Britannicus à la Comédie Française

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Paris, juillet 2016

Paris, juillet 2016

 

 

Réjouissons nous! Le grand Racine est à l'affiche de la Comédie Française. C'est bien trop rare. Sans doute en partie parce qu'il n'y a plus beaucoup de comédiens capables de scander la poésie en douze pieds; peut être aussi parce que le statisme des tragédies de Racine limite la possibilité pour les metteurs en scène de leurs habituels batifolages. Je ne vais pas vous rappeler l'intrigue, si vous êtes sur ce blog, c'est que vous la connaissez. Sachez tout de même que Racine a fait quelques infidélités à l'Histoire. Mais en fait peu importe la mise en scène ou la vérité historique, on y va voir et surtout entendre Britannicus pour la musique des alexandrins. Heureusement car la scénographie du sieur Braunschweig laissera peu de traces dans l'Histoire du théâtre. Sans doute ne sachant pas que les chef d'oeuvres sont intemporels, c'est justement pour cela qu'on les nomme ainsi, Braunschweig a trouvé intelligent d'habiller les acteurs de costumes contemporains, genre frusques de cadres d'établissements bancaires des années 60, triste vêture passe-muraille. Cette « audace » est sans doute pour bien nous faire comprendre que les intrigues de palais, pouvant aller jusqu'au crime, sont toujours d'actualité. Comment pourrait on l'ignorer, à moins d'éviter toutes gazettes depuis la naissance. Ce sur-lignage inesthétique ne fait que démontrer une fois de plus que beaucoup de metteurs en scène n'ont que mépris pour leur public qu'il pense composé d'un ramassis de benêts.

Le décor est à l'image des costumes. Il est réduit au minimum quelques portes suspendues par lesquelles les acteurs sortent mais n'entrent pas. Ils arrivent par la salle ce qui était très moderne en… 1970. Le mobilier se compose d'une grande table de conférence entourée de chaises. Braunschweg a la curieuse idée de faire ainsi jouer souvent ses comédiens assis. Ce qui aggrave l'impression de statisme de la pièce et ce qui n'est pas la position idéale pour lancer vers les cintres les alexandrins pour lesquels il faut du souffle. Heureusement la plupart des comédiens n'en manquent pas. Si, pour son entrée dans la grande maison, Dominique Blanc m'a paru un peu sèche en Agrippine, allez savoir pourquoi, elle m'a fait penser à Hillary Clinton, Laurent Stocker en Néron gros de crimes en gestation est parfait en velléitaire se croyant avoir un destin. Stéphane Varupenne que l'on découvre en raison de la ressemblance avec Laurent Stocker en double de Néron pas meilleur mais seulement en celui que l'Histoire n'a pas choisi. Le reste de la distribution ne démérite pas à l'exception de Georgia Scalliet catastrophique en Junie une chouineuse étouffant dans les larmes le beau texte de racine qu'elle est incapable de rendre audible.

Pourrais je suggérer une idée à un éventuel metteur en scène passant par là , celle de faire jouer cette superbe tragédie par des comédiens ayant l'âge historique de leur rôle; je sais bien que Racine n'a pas écrit sa pièce avec cette idée et qu'il ne serait pas facile de mettre ses beaux vers dans la bouche de nos actuels jouvenceaux. Lors du drame historique qui sert de base à Racine, nous sommes en 55. Britannicus à 14 ans, Néron qui règne depuis 2 ans en a 18. Une véritable audace serait de faire jouer Racine par des garçons de cet âge.      

Commenter cet article

xristophe 06/07/2016 22:51

Mais oui ! et, même, Britannicus 14 ans, il faudrait (on dirait qu'on est en 1959) qu'il soit en culotte courte - mais alors, très courte !

Bruno 13/07/2016 18:35

Comme celles là ?
https://www.youtube.com/watch?v=KflyBH_sA38

Bruno 04/07/2016 20:24

"Et depuis quand, Madame, êtes-vous si craintive?
Quoi, déjà votre amour souffre qu'on le captive?"
II,VI
...à 14 ans.... :-) :-) ?

lesdiagonalesdutemps 04/07/2016 21:53

Mais pourquoi pas c'est l'âge de Roméo J'ai d'ailleurs vu jouer il y a quelques années dans un petit théâtre parisien la pièce de Shakespeare par des comédiens qui avait l'âge du rôle et c'était très bien. Cette proposition de calquer l'âge des rôle sur l'âge des personnages historique plus audacieux que l'esbroufe qu'est de faire jouer des pièce d'époque en costume moderne. Cela fonctionne à peu près pour Don Juan mais pour Hamlet ou ce Britannicus c'est ridicule.