)

Nota:

En début d’album, une dédicace toute spéciale des auteurs en souvenir de leur ami Ted Benoît, autre grand repreneur de Blake et Mortimer, disparu il y a quelques semaines.

Voici ci-dessous un article paru dans un Paris Match en Septembre/Octobre 1958 sur les teddy boys.

Image

Image

Image

** A la planche 31, le professeur Mortimer regarde attentivement cette voiture qui a une plaque d’immatriculation Française ; cela interpelle… Donc quelques mois plus tard, au début de " S.O.S. météores", dans l'accident, dans l’accident à Paris, il devrait forcément reconnaître la voiture et savoir que c’est celle de Sharkey et Freddy. Nous pourrions aussi penser que l’histoire du "Testament de William S. soit historiquement après "S.O.S. météore, mais là, même question : le professeur Mortimer connaît la voiture et donc connaît les méchants. Autre chose. A la fin de l’histoire, Blake et Mortimer discutent autour d’une tasse de thé, pendant qu’Olrik et sa bande sont en prison. Mais comment fait Olrik pour, en quelques mois construire son réseau afin de détraquer le Climat ? D'ou la difficulté de vouloir dater précisément les aventures de Blake et Mortimer...

Recherches pour les postures des personnages et les décors

Recherches pour les postures des personnages et les décors

Dans cette essai chronologique des aventures de Blake et Mortimer, Le testament de William S. se situerai juste avant  SOS Météores

Dans cette essai chronologique des aventures de Blake et Mortimer, Le testament de William S. se situerai juste avant SOS Météores

Publié dans Bande-dessinée

Commenter cet article

ismau 05/12/2016 19:12

Des lumières sur le sujet des paternités attribuées à Shakespeare, je viens d’en avoir en voulant vous répondre - et bien plus que je n’imaginais - avec cet article :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paternit%C3%A9_des_%C5%93uvres_de_Shakespeare
Je découvre donc que l’Hypothèse Bacon date du 19ème, et qu’elle fut d’abord très suivie . Ensuite, à l’article Bacon de wikipédia, je vois qu’ il est fait mention rapidement de mon professeur Henrion, mais rien de plus . Je ne le retrouve qu’ici : http://www.infomysteres.com/wordpress/themes/histoire/william-shakespeare/
C’est un peu maigre pour un homme qui a donné toute sa vie à faire connaître cette " vérité " ! ( ... heureusement les commentaires d’anciens élèves sont élogieux )

lesdiagonalesdutemps 05/12/2016 21:38

Merci pour les lien.
Tout en étant un béotien sur le sujet, je serais plus sensible à la piste italienne car l'hypothèse Bacon (mais je connais plus la vie de son homonyme de peintre que celle du philosophe) n' explique pas comment ce bougre de William connaissait si bien l'Italie...

Ribouldingue 01/12/2016 18:34

Bravo pour votre partialité !! Mon commentaire précédent vient ,juste de passer à la trappe, sans même avoir été posté !!!

Ribouldingue 01/12/2016 18:32

Repiquer des textes et images venant des autres, sans en mentionner l'origine, c'est pas très "correct", non ?!

Votre critique n'est absolument pas pertinente car cet énième album "scénaristisé" (barbarisme voulu exprès !!!) par sente est une nullité absolue !!!
Sente, comme à son habitude, mélange tout et n'importe quoi : dans un album, il dit que SOS s'est apssé avant les Sarcophages, et dans l'autre, il vient dire que c'est l'inverse. Il oublie aussi très vite que son testament se passerait pratiquement au même moment que SOS ( preuves irréfutables à l'appui !)
Allons, faisons preuve d'un peu plus d'esprit critique envers un album, très médiocre, au dessin souvent bâclé...

lesdiagonalesdutemps 01/12/2016 19:15

Que je sois partial je m'en félicite mais je n'ai pas fait passer votre commentaire à la trappe simplement je filtre les commentaires avant de les mettre sur le blog. J'ôte que les injures et les obscénités. Les images sont à tout le monde sur la toile. Ma critique est mesurée. Dire que le dessin est baclé est stupide. Allez à Album ou à la FNAC, ouvrez une cinquantaine d'albums et comparez. Si vous n'admettez pas que Juillard est un grand dessinateur, il n'est certes pas le seul, c'est que vous êtes de mauvaise fois ou que vous avez un problème de vue. Il reste que Juillard a fait des faux raccords (la bandage qui change de pied, tantôt le pied droit tantôt le pied gauche! vous voyez que je regarde...). Quand à la place de l'album dans la suite c'est un faux problème. Je rappelle que Blake et Mortimer ne vieillissent pas! Alors situer une histoire dans le temps est absurde. Le scénariste c'est tendu un piège à lui même. Je ne suis d'ailleurs pas complètement laudateur pour ce scénario. On comprend immédiatement qu'il y a forcément un lien entre les teddy et le mystère Shakespeare. Quant au thème de l'héritage que l'on doit toucher après une épreuve, c' est une scie des romans feuilletons de la fin du XIX ème siècle que l'on retrouve à moult endroits à commencer chez Jules Verne. En revanche je maintiens que bâtir une intrigue autour de l'identité de Shakespeare est une bonne idée. Yves Sente a fait relativement preuve d'originalité en faisant de l'auteur d'Hamlet deux personnes distinctes; en revanche pour la nationalité, faire de Shakespeare un italien est dans l'air du temps. Cette thèse est défendu entre autres par le philosophe Daniel Bougnoux qui a jeté son dévolu sur un certain John Florio. Borges lui aussi supposait que Shakespeare était italien en ajoutant qu'il était certainement juif!

