Essais biographique sur Karel Egermeier

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Essais biographique sur Karel Egermeier

immédiatement ci-dessus peut être la plus ancienne photographie d'Egermeier

Egermeier au début des années trente

troupeavecegermeier.jpgEgermeier est l'adulte au dernier rang de sa troupe

Depuis plusieurs années le blog "Des diagonales" s'efforce de promouvoir l'oeuvre de Karel Egermeier, un photographe important du XX ème siècle qui n'a pas, aujourd'hui, la place qu'il mérite dans l'Histoire de la photographie. Son oeuvre va bien au delà des images que j'ai présentées dans les différents billets que je lui ai consacrés. Il me semble qu'il est temps, avant d'aller plus loin dans l'exploration de son travail, de tenter de connaitre l'homme qui nous a donné autant de clichés admirables.

 
Essais biographique sur Karel Egermeier

 

L'arrivée en France

 

Karel Egermeier qui signera ses photos souvent Aiglon, animal qui était son totem scouts lorsqu'il était adolescent, est né le 26 janvier 1903 à Teplice-Sanov en Tchécoslovaquie (aujourd'hui en République Tchèque. Teplice est situé dans le nord de la Bohème, près de la frontière avec l'Allemagne). Il est donc natif de la région des Sudètes. Enfant il va à l'école allemande. Ce qui fait qu'il maitrisera toujours mieux l'allemand que le tchèque, par ailleurs ensuite il parlera aussi couramment l'anglais et le français. Karel Egermeier est issu d'une famille modeste. Son père est cordonnier-bottier. Il perd sa mère très jeune. Il a deux frères et deux soeurs. Est ce déjà la bougeotte qui le caractérisera toute sa vie, ou l'attrait de ce Paris qui alors faisait rêver le monde entier, il décide de partir pour la ville lumière. Il arrive en France à la fin des années 20 où pour vivre, il fait différents métiers dont celui de garçon de café. Une fois installé, il fait venir ses deux soeurs, mais une seule restera en France où elle fera souche. A son arrivée, il francisera son prénom de Karel en Charles (néanmoins au dos de ses photos outre aiglon on trouve plus souvent Karel que Charles; c'est donc le prénom de Karel que j'ai retenu dans cet article).

Il ne commença à photographier qu'à l'âge de 28 ans. En février 1931, il doit partir en Suisse pour quelques mois.  Il  achète un Voigtländer 6 x 9 doté d'un objectif Skopar 4,5.
Il commence par se rendre au château de Versailles où il  prend quatre rouleaux à la suite. Hélas, les 32 photos sont ratées! Aiglon a tout simplement oublié de tirer sur le soufflet. Il part en Suisse. Les pics neigeux l'émerveillent. Ce n'est pas moins de 24 bobines de 8 photos chacune qu'il utilise pour y fixer les sommets enneigés. Lorsqu'il revient à Paris, il court chez le photographe... Sur les 192 images, trois seulement sont  "potables", et aucune n'est  "bonne".

Essais biographique sur Karel Egermeier
Essais biographique sur Karel Egermeier
Essais biographique sur Karel Egermeier
Karel Egermeier a réalisé de nombreuses photos pour les couverture de la revue des Eclaireurs de France. A noter que les deux dernières datent de 1947 soit 2 ans après "les ennuis" du photographe.

Karel Egermeier a réalisé de nombreuses photos pour les couverture de la revue des Eclaireurs de France. A noter que les deux dernières datent de 1947 soit 2 ans après "les ennuis" du photographe.

Les années "Eclaireurs"

 

Bien plus tard, lors d'une interview pour un journal scout, il confiera que les plus belles photos de ce voyage en Suisse sont celles qu'il n'a jamais prises, mais qui restent à tout jamais gravées dans sa mémoire. Au retour de ce voyage il se décide à acheter un posomètre.  A partir de ce jour, il ne sous exposera  ni ne surexposera plus aucune de ses photos.

 

 

une plongée dans les archives d'Egermeier (2)

 

 

troupeavecegerlouveteaux.jpg

 

Dès 1931 Karel Egermeier s'occupe activement d'une troupe d'éclaireurs (immédiatement ci-dessus Egermeier et ses scouts). En 1944 dans la revue des Eclaireurs de France dont il est le photographe attitré, il déclarait: << Ainsi, je connais chaque mouvement d'âme des garçons, qui se reflète surtout dans leurs yeux...>>.
En cette même année 1931, il continue à prendre des photos à Grasse, au  soleil du midi, puis au rover-moot de Kandersteg en Suisse. Mais alors il ne tire jamais lui-même ses épreuves sur papier. En 1932, sur les conseils d'un ami, professeur de chimie, il s'y décide. C'est alors la révélation.  Il se rend compte qu'il peut traduire le "beau" en noir et blanc, en passant par toutes les gammes de gris.  Il abandonne résolument la  "photo familiale" pour se consacrer à l'art. On peut penser, qu'assez rapidement, au milieu des années 30, il peut vivre de sa photographie.
En 1936, il publie dans le premier numéro de l'Eclaireur De France, nouvelle formule, une image d'un garçon avec un petit oiseau sur l'épaule (photo d'entrée du billet). La revue en fera le symbole du nouvel envol du journal!

 

 

une plongée dans les archives d'Egermeier (3)

 

qu 641

 

Lors de la venue en France, en décembre 1936, de lord Robert Baden-Powell à l'occasion du vingt-cinquième anniversaire de la création des mouvements EUF et EDF, Karel Egerméier couvre l'évènement et à cette occasion fait de nombreuses photos du fondateur du scoutisme.  

