Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme


 

Le Corentin de Simon et Van Hamme était, cette année la bande dessinée que j'attendais le plus non que je sois féru des anniversaires, le personnage a été créé par Cuvelier, il y a juste 70 ans, ni que je pense que le prolifique Van Hamme soit le plus grand scénariste actuel de la bande dessinée franco-belge mais parce que je pense que Christophe est un des plus grands dessinateurs de cette même bande-dessinée, voir pat exemple sa reprise d'Alix dans "Le Démon du Pharos" où il montre toute la variété de ses talents. En outre, il est peut être le seul à l'instar jadis d'un David ou d'un Girodet sache dessiner l'anatomie humaine.

C'était aussi avec quelques inquiétude, comme à chaque reprise sur l'utilité de ressuciter un personnage, en l'occurrence, le petit Corentin Feldoé qui parcourt le monde au milieu du XVIII ème siècle accompagné de son ami Kim, d'un gorille, Belzebuth, et d'un tigre, Moloch. Vous conviendrez que tout cela n'est pas facile à caser dans une histoire. Quelle est-elle cette fameuse histoire (je rappellerais que l'on attend la suite des aventures du garçon depuis 1974!):

Accusé à tort du vol de trois perles d’une valeur inestimable, Corentin est menacé de bannissement par le Maharadjah de Sompur. Il ne pourra compter que sur l’aide de ses derniers amis – Kim, Moloch et Belzebuth – pour sauver son honneur et démasquer le vrai coupable.

(c) Le Lombard - Christophe Simon/Van Hamme/Carpentier
(c) Christophe Simon

(c) Christophe Simon

Les lecteurs cacochymes comme moi gardent des souvenirs émus des aventure (et de la plastique du jeune breton pour vous rafraichir la mémoire sachez que Corentin un personnage emblématique du journal Tintin créé par ce formidable conteur de Paul Cuvelier avant de bénéficier un peu plus tard de l’expertise de Jacques Van Melkebeke (que le Lombard n'a jamais crédité au scénario pour des raisons très extra-artistiques). Il reste que Corentin est né du seul fait de Paul Cuvelier car Corentin a fait ses premiers pas dans un livre de contes illustrés par Paul Cuvelier réservé à l'usage familial et en particulier à ses frères.
(c) Le Lombard - Christophe Simon/Van Hamme/Carpentier(c) Le Lombard – Christophe Simon/Van Hamme/Carpentier
Le plus troublant lorsqu'on ouvre ce magnifique album que l'on pourrait attribué à Cuvelier, tant Simon est au niveau de ce maitre du dessin qu'était Cuvelier c'est que cet album aurait pu paraitre dans les années 50. Aussi bien pour le scénario (j'y reviendrait) que pour le dessin, car l'érotisme des personnages était déjà présent dans la première aventure de Corentin dessinée par Cuvelier et l'érotisme est présent à chaque album de Christophe Simon qui pour correspondre aux canons de cette reprise c'est tout de même assagi sur ce sujet par rapport à sa série Sparte, que pour le scénario.
Cette reprise est différente de toutes les autres dans la mesure où Van Hamme a été scénariste de Paul Cuvelier, mais que Christophe Simon a longuement étudié le dessin de Cuvelier dont il possède des originaux.
 
Les lecteurs les plus assidus connaissent l’histoire des Trois Perles de Sa-Skya, puisqu’elle fut déjà éditée en juillet 1973 comme nouvelle dans le trimestriel Tintin Sélection (ce petit format m'avait échappé à l'époque je ne connaissait pas cette histoire). Christophe Simon a eu la bénédiction de Van Hamme pour l’adapter à sa guise.
Certes le scénario dans lequel Simon a pris également une grande part, dans un presque huis-clos au cœur du palais du Maharadjah, Christophe Simon réussit à tenir le lecteur en haleine, de rebondissement en rebondissement, et offre un dénouement imprévu. Il reste qu'autant de grands sentiments, de personnages tout d'une pièce paraissent aujourd'hui quelque peu anachroniques. Par exemple les repreneurs d'Alix, personnage auquel on ne peut ne pas penser lorsqu'on lit un Corentin, ont su complexifier la psychologie du jeune gaulois, mais il est vrai que Jacques Martin l'avait fait lui même. Je suis partagé devant la grandeur d'âme cornélienne des personnages des "Trois perles de Sa-Skya. En même temps elle est rafraichissante mais je me demande quel est le public visé. Les nostalgiques de Corentin seront comblés mais quand sera-t-il du jeune public (et moins jeune puisque le dernier album de Cuvelier est paru en 1974) qui va découvrir aujourd'hui le jeune breton?
Si le dessin est très fidèle à celui de Cuvelier, au sujet de la  fidélité, du respect d'un créateur, il y a tout de même quelque chose de gênant dans cet album. Il faut se souvenir que si c'est sous la forme d'une nouvelle qu'est parue l'histoire des Trois perles de Sa-Skia c'est parce que Cuvelier avait refusé de la dessiner parce qu'il trouvait que ce scénario était incompatible avec des éléments fixés de longue date.
En effet en 1949, en guise d'introduction aux aventures de Corentin chez les Peaux-Rouges avait entrevu et déterminé le detin de son héros: << Revenu à Minpore où l'attendait le sultan et la princesse Sa-Skyia, Corentin a connu, dans cette cour charmante où il n'était entouré que d'amis de longues années de bonheur (...) C'est en 1785 que furent solennellement célébrées les épousailles du jeune français avec la jeune princesse héritière....>>. Voilà qui est bien différent de ce qu'on peut lire dans le dernier album. Cuvelier voyait Corentin devenir ministre du frère du Rajah de Sompur après la mort de ce dernier, avoir un fils, lui aussi prénommé aussi Corentin (est-ce l'influence de la série des Timour?). Mais malheureusement peu après la naissance de Corentin junior  Sa-Skyia meurt d'un mal mystérieux. Accompagné de son jeune fils Corentin s'embarquait pour sa Bretagne natale...
Cuvelier avait même imaginé le destin de Corentin junior qui fait comme lieutenant les campagnes napoléoniennes (un dessin de 1949 le représente en cavalier chargeant à la bataille de Wagram) avant de trouver une mort glorieuse dans le désert algérien sous les balles des guerriers d'Abd el Kader. 
Mais comme le savent les lecteurs attentifs de la série, il y a un troisième du nom, petit fils du premier celui qui vivra de mémorables aventures chez les indiens d'où le préambule de Cuvelier cité plus haut.
 
