Gerontophilia un film de Bruce LaBruce

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Gerontophilia un film de  Bruce LaBruce

 

Gerontophilia, le film
 
Canada, 2013, 82 mn 
 
Réalisateur: Bruce La Bruce, Scénario : Bruce LaBruce et Daniel Allen Cox, d'après une histoire de Bruce LaBruce, Photographie : Nicolas Canniccioni, Montage : Glenn BermanMusique : Ramachandra Borcar
avec: Pier-Gabriel Lajoie : Lake, Walter Borden : M. Peabody, Katie Boland : Desiree, Marie-Hélène Thibault : Marie, Brian D. Wright : M. Guerrero
 
 
Gerontophilia, 5
 
Tout d'abord un peu de vocabulaire: Rappelons nous que le mot Gerontophilia se compose de  géronto (vieux) +philia (amour): soit l' amour pour les personnes âgées.
 
Gerontophilia, 5
 
Le film parle d'un jeune homme à peine sorti de l'adolescence qui est intéressé à avoir des relations avec des hommes âgés et même très âgés. Lake a  dix-huit ans. Il sort avec une fille de son âge, mais se découvre une préférence sexuelle pour les hommes âgés : il tombe sous le charme d'un vieil homme de quatre-vingt-deux ans, M Peabody, un résidant dans la maison de retraite où Lake a été embauché comme aide soignant pour l'été.
 
Gerontophilia 1
 
Pourtant si Lake a pris cet emploi c'est parce qu'il pense que la fixation sur des hommes âgés peut être quelque chose de malsain et contre nature, qu'il a donc décidé d'accepter un poste d'aide soignant dans une maison de retraite pour se le prouver. Lake s'aperçoit que le personnel bourre les pensionnaires de médicaments pour les rendre plus dociles. Révolté par cette méthode, il incite monsieur Peabody, un vieil homme de 82 ans, à refuser son traitement. Mais la complicité qui les unit va bientôt se transformer en un sentiment qui les dépasse.
 
Gerontophilia, 4
 
Pourtant très vite Lake commence à ressentir une attirance très forte pour les hommes âgés de l'asile, ce qu'il cachent à sa petite amie , Desiree.
 
Gerontophilia, 2
 
En particulier, Lake tombe amoureuse d'un vieil homme nommé Peabody, un homme de plus de 80 ans. Ils vont dormir dans le même lit. Lake prodigue à Peabody les soins avec toute la délicatesse dont il est capable. Il va même offrir son beau corps au vieil homme...
Dire que je n'attendais rien de Bruce Labruce est encore en dessous de la vérité. Il était jusqu'à ce film, le type même du cinéaste encensé par une petite coterie d'ignares agissants. Le genre de personnage qui se persuade et persuade les autres qu'il fait de l"Art", alors qu'il n'est qu'un amateur libidineux et puis voilà le miracle, comme quoi il ne faut jamais désespérer de l'humanité: Gérontophilia, certe un film comme à l'habitude du réalisateur qui traite d'un thème scabreux mais réalisé avec une délicatesse et une justesse extrêmement rare au cinéma. C'est bien cadré, bien éclairé et très bien joué par des acteur à peu près inconnu. 
 
 
Gerontophilia, 6
 
Le film Gerontophilia montre que l' amour et la passion ne disparaît pas avec l' âge et que les personnes âgées peuvent encore profiter des beaux garçons!
 
Gerontophilia, 3
 
Bande annonce
 
 
Voir et télécharger le film: ICI
 

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article

xristophe 11/04/2016 01:24

Encore un effort, et, joie, je serai une proie ! (Encore que ces jeunes de 18 soient bien vieux, pour moi... Un effort, allez, 17 !)

JACK 11/03/2016 11:43

j'avais beaucoup aimé ce film traité délicatement et de surcroît avec un acteur séduisant et naturel.Il se termine avec une dose d'humour aussi dans le regard de Lajoie, quand il traverse la passage piéton...Je partage l'avis de B. sur un point méconnu et toujours occulté, que je n'imaginais pas à 50 ans et même au delà, celui des jeunes hommes de 18 ou 20 ans qui sont attirés sexuellement par l'extrême maturité, et autant le dire la vieillesse, de l'homme. Toutes les "explications" néo médicales et néo psychologiques étant battues en brêche par l'assurance de ces jeunes gens qui arrivent toujours là où ils veulent arriver. La découverte de cette situation c'est se rememorer qu'après avoir été chasseur d'éphèbes durant sa vie, un homme très agé devient aussi une proie de désir pour certains garçons, qui bien sur n'ont rien à voir avec les premiers.

lesdiagonalesdutemps 11/03/2016 16:23

Merci pour votre commentaire, je ne sais s'il est le résultat d'une expérience vécu mais il faut tout de même avoir en tête que les chasseurs d'éphèbes sont beaucoup plus nombreux que les jeunes personnes attiré par la quatrième âge, il ne faudrait pas comme disait Boudard que ces dernières se berlurent ensuite il y a une difficulté à l'ancien chasseur à s'imaginer en proie, il a du mal à se mettre dans cet éventuel rôle qui lui est attribué que bien rarement, encore faut-il s'en apercevoir...