Satan habite au 21 de Jean-Pierre de Lucovich

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Satan habite au 21 de Jean-Pierre de Lucovich

 

 

J'ai été content de retrouver Jérôme Dracéna, détective privé de son état, mi Nestor Burma, mi Jérôme K. Bloche (le prénom serait-il un clin d'oeil?). Dans cette nouvelle aventure on retrouve, ce qui m'avait particulièrement séduit dans « Occupe toi d'Arletty, l'habile mélange entre personnages fictifs et réels, appartenant notamment au monde du cinéma (savoureuse évocation de Pierre Brasseur en fin de volume) Après son précédent contrat où il devait sauver la mise à Arletty qui était ennuyé par des malfaisants. Cette fois c'est au docteur Petiot auquel Dracéna devra se mesurer. Le roman commence le 11 mars 1944. Appelés pour un incendie rue Le Sueur, les pompier et la police découvrent dans les caves d'un hôtel particulier un charnier de vingt-sept cadavres se dissolvant dans la chaux vive. L'enquête révèle que le propriétaire, un certain docteur Petiot avait promis aux victimes de les faire passer en Amérique du sud moyennant finances. Dracena se lance à la poursuite du satanique docteur. 44, fin de l'occupation, est-ce à cause de l'âge du capitaine, de Lucovich n'est pas un tendron, mais je trouve que notre auteur brûle bien vite ses vaisseaux

L'auteur après « Occupe-toi d'Arletty! »  continue à nous faire visiter le Paris de la collaboration. C'est comme si on y était, un véritable guide des plaisirs du « gross Paris » en cette année 1944 où cela commence à sentir le roussi pour les verts de gris et leurs affidés. Lecture très utile avant de monter dans votre machine à remonter le temps même si je ne suis pas sûr que le lieu et la période soient particulièrement indiqués pour un voyage spatio-temporel.. Alors que dans le premier volet des aventures de Jérôme Dracéna, de Lucovich restait assez fidèle à la réalité des personnages historiques, dans ce deuxième opus il s'en éloigne, pour certains, considérablement, en particulier pour Petiot dont il fait une sorte de Fantomas mâtiné de docteur Mabuse et de Mangele. Idem pour la comtesse Tchernycheff qui certes n'était pas sucrée comme aurait dit mon aïeul, mais n'était tout de même pas ce génie du mal que met en scène de Lucovitch, une sorte de Lady X (les lecteurs de Buck Danny me comprendront) en bien sûr beaucoup plus sexuel. Pour qui veut en savoir plus sur la dame et quelques unes de ses collègues, il faut lire « Les comtesses de la Gestapo » de Cyril Eder, ce n'est pas un chef d'oeuvre de l'essais historique, le livre est beaucoup trop superficiel, mais il vous donnera néanmoins une bonne idée du pédigrée de ces dames... Livre, comme « Satan habite au 21 » (le titre est une référence avouée à Steeman) est vivement conseillé aux lecteur de Modiano qui retrouveront un certain Pagnon et les garage abandonnés de Levallois...

Si l'on ne s'ennuie pas en suivant la quête de notre détective pour mettre hors d'état de nuire le satanique docteur, c'est tout de même un peu longuet et mou dans la narration. Heureusement certaines « sorties » des comparses de Dracéna sont dignes de Michel Audiard! Comme presque tous ces romans policiers historiques, le décor est plus soigné que l'intrigue. Elle est un peu lâche et court trop de lièvres à la fois. On se perd un peu dans la foule de ces sinistres personnages. Mais de Lucovich connait toutes les turpitudes et ragot du petit demi monde des collabos. Comme toujours avec les héros récurrent notre Jérôme est increvable, pour la résistance (sans jeu de mots), il n'est en rien inférieur au Bernie Gunther de Philip Kerr, indépassable modèle du genre.

Ah j'allais oublier de vous prévenir, lire ce roman c'est un peu comme lire un ouvrage sur le Titanic dont on apprendrait dans les dernières page qu'il n'a pas rencontré d'iceberg mais c'est transformé en zeppelin! Et on dit que les romanciers français manquent d'imagination!  

 

Pour retrouver de Lucovich sur le blog: Occupe-toi d'Arletty! de Jean-Pierre de Lucovich

 

Pour retrouver des billets sur le blog à propos de l'occupation: 1940-1945, Années érotiques de Patrick Buisson , Trois coupes de champagne d’Yves Pourcher , L'honneur d'un homme d'Allan Massie,  André Zucca, photos de Paris sous l’occupation,  L'homosexualité et l'occupation Archives de la vie littéraire sous l'occupationFontenoy ne reviendra plus de Gérard Guégan,  Le procès CélineOccupe-toi d'Arletty! de Jean-Pierre de LucovichLe cas Bernard Fay d'Antoine Compagnon

Publié dans livre

Commenter cet article