Abstract Expressionism à la Royal Academy of Arts à Londres

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Abstract Expressionism à la Royal Academy of Arts à Londres
Abstract Expressionism à la Royal Academy of Arts à Londres
Pollock

Pollock

L'exposition que présente la Royal Academy of Arts est exceptionnelle par la qualité des toiles proposées, en particulier pour Pollock dont on voit deux toiles qui quittent que très rarement leur musée d'origine, un grand dripping rythmé de noir qui vient d'Australie (immédiatement ci-dessus un détail de cette longue toile) et surtout la plus grande toile du peintre, celle commandée par Peggy Guggenheim pour décorer son appartement de Manhattan. C'est avec ce grand format que Pollock a renoncé à la figuration (ci-dessous).

Abstract Expressionism à la Royal Academy of Arts à Londres
Kline

Kline

Robert Motherwell

Robert Motherwell

Abstract Expressionism à la Royal Academy of Arts à Londres

L'accrochage, très soigné, donne à voir toutes les différentes manières de Pollock. De ces toiles de la fin des années 30, encore figuratives où l'influence mexicaine et même peut être indienne est perceptible, à la manière noire de ces dernières oeuvres dans lesquelles la figure revient. 

Pollock

Pollock

Hudson River Landscape de David Smith, 1951 ( au premier plan), et Summertime de Jackson Pollock:

Hudson River Landscape de David Smith, 1951 ( au premier plan), et Summertime de Jackson Pollock:

Pollock

Pollock

Pollock

Pollock

sculpture de David Smith, au fond une toile de Lee Krasner

sculpture de David Smith, au fond une toile de Lee Krasner

Après une salle qui présente des oeuvres figuratives de quelques artistes dont nous allons voir les oeuvres abstraites dans les salles suivantes, où j'ai particulièrement remarqué un beau petit autoportrait de jeunesse de Pollock, ainsi qu'une scène de rue de Rothko. L'exposition commence véritablement par une salle consacrée à Gorky, j'ai trouvé des réminiscences de Miro dans certains de ses tableau, celle-ci nous introduit aux espaces voués à Pollock qui est l'artiste le plus mis en vedette, sans que les autres soient néanmoins négligés. 

Gorky

Gorky

Gorky

Gorky

La salle Gesture of color présente des artistes de la côte est des Etats-Unis appartenant à la mouvance des gestualistes que l'on oppose assez artificiellement aux coloristes. On y voit donc des toiles de Guston, qui aurait bien du rester abstrait à mon avis, de Janet Sobel qui a influencé Pollock qui la tenait en très haute estime et de Mitchell, Helen Frankenthaler, Clifford Still, Sam Francis et Tobey.

Clifford Still

Clifford Still

Mitchell

Mitchell

Sam Francis

Sam Francis

Mitchell

Mitchell

Janet Sobel

Janet Sobel

On arrive ensuite à une salle où l'on trouve Reinhardt et Barnett Newman. Je ne comprend pas ce que viens faire Barnett Newman dans cette exposition tant son style à la fois minimaliste et géométrique est en opposition avec les autres oeuvres présentées.

 

Barnett Newman

Barnett Newman

Reinhardt

Reinhardt

Reinhardt introduit l'autre vedette de l'exposition: Rothko, très bien représenté avec des oeuvres allant des grands acidulés au grands tableaux dépressifs.

Rothko

Rothko

Rothko

Rothko

Rothko

Rothko

Abstract Expressionism à la Royal Academy of Arts à Londres

On revient vers la lumière pour terminer avec les grandes peintures lumineuses de Clyfford still et par le grand absent des expositions parisiennes qu'est De Kooning.

Clyfford still

Clyfford still

De Kooning

De Kooning

De Kooning

De Kooning

De Kooning, Londres, novembre 2016

De Kooning, Londres, novembre 2016

Commenter cet article

ismau 22/11/2016 16:10

Vous nous donnez envie de faire le voyage ! J’aime beaucoup tous ces expressionnistes abstraits, et vos photos montrent très bien la matière, ainsi que la taille impressionnante de beaucoup de ces œuvres . Mais je sais qu’il faut se confronter réellement à leur matérialité, et à l’espace où elles sont exposées, pour les apprécier vraiment .

lesdiagonalesdutemps 22/11/2016 16:21

Vous êtes bien aimable pour mes photos car elles ont été réalisées en cachette car les gardiens étaient très vigilants le plus souvent je les ai prise assis sur les bancs en milieu de salle mais de toutes manière ce type de peinture, en particulier en raison de leur taille passent très mal en reproduction. Ce qui marche bien se sont les détails sur les dripping de Pollock qui peuvent donner des photos à la fois décoratives mais aussi informatives car ainsi on voit l'ordre dans lequel sont déposées les différentes coulures de peinture, quelle couleur prend le pas sur une autre. Autre raison de faire vite le voyage l'exposition sur le carvagisme à la National Gallery.

xristophe 18/11/2016 13:40

Je n'ose rien dire tant qu'Ismau n'aura pas parlé - mais c'est pas mal !

lesdiagonalesdutemps 18/11/2016 18:06

L'exposition à elle seule vaut le voyage. Elle présente je crois le plus bel ensemble jamais vu en la matière. Mon petit reportage photo est très médiocre. Les photos sont interdites donc elles sont toutes volées. D'autre part la taille de certaines oeuvres sont difficile à photographier en raison de leur taille, seule critique l'accrochage n'est pas terrible sauf pour les Rothko bien mis en valeur dans une rotonde dans laquelle règne un clair-obscur et pour les Still, pour moi la révélation de l'exposition.