Jacques-Emile Blanche - René Crevel

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Jacques-Emile Blanche - René Crevel

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 19/11/2016 02:51

Et moi j'aime bien Dali annonçant à Breton un beau matin : "J'ai rêvé que je vous sodomisais". En fait on a plus envie de le gifler, lui, et de lui faire tomber son chapeau dans la boue, à Breton. Je le vois bien aussi s'étalant dans un caniveau et à plat-ventre lamentablement, ayant raté son bus à plateforme... c'est une image qui me poursuit et dont je suis l'assez surréaliste auteur.

lesdiagonalesdutemps 19/11/2016 08:02

Ce sont des visions surréalistes que j'ai plaisir à partager.

ismau 15/11/2016 15:03

Ce portrait m’étonne .Comme toujours agréablement passéiste avec Blanche, il me semble en décalage très curieux avec mon idée de la modernité et de la révolte du personnage de Crevel ... qui fréquentait également les salons mondains c’est vrai .
Mais la thèse de la responsabilité de Breton dans le suicide de Crevel, savez-vous qu’elle émane de l’aile la plus stalinienne du PC ? Ils avaient même publié à l’époque un article accusateur - contre les surréalistes et Breton qu’ils détestaient – pour se dédouaner . Alors que de toute évidence c’était eux les responsables, dont Aragon ( + une aggravation très pénible de la tuberculose de Crevel ) . Au moment du suicide, ce sont les dissensions du Congrès international des écrivains révolutionnaires qui insupportent Crevel : il échoue à y imposer Breton et les surréalistes . Breton qui était alors entièrement de son côté, avait giflé un écrivain stalinien - Ilya Ehrenbourg - qui traitait les surréalistes de "sodomites" (!) et refusait la libération de Victor Serge.
Je ne tiens certes pas à défendre Breton, mais pour une fois ce n'était pas lui le plus odieux ...

lesdiagonalesdutemps 15/11/2016 22:01

Je confirme tout ce que vous dites, tout cela se retrouve dans le journal et surtout la correspondance de Gide. L'affaire un peu romancée , comme à son habitude, est racontée dans "Libertad" par Dan Franck. Ilya Ehrenbourg était surtout un journaliste et pas si stalinien que cela. René Crevel était un rêveur, les autres des arrivistes manipulateurs.

xristophe 10/11/2016 21:46

Je crois bien que Breton y est un peu pour qqch, dans ce suicide... (Monsieur n'aimait pas les homosexuels)

lesdiagonalesdutemps 11/11/2016 06:44

Vous avez raison. Cet odieux personnage à la gloire incompréhensible était même un furieux homophobe et même un furieux misanthrope.

Bruno 10/11/2016 16:52

Crevel est évoqué dans Le Souffle au Coeur :
-Si le suicide t'intéresse, je te ferais lire Crevel.
-C'est qui, Crevel ?
-Un surréaliste qui s'est flingué au gaz...

lesdiagonalesdutemps 10/11/2016 17:14

J'avais complètement ce détail, j'ai pourtant le scénario édité par Gallimard.