En 1937, Egermeier fournit toutes les photos (à l'exception de deux) pour le calendrier annuel des éclaireurs de France. Il contribuera à plusieurs autres de ces calendriers. En cette même année le photographe collabore aux éditions Horizons de France pour leur série de fascicules intitulé "Le Visage de l'Enfance", publiés en 1937. Ces ouvrages se présentent aussi sous la forme de deux gros volumes reliés cuir. Les douze photographies de Karel Egermeier sont excellemment reproduites en héliogravure. Elles figurent toutes dans le tome II, illustrant le chapitre "L'enfant en plein air". Parmi les autres contributeurs à cette réalisation on relève les noms de Brassai, Feher, Kollar, René Zuber, Pierre Boucher... Ces photos et quelques autres font parties aujourd'hui des collections du Musée National de l'Education.

Toujours en cette année 1937, apparemment une année faste pour le photographe, il fait la connaissance de Roger Peyrefitte, juste de retour d'Athènes. Celui qui n'est pas encore l'auteur des "Amitiés particulières" ne tarde pas à le présenter à Henry de Montherlant.

Dans ces années d'avant guerre, notre photographe réside au 5 rue Perronet dans le VII ème arrondissement de Paris. Puis pendant la guerre et immédiatement après il habite 107 boulevard de Grenelle.   

photographies de Karel Egermeier se trouvant dans Le Visage de l'Enfance

photographies de Karel Egermeier se trouvant dans Le Visage de l'Enfance

5 rue Perronet aujourd'hui

5 rue Perronet aujourd'hui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la carte ci-dessus a été Tirée en 1939 à 100000 exemplaires. Format de la carte 145 mm x 106 mm. la signature Aiglon apparait sous la photo, à droite 

 

 

En regardant les photos de scouts de l'aiglon on suit les périgrinations de sa troupe d'éclaireurs qu'il fixe sur la pellicule souvent dans des paysages montagneux dans les alentours d'Annecy, les pourtours du lac, le col de la Forclaz, les parages du lac du Bourget... plus rarement au bord de la mer, cependant sur des photos, on reconnait le Grau d'Agde et sur d'autres la plage de Berck (mais pour ces dernières, elles, dateraient de la fin des années 60), mais aussi dans les rue de Paris et dans les environs de la capitale; on reconnait le parc du château de Versaille, des sites de la forêt de Fontainebleau. Certains de ces clichés, en dehors de leur beauté plastique, ont une valeur, historique, sociologique tels ceux de l'immédiate après guerre, où l'on voit par exemple qu'alors on se baignait encore dans le fleuve près du pont d'Iéna...

Il y a de nombreuses voitures sur les photos d'Egermeier, ce qui est souvent bien utile pour les dater. Pourtant il ne possédait pas le permis de conduire. Ces automobiles ne sont donc pas les siennes, néanmoins le photographe se déplaçait beaucoup à Paris et dans sa région, à vélo ou à mobylette, cela essentiellement pour faire des photos.

Les voyages de Karel Egermeier ne s'effectuaient pas toujours avec les scouts. Souvent, il partait seul pour son plaisir personnel notamment en Italie, son pays de prédilection dans lequel il s'est rendu plusieurs fois mais aussi en Tunisie, au Maroc, en Autriche... 

 

 

une plongée dans le fond Egermeier (5)

 (OL 2975) Paris au pont d'Iéna vers 1953

 

PICT6942.JPG

photo prise au zoo de Vincennes en 1951 avec un appareil 24x36

 

 

Dans les années 40, Egermeier utilisait un Super-Voigtländer avec un objectif Héliar 3.5,  format  réflex 6 x 6. Il n'a que relativement peu utilisé les appareils "petit format". Il faut attendre le début des années 50 pour qu'il utilise conjointement le 24x36 et le moyen format qu'il n'abandonera jamais. Un exemple de ses prises de vues en 24x36 sont celles qu'il réalise au zoo de Vincennes en 1951. Je connais également quelques diapositives couleurs de la même époque.

 

montherlant1

 

paysage_olympiques_montherlant_IV

paysage_olympiques_montherlant_V

photos illustrant le livre d'Henry de Montherlant. Les deux photographies ci-dessus ont très probablement été prises au stade Roland Garros vers 1939. En effet on y reconnait, pour ceux qui ont connu le stade de la porte d'Auteuil avant les années 80, ses célèbres croix de saint André.

 

La rencontre de Peyrefitte et de Montherlant

 

En 1938, Roger Peyreffite rencontre Montherlant. Peu de temps après il lui présente Egermeier dont peyrefitte collectionnait les photos. << Montherlant est enthousiasmé par les photographies d'adolescents en culottes courtes, aux torse musclés, et les deux compères imaginent ensemble l'édition illustrée de "Paysages des Olympiques". >> (Antoine Delery - "Roger Peyrefitte, le sulfureux")

 

 

herisson-0010.jpg

Roger Peyreffite avec Roro

 

 

Montherlant est donc rapidement conquis par le talent de l'aiglon. L'écrivain en 1939, lui confie l'illustration du "Paysage des Olympiques". Le livre compte 87 clichés d'Egermeier. Montherlant dans un article intitulé "Sport et Art, paru dans le journal "Marianne" le 29 mai 1940 cite Egermeier et... François Sentein. 

Montherlant semble avoir eu une grande confiance dans le photographe puisqu'il lui demande de photographier, à son domicile, ses deux petits amis du moment, les fameux Doudou et Roro qui tiennent une si grande place dans la correspondance Montherlant / Peyrefitte. Toujours photographié par Egermeier  On retrouve Roro et Doudou dans "Paysage des Olympiques".

 

 

1939-chez-Henry-de-Montherlant--25-Quai-Voltaire-.-copie-1.jpg

Sur cette photo, Doudou joue avec le masque avec lequel Montherlant sera photographié quelques temps plus tard par Mangeot, le photographe de Paris-Match. Montherlant avait songé à être recouvert de ce masque après sa mort. (page 183 de l'album de la Pleiade Montherlant).

