un soir à la Philharmonie

Publié le par lesdiagonalesdutemps

un soir à la Philharmonie
un soir à la Philharmonie
un soir à la Philharmonie

J'étais très impatient de découvrir l'intérieur de la Philharmonie. L'extérieur de jour m'avait laissé dubitatif lors de ma visite de l'exposition consacrée à David Bowie. Sa vision de nuit ne m'a pas conquis davantage, cette fois en raison d'un éclairage très chiche, pour raison d'économie sans doute. J'ai donc profité de la venue à Paris du chef d'orchestre Gustavo Dudamel à la tête du Philharmonic Los Angeles proposant un programme de musique américaine, John Williams, Alberto Ginastera, Andrew Norman, Aaron Copland, Bernar Hermann, pour sauter le pas. Bon ne croyez pas que cela fut inopiné car pour m'assoir dans cette nouvelle salle j'ai du prendre mon billet en juin dernier! au prix très abordable de 20€ (on est loin des 80 à 150€ qu'il faut débourser pour avoir le vertige dans la salle de l'Opéra Bastille) mais faut-il encore parvenir à avoir une place. Je dois dire que j'ai été déçu par l'esthétique de la salle; son coté année 60 avec ces énormes déflecteurs en boomerangs géants, qui renvoie certes merveilleusement le son m'ont fait penser à l'esthétique "Modeste et Pompon", du vieux moderne en somme. En revanche quand la musique commence c'est un bonheur, l'acoustique est parfaite et la musique vous enveloppant devient manteau.  

un soir à la Philharmonie
un soir à la Philharmonie
un soir à la Philharmonie
un soir à la Philharmonie
un soir à la Philharmonie
un soir à la Philharmonie
Gustavo Dudamel saluant le premier violon

Gustavo Dudamel saluant le premier violon

Sergio Tiampo au piano pour le concerto pour piano n°1 d'Alberto Ginastera

Sergio Tiampo au piano pour le concerto pour piano n°1 d'Alberto Ginastera

un soir à la Philharmonie
un soir à la Philharmonie

Commenter cet article

xristophe 07/04/2016 00:06

Je vous invite Ismau à la Philharmonie géante quand vous voudrez... Ensuite nous dînerons au grand "Café de la Musique" - j'en suis un habitué ; (une fois, Boulez avec sa soeur, à la table à côté...) Enfin nous embarquerons pour Syter, et puis pour Sainte-Hélène, en hélicoptère ou pentécontère, vous en panty si vous voulez ? "Est-ce en Mystère / 20 ou en hélicoptère / Que viendra Humbert-Humbert / Humbert-Humbert ? / Je m' f' rai légère / Commeu du polyester / Basculer les jambes en l'air / Dans mon ro-ocking-chair" (chantait Birkin de Gainsbourg, que j'ai vue elle à un concert Boulez ! Je me suis approché et j'ai vu qu'elle était "encore" plus grande que moi !) (et fagotée comme l'as de pique, la charmante...)

xristophe 06/04/2016 23:32

Vous êtes sûr, Bruno, que ça n'est pas (je le maintiens) : "Et j'eusse été soldat..." (Déjà pour éviter l'hiatus entre la fin du premier vers et le début de l'autre...) Aurais-je amélioré Hugo ?

lesdiagonalesdutemps 07/04/2016 07:09

Ne soyez pas modeste, vous êtes capable d'améliorer Victor.

Bruno 06/04/2016 17:05

Hugo dit :

J'ai des rêves de guerre en mon âme inquiète ;
J'aurais été soldat, si je n'étais poète.

in Mon enfance - Odes et Ballades

ismau 06/04/2016 16:26

''J'aurais été soldat, si je n'étais poète'' ! Je gagne donc j'espère une croisière avec Xristophe sur le nouveau Titanic ! En ''pentécontère'' j'aurais bien aimé aussi ( j'y pense en voyant sur mon bureau, une belle image de cette galère – à 50 rameurs ! - avec laquelle Ulysse tentera de regagner Itaque après la guerre de Troie : image choisie pour moi au musée de la marine, en même temps que le film sur Tabarly sans doute )
Pour revenir à la philharmonie - mais contrairement à vous deux, je n'y suis allée encore qu'en dvd - je suppose tout de même que Boulez a la chance rare de pouvoir ressusciter miraculeusement, quand une de ses œuvres y est jouée . Evidemment, le miracle est également pour l'auditeur chanceux .

xristophe 05/04/2016 20:46

En effet, je suis allé récemment au musée de la marine où j'ai trouvé (et acheté) un film émouvant sur lui... ("Car j'eusse été marin, si je n'étais poète") (Ceci est une parodie de Hugo ; mais, que dit effectivement Hugo?) (Celle ou celui qui le dira gagne une croisière avec moi sur le prochain Titanic en construction - paraît-il, "à l'identique" !) (Enfin, tout dépendra un peu du prix. Il y a la version "sans", moins chère que la version "avec") (iceberg) (Je devine que Ismau est tentée) (Je rêve aussi d'une croisière sans retour pour Sainte Hélène - dans le but d'y dicter mes mémoires)

lesdiagonalesdutemps 05/04/2016 21:38

Quelle bonne idée Sainte Hélène mais les marmousets du lieu sont ils accortes et surtout arborent ils de court short blanc?

xristophe 05/04/2016 15:52

Je rappelle que c'est à lui que l'on doit cette salle ; il s'est bcp démené pour ça, excipant pour faire honte à la France de toutes les autres salles d'Europe et du monde où il avait dirigé. Et on l'a laissé mourir, on ne l'a pas ressuscité, même procédé que pour Napoléon dont se scandalisait déjà Kubrick...

lesdiagonalesdutemps 05/04/2016 19:17

Vous faites bien de le rappeler, en ce qui me concerne je n'avais pas oublié que Pierre Boulez était à l'origine de cette salle de la philharmonie. Dans le même ordre d'idée allez au musée de la marine et ayez une pensée pour Tabarly, c'est grâce à lui qu'il existe toujours...

xristophe 05/04/2016 02:41

Oui c'est bien ça : l'acoustique est parfaite, vos photos sont parfaites... Mais Boulez n'est plus là... Comment le croire...