FELLAGHA par Pierre-Jean VAILLARD

Publié le par lesdiagonalesdutemps

FELLAGHA par Pierre-Jean VAILLARD

FELLAGHA
(par Pierre-Jean VAILLARD)

Quand ma pensée s’en va vers l’Afrique du Nord,
Je me sens tout à coup, bourrelé de remords.
Que l’Algérie soit une province française,
C’est évident, bien sûr, bien qu’à tout ça ne plaise
Que des hommes aient fait d’un bled qui n’était rien,
Ce beau pays algérien
Nul ne peut dire le contraire.
Et savez-vous de qui ce furent lesgrands-pères ?
Oui, VAILLARD est sétois, René Paul est breton,
Mais moi, pur parisien, je suis de Kabylie.
Je suis natif d’El ksour, à deux pas de Bougie.
Et notre Roméo, oui Roméo CARLéS,
Il est natif d’Oran ou de Sidi Bel Abbès.
Tenez : Colette MARS. Encore une algéroise.
Et le Maréchal JUIN (de l’Académie française)
Est aussi de là-bas, comme Pierre BLANCHARD
Et le clown ZAVATTA et l’auteur Pierre ACHARD.
Des acteurs honorent la Comédie Française :
André CLARIOND, BARTHEU sont de souche oranaise.
L’écrivain Paul VIALAR, Yves VINCENT aussi,
Marie-José, Françoise ARNOULD et ROSSITI …
Vous ne vous doutiez pas d’une telle série
D’artistes parisiens fournis par l’Algérie.
Oui … Vous le connaissez si mal, en général,
Mais Alger, c’est Bordeaux, ou Marseille ou Laval,
Oran, mais c’est Strasbourg, à moins que ce soit
Lille,Tours et Chateaudun, disons Philippeville ….

… Seulement, ces temps-ci, il faut compter là-bas,
avec un mécontent, un certain Fellagha.
Et, petit Fellagha, c’est à toi que je pense
En voyant ta rancune à l’égard de la France.
J’ai beaucoup réfléchi et ma méditation
Me décide à venir te demander pardon….
Oui, pardon, Fellagha, pardon pour mon grand père
Qui vint tracer des routes et labourer la terre.
Il est tombé chez toi, il a tout chamboulé.
Où poussaient des cailloux, il a foutu du blé.
Et mettant après cela, le comble de l’ignoble, 
Où poussaient des cailloux, il a fait un vignoble.
Pardon, cher petit Fellagha,
Oh, pardon de tous ces dégâts.
Et mon affreux grand-père (il faut qu’on leconfesse)
N’était pas seul de son espèce.
Ces autres scélérats ont bâti des cités,
Ils ont installé l’eau et l’électricité.
Et tu n’en voulais pas, c’est la claire évidence
Puisque avant qu’arrive la France
Tu n’avais en dehors de la Casbah d’Alger
Que la tente ou bien le gourbi pour te loger.
Et tu t’éclairais à l’huile.
Nos maisons, bien sûr, c’était la tuile.
De l’électricité, là encore soyons francs, 
Tu ne demandais pas qu’on te mette au courant …
Tu t’es habitué à ces choses infâmes,
Mais à regret et la mort dans l’âme …
Stoïquement d’ailleurs, supportant ces malheurs,
Avec courage et belle humeur.
Mais tu engraissais, mais de mauvaise graisse.
Car tu prenais le car (une invention traîtresse)
Ce même car que, pris d’un délire divin, 
Tu devais, un beau jour, pousser dans le ravin.
Je comprends ta rancœur, je comprends ta colère,
Tu n’es pas au niveau des arabes du Caire.
Tu gâches et tu vis mieux qu’un fellagha égyptien.
A quoi Nasser … Nasser à rien.
Nous avons massacré tes lions et les panthères.
Nous avons asséché tes marais millénaires.
Les moustiques sont morts … Les poux … De Profundis.
Nous avons tout tué, jusqu’à la syphillis.
Ah pardon Fellagha pour tous ces carnages.
Nous avons fait tout cela, c’est bougrement dommage.
Car, si d’autres idiots l’avaient fait, inspirés,
C’est nous qui, maintenant, viendrions vous libérer.
Et bouffer les marrons cuits pour ces imbéciles,
C’aurait été moins long et beaucoup plus facile …
Bien pardon Fellagha, de t’avoir mieux nourri,
De t’avoir vacciné pour béri-béri
Et d’avoir à tes pieds nus mis (oh maladresse)
Des souliers ….

Dont tu voudrais nous botter les fesses.

 

Publié dans citations

Commenter cet article

langeron 28/08/2016 11:23

Ce monsieur oublie l'essentiel, la dignité bafouée, le droit de vote interdit (les musulmans n'étaient donc pas français ?), la misère des campagnes, des logements, et parmi les personnes citées, tiens, tiens, combien d'Algériens ? La colonisation fut une erreur historique dont les "colons" furent c'est vrai les victimes. Et Sétif, eux qui venaient de délivrer la France ? et les Harkis ?

lesdiagonalesdutemps 30/08/2016 06:58

Je suis d'accord avec votre constat mis à part l'amour du peuple algérien pour la France et surtout pour les français (mais pourquoi faudrait-il qu'il les aime?).