 

1939-Doudou-chez-Montherlant.jpg

Doudou chez Henry de Montherlant, été 39 ? C'est dans ce fauteuil que le 21 septembre 1972 Henry de Montherlant se suicida

Six ans après avoir pris les photos ci-dessus, Le photographe aura quelque problème avec Doudou. François Sentein s'en fait l'écho dans "Minute d'une autre année" (page 168): << 19 décembre (1945) - On a volé à Karel Egermeier quatre appareils photographiques. Les soupçons se portent sur Fils de personne (probablement Doudou). Qu'il soit dépensier devient une charge, comme les procès d'Assises. On lui reproche de prodiguer son argent quand il en a, comme si ce n'était pas le cas de tous ceux qui sont tout le temps à en chercher! St dépose qu'il lui extorqua 500 francs pour acheter du beurre à sa mère. N'était-ce pas signifier à ST que coucher avec lui, ça méritait bien 500 grammes de beurre pour sa mère? L'enquête se poursuit dans l'étroit milieu , la vie d'Aiglon ne lui permettant pas de porter plainte. Mais il est allé porter l'affaire devant Montherlant! Démarche impardonnable quand on sait que le Maître et ami - qui n'a jamais laissé à entendre à aucun d'entre nous qu'il connaisse Fils de personne - Considère déjà comme une indiscrétion incivile qu'on fasse état dans la conversation d'un ami commun dont il n'aurait pas d'abord parlé.>>. Ce passage est révélateur d'une part de la dissimulation chez Montherlant érigée en principe de vie. Il révèle que d'autre part Sentein ignorait la vieille complicité qui liait le photographe à Montherlant au sujet de Doudou... Cela signifie aussi qu'à cette époque Egermeier n'était pas vraiment démuni pour pouvoir se faire voler 4 appareils photo et cela à la sortie de la guerre...   

Le nom d'Egermeier apparait à plusieurs reprises dans la correspondance Montherlant-Peyrefitte (présentée par Pierre Sipriot et commentée par ce dernier et Roger Peyrefitte lui-même). Pierre Sipriot le mentionne également dans sa biographie de Montherlant (voir immédiatement ci-dessous).

 

page 443 de l'édition de poche de la biographie de Montherlant par Sipriot

page 443 de l'édition de poche de la biographie de Montherlant par Sipriot

Il n'est pas invraisemblable d'imaginer qu'Egermeier ait fait partie de "La chevalerie pédérastique", "L'ordre", sorte de société secrète directement inspirée de "La famille" que Montherlant avait connue adolescent à Sainte Croix de Neuilly. Les règles de cet ordre se trouvent dans un livre publié par Jean Vigneau à Marseille en 1942. Et dont les membres d'honneur, si je puis dire sont Montherlant et Peyrefitte. 

Sous le gouvernement de Vichy, Egermeier illustre un manuel d'enseignement de la natation, de plongeons, du sauvetage et de jeux aquatiques intitulé "Eaux vives".

En 1944, il déclarait avoir pris 16 000, dont 10 000 depuis sa démobilisation en 1940 (5), de photos de scouts? Egermeier fournissait avant et pendant la guerre des clichés à la F.F.E., aux S.D.F., aux G.D.F.,  plus rarement aux E.U.  

 

Une affaire Egermeier?

 

Un peu après la libération le photographe à quelques ennuis selon Patrick Buisson dans son contesté et contestable "1940-1945 années érotiques" (page 429): << L'interpellation de Karel Egermeier est de celle qui agite le microcosme pédérastique. Ce réfugié d'origine tchèque exerce la profession de photographe d'art, activité dans laquelle, il s'est taillé une flatteuse réputation depuis que Montherlant l'a choisi pour illustrer "Paysages des Olympiques. Karel avait eu la révélation de son homosexualité lors de son passage dans une troupe scoute, se souvient l'un de ses proches. Sa sexualité dévorante lui faisait commettre mille imprudences. A cause de cela, il avait eu, pendant la guerre, de nombreux démêlés avec la police. Nous le tirions de ces mauvais pas grâce à des amis bien placés (1). Lorsqu'il a été arrêté en 1945 nous n'avons rien pu faire pour lui. Outre sa pédérastie militante, il professait des opinions farouchement anticommunistes. Dans le contexte de l'époque, ça ne pouvait qu'aggraver son cas.>>. Il est donc également envisageable qu'Egermeier ait eu quelques soucis pour des raisons politiques. François Sentein, dans "Minutes d'une autre année (1945)", page 91, situe cette arrestation au mois d'avril 1945, <<capturé au bois de Vincenne>>. Dans le même volume, on peut lire page 115, à la date du 25 juin: << Jean Boullet me fait avertir qu'il succède à Aiglon à la Santé et pour les mêmes raisons.>>. On peut donc en déduire que Karel Egermeier a été incarcéré pour une affaire de moeurs et aurait été élargi environ deux mois après son arrestation...

Mais soyons prudent avec les allégations de Patrick Buisson qui, suivant sa fâcheuse habitude, ne cite pas ses sources en ce qui concerne Egermeier, car des documents en possession du neveu du photographe racontent une toute autre histoire. Ils nous apprennent qu'assez rapidement Egermeier s'est engagé dans la résistance. Son action se divisait en deux parties; premièrement sous couvert de camps scouts il faisait passer des jeunes gens en suisse, de jeunes juifs et ensuite des réfractaires au S.T.O. Deuxièmement en raison de sa parfaite connaissance de la langue allemande on lui avait demandé d'approcher des allemands pour en tirer des informations. Cette fréquentation le fera accuser à la Libération par des résistants communistes avec lesquels il était rentré en conflit durant la guerre, d'accointances avec l'occupant. Karel Egermeier sera blanchi par un des chefs de la Résistance qui au contraire affirmera qu'il était des leurs, et de surcroit un précieux agent d'information pour la Résistance. Cet épisode n'a fait que renforcer l'anticommuniste du photographe qui était déjà virulent. 

