Giovanni Colacicchi

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Giovanni Colacicchi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Giovanni Colacicchi est issu d'une famille noble, fils de Robert, grand propriétaire, et de Pia Vannutelli, descendante du peintre Scipione Vannutelli , il a passé la majeure partie de son enfance entre Rome et Florence , jusqu'à la fin de ses études supérieures, puis finalement il s'installer à Florence à la fin de la première guerre mondiale. En 1919, il commence sa carrière artistique en tant qu'élève de Francesco Franchetti.

Il était parmi les fondateurs du magazines culturels le Magazine de Florence (en 1924 avec Giorgio de Chirico et Alberto Savinio ) et Solaria (rejoints en 1926, par Eugenio Montale , Giuseppe Ungaretti , Carlo Emilio Gadda et Italo Svevo ).

En 1924 , il épouse Amalia Zanotti, issue de la noble famille de Biella, puis il se déplace en Calabre avec sa famille, cette région devient, une source d'inspiration pour plusieurs de ses œuvres. En 1930, a lieu sa première exposition personnelle,à la galerie Saletta Fantini à Florence. Il fait alors plusieurs voyages en Italie de Venise en Calabre, et aussi à Paris , où il a passé de longues période. Il va en  Afrique du Sud en 1935, par  désir de visiter des lieux lointains et exotiques et aussi pour surmonter la douleur de la séparation avec sa femme . Il revient en Italie, en 1937 où nait son premier fils, Piero, et en 1942 son deuxième fils Francesco. Il vit avec da Flavia Arlotta (peintre, originaire de Sorrente ), qu'il épousa plus tard en 1952. Il déménage pour un temps à Rome avec sa nouvelle famille, et il travaille dans l'atelier de Renato Guttuso .

Après la guerre, il s'intéressé à la théorie de l' art, en formant des groupes de discussion avec des intellectuels et des artistes de l'époque comme Martinelli Onofrio. 

Ses œuvres représentent souvent de grands espaces naturels avec un fort sentiment d'immersion dans la nature. Ellent utilisent un matériau très dense qui les caractérise. Durant toute sa vie il a immortalisé les objets qui lui étaient chers, dans des peintures poétiques représentant les mythes et la figure humaine. Dans sa première période artistique, il a commencé en 1924 avec l'oeuvre "La Mélancolie" dans le style du réalisme magique, influencé par la rencontre avec Giorgio De Chirico . Ensuite il participe aux expositions du mouvement "Sarfatti" en sa qualité de membre du groupe Florentin, par opposition à "strapaesana". Dans la période entre 1931 et 1933, il peint quelques-unes de ses œuvres majeures comme «Fin de l'été" (1932) et "Sainte-Marie de l'Égypte, et Jacob et l'Ange" (1933). Les autres œuvres qu'il peint et présente dans les Salon à Paris à partir de 1933, et plus tard en Calabre avec des œuvres représentant la campagne calabraise, la vie populaire de la Calabre, en suggerant le passé grec de la Calabre. De son voyage en Afrique du Sud, il rapporte de nombreux paysages, dont le célèbre «Le phare de Point Monille" (1935) et "Exiles" (1935-1936), qui témoignent de l'admiration devant les paysages naturels extraordinaires de l'Afrique.

 
Giovanni Colacicchi
Giovanni Colacicchi
Giovanni Colacicchi

Publié dans peinture

Commenter cet article