ismau 01/12/2016 17:18

Moi qui ai arrêté avec "Les trois formules du professeur Sato" … vous me tentez ! Déjà à cause de l’énigmatique William S. … qui dans mon enfance et ma jeunesse était un des grands sujets de discussion familiale, et qui m’intriguait beaucoup . Shakespeare était en réalité Francis Bacon le philosophe, c’était une quasi certitude pour mon père qui avait lu avec un très grand intérêt le livre d’un savant universitaire paru en 51 : "Défense de Will" d’un certain F. Bonac-Melvrau , qui prouvait à l’aide de nombreux documents et études très précises que Shakespeare n’était pas Shakespeare . Coïncidence extraordinaire, après avoir tellement entendu parler de cette "thèse", je me retrouve en fac avec un professeur d’anglais qui lui aussi ne nous parle que de ça, et passe toute l’année à nous prouver que c’est Bacon le vrai Shakespeare . Pas si étonnant puisque ce professeur Pierre Henrion, était en fait le vrai F. Bonac-Melvrau !

lesdiagonalesdutemps 01/12/2016 17:55

Je ne connaissais pas cette théorie qui fait de Bacon, le véritable Shakespeare.. On ne peut pas dire que ce soit soit la plus répandue mais on doit pouvoir lancer une passerelle entre l'utopie et la Tempête... Si vous pouvez m'apporter des lumières sur le sujet j'en serai heureux. Le scénariste de l'album propose une solution assez originale au mystère de l'identité du grand William mais je ne vous en dirais pas plus. Seulement qu'il met ses pas dans ceux qui répondent à l'interrogation majeur du moment sur cette identité, comment ce fait-il que quelqu'un qui n'a jamais quitté l'Angleterre (quoique il y a un trou de plusieurs années dans sa vie) connaisse si bien l'Italie.
A propos de discussions sans fin il y a celle sur les repreneurs de Blake et Mortimer la plupart des spécialistes fustigent ces reprises. Je trouve en ce qui me concerne qu'elles sont de très bonnes qualité et réalisé avec beaucoup de soin mais bien sûr ce n'est pas la Marque jaune comme Marlowe n'est pas Shakespeare mais ce n'est pas mal tout de même.

Bruno 30/11/2016 12:57

Et dire qu'autrefois, on nous disait que la BD gênait la lecture...il y a, ici, si l'on peut dire, plus de texte que d'image ! Bel album et merci pour la recension.

lesdiagonalesdutemps 30/11/2016 18:35

merci pour la flatteuse compara

Bruno 30/11/2016 16:20

Belle étude digne d'une thèse de troisième cycle, ou d'un bon mémoire de DEA (bon d'accord tout cela est "ancien style" mais c'est celui que j'ai connu...)

lesdiagonalesdutemps 30/11/2016 14:18

Autrefois comme aujourd'hui, on a dit beaucoup de bêtises. Pour ma part j'ai appris à lire dans la bande dessinée et plus particulièrement dans Tintin à 5,6 ans, à ce propos ne ratez pas l'exposition Hergé au Grand Palais où l'on voit des merveilles en dépit de l'ordre absurde des salles et d'une non contextualisation de l'oeuvre. Je trouve qu'apprendre sur le support B.D est une excellente solution car il oblige l'enfant à une gymnastique des yeux pour qu'il aille de l'image au texte. Cette pratique est une excellente habitude qui lui sera utile toute la vie par exemple pour lire des livres illustrés, des journaux, des magazines, les sous-titres des films et aussi les sur titres à l'opéra et j'en oublie. Les albums de B.D d'aujourd'hui sont presque toujours bien imprimés donc d'une lecture confortable pour l'enfant. Les philactère sont emplis de phrases courtes la plupart du temps formées de mots usuels (certes pas toujours, et Les aventures de Blake et Mortimer ne sont pas un très bon exemple). Je déconseille pour l'apprentissage de la lecture de prendre la Recherche du divin Marcel comme support! La B.D est donc parfait pour un apprentissage. D'autre part l'action formée par les images vont dans notre sens de la lecture qui régit aussi par exemple la construction géométrique de la plupart des tableaux. En conséquence de quoi, il ne faut pas non plus prendre comme support les mangas.
Enfant je n'ai eu ainsi aucune difficulté de passer des B.D aux livres sans image et vice versa et je continue ainsi. Je ne fais pas de différences entre lire une B.D, un livre ne comportant pas d'images ou encore un manga tout cela est de la lecture et procure de grandes joies et fait travailler les petites cellules grises; toutefois je pense que ce ne sont pas toujours les mêmes qui travaillent à la lecture d'un livre de texte ou à celle d'un livre d'images d'où la bonne hygiène mentale de pratiquer les deux types de lecture.