Tom Lovell

Publié le par lesdiagonalesdutemps

j'ai beaucoup de mal à résister à la lecture de l'antiquité par les nouveaux pompiers américain

j'ai beaucoup de mal à résister à la lecture de l'antiquité par les nouveaux pompiers américain

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 06/08/2016 18:40

Je ne suis guère féru ès "sciences fiction" mais j'ai tellement aimé ce livre dont (attention, cela va être un exercice - pour vous - très facile !), dont je n'ai ni le titre ni le nom d'auteur, il sont célèbres tous les deux, son livre est traduit de l'anglais, ou de l'américain, son héros va changer d'époque pour retrouver une femme dont il s'est épris du portrait sur un tableau dans un hôtel où il est descendu, du moins le croit-il, par hasard. Son voyage se fera sans machine, par la seule force du désir... Bien sûr ça finit mal, mais cette fin est la moins rigoureuse, la moins plausible du livre...

lesdiagonalesdutemps 06/08/2016 21:06

Je confirme c'est Le Jeune Homme, la Mort et le Temps (1975). de Matheson

lesdiagonalesdutemps 06/08/2016 21:03

Sans certitude j'avance le nom de Richard Matheson.

lesdiagonalesdutemps 06/08/2016 20:46

Je connais cette histoire et même le film qui en a été tiré dont le rôle principal était tenu par Christopher Reeve mais impossible ce soir sans plonger dans ma bibliothèque de trouver le titre et l'auteur pas plus d'ailleurs que le réalisateur du film.

xristophe 06/08/2016 15:13

J'ai déjà établi ceci pour la machine à remonter le temps : elle est possible à condition que l'explorateur venu du futur soit "condamné" à rester invisible, inactif et sans saveur (sauf accidents et légères bavures sur les bords - à quoi Cocteau, je crois, s'intéressa) : sinon, l'Histoire serait modifiée, et sa suite où nous habitons ne pourrait exister telle qu'elle (si par exemple je castre - accidentellement bien sûr ! - mon père avant qu'il ne m'engendre, on comprend que j'aie des difficultés à naître) (c'est un exemple bien sûr très futile mais chacun peut le penser pour soi !)

lesdiagonalesdutemps 06/08/2016 15:31

C'est le fameux paradoxe spatio-temporel centre d'un peu près tous les romans traitant du voyage dans le temps dont un des dernier est signé King. Dans le domaine formidables réussites en manga: Jin et Zipang.

zadig 05/08/2016 15:31

Il faut être très circonspect concernant les affirmations péremptoires des spécialistes en antiquité de nos années 2000.J'ai l'impression, que comparés aux historiens d'il y a 50 ou 100 ans, ces "nouveaux spécialistes" sont toujours à a recherche du scoop et manquent cruellement de modestie dans leurs recherches et conclusions. En ce domaine, la pire émission de TV étant "Secrets d'Histoire" présentée par Stéphane Bern où les historiens qui y participent ressemblent plus à des rédacteurs de "Voici" ou" Closer" qu'à des chercheurs-érudits.

xristophe 05/08/2016 13:24

Pourtant la nudité est bien imprudente pour les parties casuelles !

le Canard 07/08/2016 13:27

Affirmation servie telle quelle dans l'émission en question.
Mais qui mérite de réfléchir un peu : en dehors de la coquille dure des hockeyeurs, quel linge, string ou accessoire répandu, protège vraiment les parties, et pas seulement la tartufferie des spectateurs (mais cachez donc ce sein, que je ne saurais voir).

Les "accessoires" de protection évoqués sont même un risque d'accident certain, et même une prise pour un adversaire nu et huilé, glissant comme une anguille.
S'il s'avérait que les grecs n'étaient pas nus aux jeux, il faudra trouver des arguments et des preuves plus convaincantes.

lesdiagonalesdutemps 05/08/2016 15:01

C'est pour cela que je ne suis pas certain que toutes les disciplines se pratiquaient nu. Pour le savoir il suffit d'attendre la machine à voyager dans le temps.

zadig 05/08/2016 11:24

Dans une récente diffusion télévisée, consacrée aux origines des jeux olympiques en Grèce, des historiens et spécialistes (ou se prétendant tels) sont venus mettre en doute la nudité des athlètes dans les compétitions. Affirmant que les peintures d'athlètes , en particulier sur les vases retrouvés, n'étaient probablement que des visions artistiques symboliques ou idéalisées, mais probablement pas une reproduction fidéle à la réalité.

lesdiagonalesdutemps 07/08/2016 13:28

Entièrement d'accord avec vous. Si dans certains cas je mettais en doute la nudité dans certaines pratiques des athlètes antiques c'est que celle-ci si elle peut être pratique pour certains exercice comme le lancer de disque par exemple peut être moins commode pour le pancrace. A titre personnel il n'y a rien de mieux que de ce baigner nu.

le Canard 07/08/2016 13:18

Jacqueline de Romilly aurait bien ri : cette propension à juger des temps anciens au regard des moeurs d'aujourd'hui est un poncif de ces émissions de "vulgarisation", toujours promptes à conforter "objectivement" la morale contemporaine. Mais qui craint vraiment que les athlètes d'aujourd'hui se présentent nus aux jeux olympiques?

La nudité chez les grecs était non seulement banale au quotidien, pas seulement pour les jeux, mais très loin du jugement occidental moderne, pétri d'un moralisme sexuel qui aurait laissé les anciens pantois.
Ainsi, des peintures de vases et de la vaisselle quotidienne aux statues publiques, et jusque sur les frontons des temples, les grecs auraient représenté nues des visions symboliques ou idéalisées, si constantes et répandues que le regard ne pouvait les éviter, en se gardant bien d'en faire autant dans la vie courante ?
Pourtant, ils ne connaissaient pas le péché originel...

lesdiagonalesdutemps 05/08/2016 12:10

Il est pourtant très probable qu'au moins pour certaines disciplines les athlètes devaient être ns il est aussi fort possible que ce choix être nu ou pas soit laissé au libre arbitre des athlètes mais il est tout de même curieux que la nudité s'impose sur les vases alors que ceux ci on des provenance différentes.