We once were tide, un court métrage de Jason Bradbury

Publié le par lesdiagonalesdutemps

We once were tide, un court métrage  de Jason Bradbury
We once were tide, un court métrage  de Jason Bradbury

Grande Bretagne, 2011, 20mn

Réalisation: Jason Bradbury

Avec: Mandy Aldridge, Tristan Bernays, Alexander Scott

 

Résumé:

Anthony, un beau garçon guette à la fenêtre. Son ami de toujours, Kyle, vient lui rendre visite. Ils s’aiment, ils n’ont probablement connu personne d’autre dans leur contrée isolée. Chaque moment passé ensemble est un événement en soi, un effet magique qui redonne à la vie tout son souffle. Ces deux-là, l’un à côté de l’autre, forment une évidence. Un amour fort et nécessaire pour le jeune personnage principal, Anthony, qui doit au quotidien s’occuper de sa mère gravement malade qui ne se souvient plus de lui.

Kyle passe son temps à photographier Anthony, comme pour le capturer. Anthony apprendra sur la fin que son seul ami, son unique compagnon de rêveries, a été admis dans une école et qu’il est sur le point de partir. Il sera condamné à rester seul, il ne se ment pas à lui-même : plus rien ne sera jamais plus comme avant.

We once were tide, un court métrage  de Jason Bradbury

Avec We once were tide, qui pourrait se traduire par "Nous étions autrefois", immédiatement dès les premières images, on sait que l'on est devant un grand film. Sans avoir recours aux mots, le réalisateur parvient à donner en à peine quelques plans une consistance, un passé riche en émotions à ces deux garçons. Tout cela nous est montré presque sans dialogue et miracle du vrai cinéma on comprend tout. Les acteurs sont parfait. Le film bénéficie des paysages de l'ile de Wight, filmés mélancoliquement en parfaite adéquation avec cette histoire simple et bouleversante.

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article