A la libération sa connaissance de l'allemand fait qu'il est envoyé dans les camps de prisonniers allemands créés par les alliés pour aider à y débusquer les nazis les plus fanatiques.

 
Minute d'un libertin (couverture Jean Moral), Nouvelles minutes d'un libertin (couverture Raymond Voinquel), Minutes d'un libéré (couverture Egermeier), Minutes d'une autre année (couverture Egermeier)

Minute d'un libertin (couverture Jean Moral), Nouvelles minutes d'un libertin (couverture Raymond Voinquel), Minutes d'un libéré (couverture Egermeier), Minutes d'une autre année (couverture Egermeier)

 

Les années cinquante et suivantes

 

Il est fort possible que l'ami intime dont parle Buisson ne soit autre que François Sentein, l'auteur des "Minutes d'un libertin" qui a choisi pour illustrer la couverture deux des quatre tomes de ses mémoires, une photographie d'Egermeier (2). Sentein comme Peyrefitte était un grand collectionneur des photos d'Aiglon. Il était surtout un grand ami du photographe à telle enseigne qu'en 1950, Karel Egermeier héberge plusieurs semaines Sentein qu'il a photographié à plusieurs reprise, d'abord vers la fin de la guerre (ces clichés porte les numéros R-5624 et R-5625) puis au début des années 60 (photo Y 3753). Leur amitié semble s'être éfilochée ensuite sans raison véritable.

Un autre amateur des clichés de garçon de Karel Egermeier était Robert Levesque, correspondant et ami de Gide. Il écrit à ce dernier le 20 octobre 1939: << ... Le jeune diplomate qui collectionne des photos doit m'en montrer 30 nouvelles, toujours extraordinaires... (L'auteur de ces photos, un tchèque, est toujours à Paris.>> (page 307, Correspondance 1926-1950 Gide-Robert Levesque, P.U.L). Le jeune diplomate n'est autre que Roger Peyrefitte et le photographe tchèque bien sur notre ami Karel. On sait grâce à cette lettre qu'il est encore à Paris fin octobre 1939 en pleine "drôle de guerre".

Les problèmes judiciaires de Karel Egermeier ne semblent pas avoir duré très longtemps car on peut dater, grâce aux automobiles qui y figurent, de 1946 une image sur laquelle on voit un scout. D'autre part, on le découvre dès 1948 en Tunisie, toujours photographiant de jeunes personnes et en mai de cette même année fixant pour l'éternité de beaux garçons à Paris devant des affiches, ce qui datent précisément cette image (voir la photo immédiatement ci-dessous).

 

 

une plongée dans les archives d'Egermeier

0L 1618 à Paris en mai 1948

 

 

Dans les années 50, notre artiste gagne sa vie en faisant des reportages photos. A une époque où il n'y avait qu'une petite minorité de personnes qui possèdait un appareil photo, de plus appareil dont le maniement etait délicat, on faisait souvent appel à un professionnel. Karel Egermeier est aussi bien amené à photographier des fêtes familliales, baptèmes, anniversaires, mariages que des photos "industrielles" comme celles d'un élevage modèle de poulets ou le travail à la chaine d'emballeuses ou encore la remontée des mineurs de fond quand ce n'est pas une entreprise de transport... Ces photos que l'on peut considérer comme alimentaires, sans pour cela que leur qualité ne repondent pas aux critères exigeants de professionnelisme que s'imposait Egermeier sont repérées seulement par un nombre, semble-t-il toujours au delà de 10000. Dans cette même période,  Il semble aussi photographier du beau monde. On le voit ainsi couvrir des manifestations mondaines comme un vernissage de Jean Boullet ou une séance de dédicaces de Roger Peyrefitte à l'occasion de la sortie de "Mort d'une mère".

 

 

peyrefitte2 peyrefitte4

Roger Peyrefitte photographié par Egermeier en 1950 lors de la parution de "Mort d'une mère".

 

amitiesurbarr2.jpg

Naples

 

Après guerre Egermeier a également visité plusieurs fois l'Italie. Sur des négatifs on reconnait Venise, Naples, Siennes ... Il n'a jamais heureusement dans ces voyages oublié son appareil photo... Il fréquente également l'Afrique du nord, le Maroc, la Tunisie. A la fin des années 60 il se rend en Tchécoslovaquie pour renouer avec une partie de sa famille restée dans son pays natal. A l'occasion de ce voyage estival il fait de très nombreuses photos.

Dans les années 40, Karel Egermeier habite au 103 rue de Vaugirard puis dans les années qui suivent on le retrouve successivement au début des années 50 au 26 bis rue de Constantine (VIIe) puis rue Perronet et ensuite rue de Grenelle. 

103 avenue de Vaugirard, un des domiciles du photographe.

103 avenue de Vaugirard, un des domiciles du photographe.

Des photos de jeunes hommes signées Egermeier ont été publiées dans la revue  suisse de Zurich "Der Kreis" (Le cercle en français), revue  active de 1932 à 1967. La revue publie "L'HOMME SUJET DE L'ART PHOTOGRAPHIQUE  en 4 tomes  qui sortent succéssivement. Ces ouvrages sont illustrés de photos ayant parues dans la revue de 1942 à 1954. Les clichés de Karel Egermeier sous la signature KAREL PARIS se trouve dans le tome 2 "BAND" paru en 1954. Elles sont aux pages 5;33;88;95;99. Cette publication nous permet de découvrir un pan peu connu de l'oeuvre du photographe, ses le nus masculins (sujet de de 4 des 5 photos publiées dans ce volume).Il s'agit de nus masculins souvent vus de dos.