(c) Christophe Simon

(c) Christophe Simon

Corentin renaît comme il a été, dans un classicisme de toutes beauté et splendeur. Il faut y regarder de plus près pour voir que c’est bien Simon qui dessine et non Cuvelier. Mais alors que l'on aurait pu penser que Christophe Simon s'inspirerait du dernier Corentin dessiné par Cuvelier, celui du royaume des eaux noirs et de L'ogre rouge (L'ogre rouge, scénario de Jacques Martin est l'album que Cuvelier n'a jamais terminé. On peut en voir les première page en appendice du bel essai que Philippe Goddin a consacré à Cuvelier, "Corentin et les chemin du merveilleux", éditions du Lombard (1984). Corentin apparait dans ces deux dernières histoire plus longiligne, un garçon à la fin de son adolescence), Christophe Simon a choisi de faire grandir un peu le Corentin du "Royaume des sables", déjà un scénario de van Hamme. Il est vrai que ce Corentin là, plus fessu, est plus proche des garçons de Simon que l'on voit dans sa trilogie spartiate.
(c) Le Lombard - Christophe Simon/Van Hamme/Carpentier

(c) Le Lombard – Christophe Simon/Van Hamme/Carpentier

 
(c) Christophe Simon

(c) Christophe Simon

 
Le compagnon de Christophe Simon, Alexandre Carpentier signe des couleurs remarquables. Carpentier crée des couleurs subtiles légèrement éteintes, sourdes et denses. La couleur est pensée pour chaque case, pour chaque séquence tout en ayant soin de donner une dominante à chaque double page. Elles nous renvoient aux fantastiques ambiances qui envoûtaient certaines des bandes dessinées des années 50. Pour l'épisode nocturne de Corentin s'introduisant dans la chambre du Rajah on pense beaucoup à celui d'Olrik pénétrant dans la chambre de Mortimer dans la "Marque jaune". 






Le principal attrait de ce livre est bien le dessin somptueux de Christophe Simon. Que ce soient la représentation des personnages, les détails du décor, ou les scènes d'action, chaque case est illustrée avec minutie, à la manière d'un petit tableau. Le monde hindou est en fait dessiné avec un mélange de réalisme et de poésie, et les scènes de foule sont particulièrement réussies.

Une des particularités de cet album est que les récitatifs, dans des phylactères rectangulaires, sont plus nombreux que les dialogues qui sont, eux dans des phylactères ovoides. Le texte comporte souvent des notations typiques du style de narration et de dialogues qui ont donné leur ton jadis à cet univers lui apportant ainsi une saveur si particulière et unique dans l'histoire de la bande dessinée.

Le gaufrier est classique beaucoup plus que dans la trilogie spartiate. La page est découpée en trois bandes horizontales qui comportent au maximum trois cases chacune. Le rythme de ce sage découpage est perturbé par quelques pleines pages, là encore un clin d'oeil à l'esthétique des albums du début des années 50.





L'album contient par ailleurs un cahier consacré au "making-of", avec crayonnés et dessins de recherche, en regard de ces merveilles on l'aurait aimé plus fourni; peut-être pour une prochaine édition? On rêve d'une exposition Cuvelier-Simon autour de cet album. Ce cahier nous apprend que Christophe Simon a voyagé aux Indes pour en ramener des images à la fois précises et esthétiques. Cela nous permet de comprendre le caractère véridique et enchanteur des décors.

Au dela de son contenu qui suffirait à lui seul, bien sûr, son achat, je voudrais aussi mettre l'accent sur le contenant. Voilà un album d'une parfaite élégance, remarquablement présenté et imprimé. Le dessin du quatrième de couverture est splendide, je ne l'ai pas reproduit pour vous laisser le plaisir de la découverte. 



