Michael Bidner

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner
Michael Bidner

Publié dans photographe

Commenter cet article

MAGNIEZ 06/11/2016 08:20

Roger Peyrefitte est le premier romancier que j'ai découvert à 14a, suite à une émission de télévision: les dossiers de l'écran" consacrée à l'homosexualité. L'émission avait été reportée à cause des pressions des moralisatrices. Je n'avais pas osé commandé à mon libraire "les amitiés particulières". Trop direct. J'avais obtenu "notre amour": une relation entre l'écrivain et un garçon de 13a rencontré sur le tournage du film qui a servi de support au débat dans l'émission. Le dernier livre de cet auteur, que j'ai lu d'une main, fut "Roy". Ce fut un bon livre, très chaud et très érotique. Roger Peyrefitte était un grand écrivain, mort dans une certaine solitude. Mais je n'ai pas trouvé de livre sur sa fin de vie, contrairement à celle de Tony Duvert.

lesdiagonalesdutemps 06/11/2016 22:21

Dominique Fernandez n'est pas mort et n'est pas vraiment oublié, l'an passé il a encore publié un roman et un gros essais sur l'art, j'ai chroniqué ces deux livres sur le blog. Les livre d'Yves Navarre sont en effet introuvable aujourd'hui. Montherlant est, je le crains peu lu de nos jours et pourtant "Les célibataires" est un grand livre. Il y a encore de grands romans certes beaucoup plus ailleurs qu'en France mais nous avons tout de même Modiano, Rinaldi et quelques autres. Mais il suffit de regarder au dessus de nos frontières pour découvrir de très grands écrivains tels Vargas Llossa, Mitchell, Hollinghurst, Roth, Murakami, Oé...

MAGNIEZ 06/11/2016 19:55

Vous êtes bien sévère pour ce puriste. Roger Peyrefitte savait fort bien que son œuvre serait oubliée. D'ailleurs, in petto, il jalousait son ami Montherlant qui avait été publié dans la "pléiade" de son vivant. Mais bien d'autres écrivains homosexuels ont été oubliés malgré l'importance de leurs œuvres, comme Yves Navarre et Dominique Fernandez. C'est ainsi. Fort heureusement, la relecture de ces œuvres nous fait oublier la médiocrité littéraire de ces dernières années. Bon courage.

lesdiagonalesdutemps 06/11/2016 09:05

Avec "Notre amour" vous avez lu son meilleur livre. Boy est un roman bien médiocre où il fantasme une Calfornie que je connais bien où il semble lui être jamais allé. La chance de Peyrefitte qui n'est pas un grand écrivain est qu'il a mis des mots, souvent bien désuet, sur les émois que ressentaient bien des jeunes gens, et ce n'est pas rien, et que cette révélation les a figés dans une admiration où la littérature a peu de place. Peyrefitte est encore nimbé de cette admiration de quelques un de ses lecteurs dont les plus jeunes doivent avoir 60 ans quand ils auront disparu, il ne restera plus rien des livres de Peyrefitte, la postérité étant, tout compte fait difficile à abuser.
Sur Peyrefitte lisez la biographie de Delery qui n'est pas sans défaut mais qui a le mérite d'exister. J'ai consacré un billet à ce livre.

alextroy 06/11/2016 07:28

belles photos en noir et blanc tres belle

xristophe 04/11/2016 16:31

Magniez, parlez-nous encore de Roger Percerette, svp ?

MAGNIEZ 01/11/2016 16:42

Votre site que je découvre est fascinant. Cela me rappelle un peu l'atmosphère des romans de Roger Percerette. Ecrivain oublié, hélas et pourtant si grand. La beauté des adolescents est particulière car fugace et très changeante pendant cet espace de jeunesse. On peut être magnifique à 12/13 et quelconque à 17. J'en ai fait le constat au collège: un très beau blond qui était en 6ème, moi en 5ème et dont j'étais amoureux fou. Je l'ai revu par hasard quelques années plus tard les battements de mon cœur n'ont pas accéléré. Il faudrait des millions de photographes pour conserver sur pellicule toutes ces beautés naturelles. Bien à vous

alextroy 01/11/2016 13:11

belles