On a des traces de l'activité photographique d'Egermeier jusqu'à la fin des années 60.

A la fin de sa vie, le photographe habite un modeste appartement au 59 rue Castagnary. Diminué il est sous la tutelle affectueuse de ses deux neveux qui gérent sa petite retraite; l'un d'eux habitant le même quartier veille quotidiennement sur lui.

Karel Egermeier meurt à Paris le 30 juin 1991.

 

 

KE010.jpg

Y 2737, La voiture est une Peugeot 202BH produite d'octobre 1946 à juillet 1949. Le numéro 3829TU7 indique qu'elle a été immatriculé en Tunisie (TU) selon le système français en vigueur jusqu'à l'indépendance en 1956.

 

 

Un photographe méticuleux

 

 

Egermeier prenait grand soin de ses archives photographiques (malheureusement moins à la fin de sa vie). Il travaillait principalement au format 6x6. Pour les photos les plus anciennes on trouve également du 4,5x6. Il disposait chaque négatif dans une pochette en cellophane. Chacun était repéré par une lettre ou deux: A (sur l'une des pochettes A, on peut lire avril 1937); AB; E; FA; FF (semble-t-il uniquement pour des photos d'"éclaireuses"); L; OL (3); K; N; qu; R (pour reportage?); Y. Cette lettre est suivi d'un nombre par exemple :Y 54, OL 112, E 276... Ce code figurait sur le négatif, répété sur la pochette qui le protégeait et lorsque le photographe en faisait un tirage, sur le dos de celui-ci. Lorsque j'ai interrogé le photographe sur la signification de ces codes, il m'a répondu qu'il l'avait oublié. Je n'ai jamais été très convaincu de sa réponse mais je crois que ce genre de réponse était une manière commode d'évacuer les questions qui l'ennuyaient... Or donc, en dépit de mes recherches je n'ai malheureusement pas trouvé les clés de cette numérotation. Clé qui aurait été précieuse pour pouvoir situer dans le temps et dans l'espace chaque image parmi l'énorme quantité de clichés qu'a produit Egermeier durant une carrière qui s'étale sur plus de quarante ans. J'ai envisagé plusieurs hypothèses: que les lettres indiquaient une année, un lieu, ou encore un type de photos mais en observant minutieusement un grand nombre de négatifs, aucune de ces hypothèses fonctionnent. Je suis tout de même parvenu à quelques certitudes: Celle évidente que dans un groupe de clichés, répertorié par une lettre (deux parfois) les chiffres indiquent la chronologie; le numéro 1257 est plus ancien que le numéro 1258 et ainsi de suite. En ce qui concerne les lettres mes seules certitudes sont que le E signale les photos ayant pour sujet "les éclaireurs", mais on trouve des images d'éclaireurs sous d'autres lettes. Autre quasi certitude celle que toutes les photos E ont été réalisées avant guerre. L et Y semblent également des lettres dévolues en partie aux photos de scouts, probablement pour d'autres groupes que les éclaireurs. Elles sembles pour certaine avoir été prises aux mêmes périodes que celles répertoriées E. Autres points avérés: les négatifs repérés AB sont les plus anciens et sont presque uniquement des photos de scouts. Les négatifs repérés F.A. sont des photos de famille, mais il y a d'autres photos de famille sous d'autres indicatifs comme le P et M qui sont les premières lettres des prénom de ses neveux.

Les clichés marqués OL sont les plus nombreux et tous postérieurs à 1940. Mais ils ont été pris sur une longue période, plus de vingt ans et en des lieux très différents, en France, dans de multiples endroits, en Italie, en Tunisie... Je propose au sujet de la série OL, l'hypothèse suivante: Le repérage OL viendrait de Olympiques en souvenir de la série qui fut la plus marquante pour la notoriété du photographe, celle qui illustre " Paysages des Olympiques". Il recouvrirait des photos de jeunes plus ou liées aux activités de plein air et de sport.

 

Y 3662Y 3662

La rubrique Y est très représentative, par son hétérogénéité, des groupes, même si cet échantillon n'est pas exhaustif des sujets qu'a traités Egermeier, dans lesquels on peut ranger ses photos: photos de scouts, photos de famille, photos d'amis, photos de jeunes hommes... Ces dernières néanmoins m'interpellent car contrairement à leurs homologues dans d'autres séries, prises en extérieur, ici, ce sont des photos de "studio" (semble-il très artisanale ce "studio") et surtout, elles me semblent plus lascives que la plupart des autres clichés de ce type pris en plein air par le photographe. Le physique et l'attitude de ces garçons et une annotation sous une photo retrouvée dans un classeur de 24x36 daté de 1951, "gigolo" me fait avancer cette hypothèse: Karel Egermeier fréquentait les gigolos et les photographiait, disons pour le souvenir... En ce qui concerne la datation de la série Y, la seule indication que nous possédons est le portrait de Sentein qui date du début des années 60 et porte le numéro Y3753.    

 

 

 

 

 

IMG-20130531-00534.jpg

 

IMG-20130531-00535.jpg

Le E signifie que cette photo appartient à la série des Eclaireurs de France

pochette transparente dans laquelle Egermeier rangeait ses négatif souvent un par un mais ici exceptionnellement il en avait mis 3

pochette transparente dans laquelle Egermeier rangeait ses négatif souvent un par un mais ici exceptionnellement il en avait mis 3

 

 

IMG_5778

IMG_5780

IMG_5782

Le personnage à gauche n'est autre que Karel Egermeier. Les deux hommes regarde un des albums dans lesquels Egermeier collait certaines de ses photographies.

Le personnage à gauche n'est autre que Karel Egermeier. Les deux hommes regarde un des albums dans lesquels Egermeier collait certaines de ses photographies. 