 





 











 



Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme
Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme

Ci dessous une petite bio de Christophe Simon et une interview trouvées sur la toile

 

Né à Namur en Belgique dans la ville de Félicien Rops, le 16 août 1974,Christophe Simon n’est pas issus d’une famille d’artistes : ses parents sont comptables. Mais son grand-père, fils d’un menuisier-ébéniste, a un bon coup de crayon, même si, lui aussi, travaille comme comptable au ministère des affaires économiques à Bruxelles. "Quand je suis enfant, je le vois dessiner plein de choses de façon réaliste. Si je voulais un soldat pour ma chambre, il me le dessinait. Mes grands-parents habitaient à cinquante mètres de la maison familiale, c’étaient des gens assez bohêmes adorant les animaux, au milieu de la nature. Je les voyais plusieurs fois par jour. Je cherchais à l’imiter, je me suis mis à dessiner."

Son grand-père décède alors que le jeune Christophe a onze ans, mais il a le temps de poser cet acte fondateur : il lui offre un album de Corentin de Paul Cuvelier, point de départ de sa vocation de dessinateur. Mais pour l’heure, ses parents, rationnels et bienveillants, n’imaginent pas qu’il puisse faire son métier de la bande dessinée : ils lui concèdent des cours du soir de dessin, "à la condition qu’il travaille bien à l’école".

JPEG - 4.5 Mo
Corentin - Les Trois perles de Sa-Skya
© Lombard

Là, il apprend les rudiments du métier auprès de Vittorio Léonardo qui enseigne dans un atelier à Châtelet. Le coloriste carolorégien assure à ce moment la photogravure de Jacques Martin, le dessinateur d’Alix. Le contact est pris : Christophe Simon devient rapidement l’un des assistants de celui qui forgea le concept d’École de Bruxelles. Il travailla successivement sur les séries Orion, Alix, Lefranc, Loïs et assure également des Voyages d’Alix (Casterman) pour un vieux lion fatigué qui perd peu à peu la vue et qui le prend quelquefois comme son confident.

 

JPEG - 1.3 Mo

La planche d’essai, que Christophe Simon a réalisée pour convaincre l’éditeur et les ayants droits.
Photo : Charles-Louis Detournay
JPEG - 918.4 ko
Christophe Simon est également peintre. 
Photo : Charles-Louis Detournay
JPEG - 1.4 Mo
L’album comporte trois superbes hors-textes, dont cette scène qui profite directement du répérage photographique réalisé en Inde.
Photo : Charles-Louis Detournay

Jean Van Hamme ayant validé votre storyboard, vous vous êtes donc envolés, votre compagnon et vous, pour l’Inde ?

Christophe Simon : Cuvelier n’était jamais allé en Inde, mais nous nous sommes directement retrouvés dans les ambiances du Signe du Cobra. Alexandre a pris 7800 photographies. Une partie a été réutilisée pour Les Trois Perles de Sa-Skya. Je suis par exemple reparti de l’architecture mongole du XVIIe du Palais d’Orchhâ pour imaginer le Palais de Sompur. Je suis bien entendu reparti de quelques scènes que Cuvelier avait dessinées, entre autres dans Le Signe du Cobra, mais ce n’était pas suffisant pour reconstituer toutes les décors de ce récit qui se déroule principalement dans et autour du Palais. En revanche, la salle du trône est bien entendu restée à l’identique des dessins de Cuvelier.

JPEG - 52.7 ko
Superbe attitude de la princesse Sa-Skya
Photo : Charles-Louis Detou
JPEG - 1.6 Mo
La dernière séquence de l’album culmine dans l’émotion. Une réussite graphique.
Photo : Charles-Louis Detournay
JPEG - 962.8 ko
Le scan des planches a été réalisée à l’ancienne, à l’aide d’un film noir et blanc sur un bleu (ou un gris) pour la trichromie. Mais contrairement aux bleus de l’époque, la planche est ici imprimée 1/1, ce qui permet de peaufiner une mise en couleurs assurée par Alexandre Carpentier.
Photo : Charles-Louis Detournay

JPEG - 616.6 ko

Au-delà de l’album, Christophe Simon continue de travailler les personnages pour mieux se les accaparer. Des recherches que l’on retrouve dans le cahier graphique en fin d’album.
Photo : Charles-Louis Detournay
JPEG - 1.1 Mo
Christophe Simon et Alexandre Carpentier, dans leur demeure richement décorée de peintures et de sculptures.
Photo : Charles-Louis Detournay
Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme
Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme
Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme
Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme
Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme
Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme
Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme
Corentin, Les trois perles de Sa-Skya de Simon et Van Hamme

Publié dans Bande-dessinée

Commenter cet article

xristophe 03/07/2016 17:20

"L'heure de l'action avait sonné", commentant Corentin en train de se déculotter...
Mais, pourquoi ces mauvaises pensées : car on voit bien qu'il se rhabille, au contraire...

xristophe 02/07/2016 17:12

Quel reportage !...

Bruno 01/07/2016 16:56

1974.....je n'avais même pas osé rechercher la date de parution du dernier Corentin de Cuvelier...
Merci pour votre billet sur ce bel album.