Broc 30/08/2016 01:57

"Que pensent les Algériens de leur belle indépendance dans un pays rançonné par une clique de barbons installés au pouvoir par les gaullistes" : L'élite intellectuelle algérienne le sait bien. Les indépendances... vaste sujet. Tout comme la dissolution de l'Empire français après la 2ème guerre mondiale, ou la découverte du pétrole algérien en 1952 suivie du déclenchement de la guerre en 1954.

"La république Algérienne a fait plus de mort en un demi siècle que toute la colonisation." : affirmation audacieuse qui pourrait ne pas tenir à l'examen des chiffres et dans une remise en perspective historique d'un point de vue du ratio démographique.
Néanmoins, la guerre civile des années 90 qui a fait prés de 200 000 morts fut une terrible barbarie.

" Comment expliquer en outre qu'un pays qui a des richesses extraordinaire soit aujourd'hui en quasi faillite" : le pays est effectivement mal géré, avec une énorme inégalité dans la répartition des richesses. Mais est-ce la volonté des successeurs de "gaullistes" et autres grandes puissances ?
Toutefois la faillite du pays est toute relative comparée au notre : 0 dettes et même une réserve en centaine de milliards de dollars, sans compter l'argent spoliée par les "barbons", placées en France et autres paradis financiers pour dictatures militaires.

"que d'autre part il n'est jamais encouragé le tourisme" : que la jeunesse y est belle !

"...je regrette toujours qu'elle ne soit pas resté française."
La majeur partie des algériens aussi ; mais pourquoi le pouvoir politique français n'a -t-il pu ou voulu faire évoluer un système social de ségrégation tel qu'il persistait encore milieu du XXème siècle ?

Pour avoir également résidé dans ce beau pays, je sais l'amour de la France des algériens, même s'ils ne la reconnaissent plus guère tellement son "identité nationale" se dissout. Je sais aussi la souffrance de ce peuple qui ne cesse d'être martyrisé et se trouve actuellement sous la coupe d'un islamisme qui leur a été imposé. Je crains que, dans la conjoncture actuelle, la guerre s'abatte sur l'Algérie ; nouveau facteur de déstabilisation de la France, étant donné ses liens avec "les Algériens".

Le système migratoire tel qu'organisé par nos gouvernants est déplorable avec des conséquences dramatiques, mais de grâce, ne tombons pas dans le piège actuel de "l'islamo-phobie", en passant par la haine des algériens, un peuple frère, voisin.
Sur le plan économique, les mauvaises relations développées avec la Russie ont été lourdes de conséquence pour le pays. La perte du marché algérien (prés de 40 millions de consommateurs) serait un pas de plus vers la faillite... A moins d'une nouvelle grande guerre qui vienne remettre les compteurs financiers à zéro. Mais au prix de combien de morts ?
Carpe diem et vive l'été.

lesdiagonalesdutemps 28/08/2016 11:38

que pensent les Algériens de leur belle indépendance dans un pays rançonné par une clique de barbons installés au pouvoir par les gaullistes et qui mettent le pays en coupe réglée depuis plus d'un demi siècle. La république Algérienne a fait plus de mort en un demi siècle que toute la colonisation. Mais chut il ne faut pas le dire. Comment expliquer en outre qu'un pays qui a des richesses extraordinaire soit aujourd'hui en quasi faillite et que d'autre part il n'est jamais encouragé le tourisme en dépit de ses atouts climat, belle plage, ruines antiques, paysages superbes... Je précise que bien sûr je suis allé en Algérie et que je regrette toujours qu'elle ne soit pas resté française.

Bruno 27/08/2016 16:01

Tiens..."André" Clariond...j'avais en tête "Aimé" ?
Merci pour vos billet

lesdiagonalesdutemps 30/08/2016 07:01

Et si c'était justement la solution pour éviter la guerre? Une trop grande hétérogénéité de peuplement sur un territoire conduit inévitablement à des heurts, il suffit de parcourir le monde pour s'en apercevoir. L'homogénéité d'un peuple voir le Japon ou la Corée (même si cette homogénéité est en partie une construction) est le meilleur gage de réussite.

Broc 30/08/2016 00:04

" "La valise ou le cercueil" pourquoi ne pas remettre cette pratique qui fut fort efficace au gout du jour."
Avec une guerre civile et plusieurs millions de morts des deux côtés ?

lesdiagonalesdutemps 27/08/2016 16:09

Moi également, je pense que c'est une erreur de Pierre-Jean ou plus probablement du transcripteur de ce beau texte que notre actualité devrait nous inciter à méditer. Il faut se souvenir de "La valise ou le cercueil" pourquoi ne pas remettre cette pratique qui fut fort efficace au gout du jour. C'est à dire dans le sens inverse. Le grand rembarquement comme j'ai pu voir que le proposait judicieusement une affiche récemment apposée sur les murs de Paris.