 

Il collait aussi certaines de ses images dans le type d'album que l'on voit sur les photos au-dessus de celle sur laquelle le photographe compulse un de ces albums. J'ai pu dater celui présenté ci-dessus, des années 1937-1938. Mais il me reste à découvrir encore bien des choses, par exemple où ces clichés ont été pris.

Dernière plongée dans les archives d'Egermeier

à Paris au début des années 50

 

Il serait injuste de limiter l'art d'Egermeier à la photographie des garçons. Il a photographié bien d'autres choses en particulier des paysages et ce que l'on pourrait appeler des scènes de genre. Il s'est aussi intéressé constamment  à la statuaire. Il s'est même adonné à l'autoportrait. Si Egermeier ne se prenait ni pour un adonis ni pour un Joubert, il avait néanmoins, lorsque je l'ai connu, alors qu'il était fort décati, une assez haute idée de son physique.

 

 
Essais biographique sur Karel Egermeier
Les deux photos immédiatement ci-dessus montrent dans quel type de classeur Karel Egermeier rangeait ses négatifs 24x36

Les deux photos immédiatement ci-dessus montrent dans quel type de classeur Karel Egermeier rangeait ses négatifs 24x36

Essais biographique sur Karel Egermeier
Essais biographique sur Karel Egermeier
photographie de Karel Egermeier se trouvant dans The Boy: A Photographic Essay. Il est amusant de noter qu'à chaque fois que je rencontrais le photographe, sans que je lui ai posé la question, il tenait à me dire et à me répéter qu'il n'avait jamais photographié de garçons nus. Je ne l'ai jamais cru d'autan que je possédais l'album avant de le connaitre!

photographie de Karel Egermeier se trouvant dans The Boy: A Photographic Essay. Il est amusant de noter qu'à chaque fois que je rencontrais le photographe, sans que je lui ai posé la question, il tenait à me dire et à me répéter qu'il n'avait jamais photographié de garçons nus. Je ne l'ai jamais cru d'autan que je possédais l'album avant de le connaitre!

photographie de Karel Egermeier se trouvant dans The Boy: A Photographic Essay

photographie de Karel Egermeier se trouvant dans The Boy: A Photographic Essay

Essais biographique sur Karel Egermeier

  

Durant sa carrière Charles Egermeier a illustré plusieurs livres: "Le courtinaire" (1950), "Mort ou est ta victoire" et "La misère et nous", tous trois de Daniel-Rops, Du Vésuve à l'Etna (1952) de Peyrefitte (c'est donc vraissemblablement vers 1950-51 que l'on peut dater le voyage en Italie au cours duquel il photographiera Capri). Les images figurant dans ces ouvrages sont essentiellement des paysages. Seize de ses photographies de garçons sont apparues en 1964 dans un album américain The Boy: A Photographic Essay (1964). Ce livre, désormais mythique et fort recherché, est une compilation de plus de 400 photos de garçons signées de différents photographe (4). Elles ont été rassemblées par Georges St. Martin et Ronald C. Nelson.

 

59 rue Castagnary, le dernier domicile du photographe

59 rue Castagnary, le dernier domicile du photographe

Ma découverte de Karel Egermeier

 

C'est en 1984 que j'ai fait la connaissance d'Egermeier. Compulsant ma précieuse collection de photos anciennes d'adolescents (collection aujourd'hui disparue), par une après-midi de désoeuvrement me vint l'idée de vérifier si les auteurs de ces images étaient toujours de ce monde. Mais il faut, avant d'aller plus loin, expliquer comment j'avais acquis ces images: Il existait, jusqu'au milieu des années 80, une librairie, cise, rue Saint Sulpice, intitulée "La librairie du Signe de Piste". Elle vendait, outre les romans de cette collection pour adolescents bien pensants, des ouvrages de dévotion et des manuels d'Histoire glorifiant la geste chouane, et surtout des images qui ne sont pieuses que pour certains. En demandant, discrètement, à voir "la boite de photos" à la tenancière du lieu, type dame patronesse, cette dernière vous apportait prestement une sorte de boite à chaussures dans laquelle se trouvait une palanquée de belle images de chérubins à peine pubères. Le rouge au joue, sous le regard inquisiteur de la dame, vous les compulsiez et le choix fait assez rapidement, car on subodorait qu'il ne fallait pas trop s'attarder en béates admirations, pour quelques francs vous repartiez avec ce qui désormais était votre trésor. Rentré dans votre antre vous vous aperceviez qu'au dos de chaque tirage se trouvait le tampon de son auteur, avec le plus souvent son adresse et son numéro de téléphone. C'est ainsi que j'ai connu le nom de Karel Egermeier, avec ceux de Manson, Simonet, Simonot, Dach et quelques autres.

Lors de cette après-midi oisive je découvris un Egermeier dans l'annuaire du téléphone. Je tentais ma chance. Après de laborieuses explications, je parvins à me faire fixer un rendez-vous pour le lendemain après midi. Le photographe habitait un modeste immeuble de briques, rue Castagnary, une rue calme du XIV ème arrondissement, un décor de banlieue à la Doisneau ou à la Tardi. Un ascenseur de bois au grognement inquiètant me hissa jusqu'au quatrième et dernier étage de l'immeuble, devant une porte grisâtre sur laquelle était peint de travers "Egermeier". Je frappais fort et braillais mon identité comme il me l'avait demandé. Après un chuintement de charentaises et un raclement de gorge, la porte s'ouvrit sur un personnage chauve dont la calvitie était cernée  par une couronne de cheveux jaunâtre, dans une tenue fort négligée, qui s'appuyait sur une canne. Il y avait loin de l'image que j'avais découvert dans ma collection, du chef, à la fois tendre et protecteur, enlaçant deux de ses scouts. Sous un aspect assez rude l'homme se révéla fort sympathique. Si l'âge avait abimé sont esprit, il ne l'avait pas tout à fait disparaitre. On comprenait très vite que l'on était face à une forte personnalité qui avait du être brillante et dont la vieillesse, si elle l'avait ternie, en avait encore épargné quelques feux.  Je suis retourné plusieurs fois dans l'antre du vieux photographe, petite pièce à la fenêtre toujours ouverte été comme hiver. J'y ai toujours vu la radio et la télévision fonctionner en même temps. Le sol était jonché de photos. Sur trois des quatre murs couraient des étagères de bois blanc encombrées de grandes boites de carton en équilibre instable. Ouvrir une de ces boites s'était entrer dans un monde noir et blanc peuplé uniquement de beaux adolescents, acteurs d'un éternel grand jeu scout. Ces photos révélaient la beauté des garçons et surtout l'immense talent de leur auteur. J'aurais aimé que le vieux photographe me révèle le secret de son art, mais, s'il était très loquace sur quelques sujets, l'âge semblait avoir atteint sérieusement sa mémoire. Il devisait en un français fleuri, tout en n'ayant pas perdu son accent d'Europe centrale. Il parlait volontier de technique de prise de vues et accusait son collègue Robert Manson de lui avoir volé ses trucs de photographe comme celui de photographier les garçons en contre-plongée, dans de violent contre-jour pour n'en conserver que des silhouettes sur le ciels. Il n'était pas non plus avare d'allusions sur son activité sexuelle passée, tout en précisant bien qu'il n'avait jamais mélangé celle-ci avec celle de photographe. Puis soudain quand je lui posais une question précise, il me disait que cela faisait si longtemps qu'il ne s'en rappelait plus... Je le soupçonnais en raison de ses oublis sélectifs de jouer de sa relative amnésie. Petite incise sur ce que je suppose des goûts sexuels de notre photographe, considérations étayées à la fois sur ses confidences, par exemple, il me répétait à chaque visite que je lui faisait qu'il était un chaud partisan de la circoncision, ceci tant par hygiène que par esthétisme, et de ce que je connais de ses archives photographiques. Je le crois volontier quand il affirme n'avoir jamais mélanger bagatelle et scoutisme tout simplement parce que rien indique qu'il ait été attiré par les enfants, ni même les jeunes adolescents ce qui émoustillait très probablement notre photographe c'était le jeune homme dans la vingtaine bien musclé et plutôt de type méditérranéen...

J'ai exposé quelques photos d'Egermeier, dont celle immédiatement ci-dessous au Grand Palais, en 1990, dans le cadre du Salon d'Automnes l'une d'elle est reproduite dans le catalogue. J'ai fait également paraitre de ses photo dans plusieurs numéros de ma revue Beach Boy jusqu'au dernier numéro en juin 1990.

 

 

egermeier286lavigie

 

  

 

  

 

  

 

 

 

 

Nota

 

1- Le commissaire Tanguy (1884-1964), Directeur de la police judiciaire en juillet 1941 puis directeur général de 1942 à 1944, ou Maurice Toesca (1904-1998), l'écrivain travaillait durant l'occupation à la préfecture de police, ou encore le préfet de police de Paris (de mai 42 à aout 44) Amédée Bussière par exemple. Autant de personnages qui ont aidé dans les années 40, Montherlant et Peyrefitte à se sortir de situations délicates...

2- Le nom d'Egermeier apparait par exemple page 12 des "Minutes d'un libéré", année 44(aux éditions Le promeneur).

3- pour la série OL, je commence à avoir une idée de la datation des clichés, du moins partielle 0L 1600: 1948; OL 1900: 1949; OL 2200: 1950; OL 2500: 1951; OL 2800: 1952

4- Outre Egermeier, qui y apparait doté du prénom Charles, les autres photographes qui ont participé à cet ouvrage sont: Keith Joinville, Robert Manson, Jos Le Doaré, Ermete Marzoni, C. Thornton, Henry Grant, Putsee Vannuci, Hajo Ortil, Paul E. Glines, Raymond Barnes, Dachs, Simonet, Don Wright, Carl Mansfield, A.J. Lowe, Jacques Simonot, Denis Hallinan, Hazel Garvin, Ken Heyman, Gene Bane, Roger Webster, Grant Kingman, Victor Bogachoff, Terence Vickerson, Paul Popper... 

Le livre a été édité par Georges St-Martin et Ronald C.Nelson.THE BOY.A PHOTOGRAPHIC ESSAY.New York,Book Horizon Inc, septembre 1964, 232 p  (400 photos  environ noir et blanc et couleur) (premier tirage et première impression). Ce volume va connaître plusieurs impressions: la seconde en 1966; la troisième en 1967; la quatrième en 1969. En 1972 parait la seconde édition et 5e impression. Aujourd'hui ce volume selon les éditions et les impression vaut de 834$ à 117$. Karel (sous le nom de Charles Egermeier,France) à publié 16 photos dans ce volume. Les photos de Karel dans ce livre ont surtout pour des éclaireurs, des jeunes garçons ( habillés ou en maillots de bain), certains faisant du sport, et deux nus vus de dos (pp.79 et 172). C'est l'éditeur américain qui a contacté le photographe. Karel Egermeier ne voyant pas arriver le règlement de ses photo à chargé son neveu qui passait par New-York de récupéré l'argent. Pierre L se rappelle que l'éditeur avait ses bureaux dans un immeuble sordide et qu'il paya d'assez mauvaise grâce, une somme pourtant peu importante.

5- Egermeier a été inclus dans "l'armée" Tchèque qui a été levée en France. 

Par ordre d’entrée en scène sur le champ de la Bataille à l’ouest, les premiers combattants aux côtés des Français sont Tchèques. Ce n’était pas les plus nombreux, beaucoup sont aviateurs, ce ne seront pas les moins valeureux, l’armée tchécoslovaque a été dissoute et dépecée en mars 1939 lorsque son gouvernement lui a ordonné de ne pas résisterà Hitler. Une partie de ses 34 divisions forme la nouvelle armée slovaquequi s’associera à la Wermarcht pour le pire plutôt que pour le meilleur.

Le reste est démobilisé et le matériel saisi ou prélevé sur les chaînes de montage sert à équiper trois divisions blindées et une bonne dizaine de divisions d’infanteries nazies. Un certain nombre de Tchèques dont beaucoup d’officiers et de sous-officiers d’active ont fuit le pays par la Pologne ou par la Hongrie et gagné la France et l’Angleterre pour se battre dans les rangs alliés.

Engagés à la Légion Etrangère avant la guerre, les volontaires Tchèques formeront ensuite au camp d’Agde une division légère qui ne sera jamais complètement formée ni engagée,seul le 1er et le 2ème Régiment d’infanterie tchèque seront engagés pour le 1 er, dans le secteur de Coulomniers et pour le second à la Ferté sous Jouarre en juin 1940.

 

 

 

une plongée dans les archives d'Egermeier

 

une plongée dans les archives d'Egermeier

(OL 2828) au bord de la Marne à Gournay, vers 1952

 

Egermeier et un jeune ami

Egermeier avec son neveu au bord de la Marne à Gournay, vers 1952

 

une plongée dans les archives d'Egermeier

0L 2798 Le neveu d'Egermeier et un de ses amis en judoka  à Sanois vers 1952

 

Je réitère mon appel. Si vous avez des informations sur Karel Egermeier soyez assez aimable pour me les communiquer. Si vous avez une idée sur les lieux et la datation éventuelle des photos ci-dessus n'hésitez pas à m'en faire part. Si vous avez des tirages du photographe ayez la gentillesse de m'en envoyer un scan, celui-ci accompagné du numéro de la photo s'il figure sur le dit tirage.

 

Je tient a remercier tous ceux qui ont contribué à ce que cet article, fort incomplet, le soit le moins possible. En premier lieu le neveu de Karel Egermeir, monsieur Pierre L. qui m'a fourni de précieux renseignements, ainsi que Bruno qui a scanné de nombreux négatifs du photographe, sans oublier ceux, qui, par leur attention aux moindres détails sur les clichés, ont réussi à en situer plusieurs dans le temps et l'espace. J'ai une reconnaissance particulière pour J.P. de C. qui m'a fait découvrir les photos inédites d'Egermeier de Roger Peyrefitte et de Doudou et Roro et qui m'a permis de les publier sur mon blog. Je n'oublie pas non plus Yves B qui m'a donné des informations sur Karel Egermeier. 

pour Retrouver Egermeier sur le blog:  En feuilletant l'album de l'ONU d'Egermeier ,   Egermeier illustre de Montherlant ,   Egermeier le voyage en Italie 4  ,   retour sur EGERMEiER  ,   Egermeier le voyage en Italie 3 ,   Egermeier le voyage en Italie 2  ,  Egermeier le voyage en Italie  ,  Egermeier au zoo de Vincennes en 1951  ,   Roger Peyrefitte photographie par Egermeier  ,    Jeux sur les fortifs? par Egermeier   ,  par Egermeier de Piéral   Egermeier, jeune sportif d'antan Dans la campagne   ,   Karel Egermeier    Egermeier, En voiture!  ,  Egermeier, voyage en Italie 5  , EGERMEIER, la vigie  ,  EGERMEIER photographe du scoutisme ,   Karel Egermeier ,  EGERMEIER, la vigie ,  Egermeier, Voyage en Italie (6) ,  Karel Egermeier   ,  les photos EGERMEIER de scouts (2) ,   les photos EGERMEIER de scouts (3)  de l'ONU tirage d'Egermeier  EGERMEIER Et Ses scouts  juin plongée DANS LES archives d'Egermeier  7 / 3/2015, juin plongée DANS LES archives d'Egermeier (2)  10/09/2014,  Egermeier,  Voyage en Italie (7) ,Egermeier, photos en vrac  05/09/2014,  Une plongée DANS LES archives d'Egermeier, 01/10/2015, Une plongée DANS LES archives d'Egermeier  18/1/2015,  juin plongée DANS LES archives d'Egermeier  29/1/2015, juin plongée Dans Les archives d'Egermeier (3)  12/10 / 2014, juin plongée DANS LES archives d'Egermeier (4) 17/10/2014, Une plongée DANS LES archives d'Egermeier (5)  11/07/2014,  Une plongée DANS LES archives d'Egermeier  14/3/2015,  Une plongée DANS LES archives d'Egermeier  19/2/2015,  juin plongée DANS LES archives d'Egermeier  20/2/2015,Une plongée DANS LES archives d'Egermeier  28/4/2015,  Une plongée DANS LES archives d'Egermeier  18/5/2015,  Egermeier, jeune sportif d'antan Dans la campagne , juin plongée DANS LES archives d'Egermeier  17/1/2015,  Une plongée DANS LES archives d'Egermeier (7)  12/08/2014, Une plongée Dans le fond Egermeier (3)  ,  juin plongée DANS LE friands Egermeier (4)  23/8/2014,  juin plongée DANS LE friands Egermeier (5)  28/8/2014, juin plongée DANS LES archives d'Egermeier  5/10 / 2014, Une plongée DANS LE friands Egermeier (1) , 08/09/2014,  Une plongée DANS LE friands Egermeier (2)  08/12/2014,  Une plongée DANS LES archives d'Egermeier (6) 26/11/2014,  Peyrefitte et Egermeier ,  juin plongée DANS LES archives d'Egermeier 22/3/2015,  when Egermeier photographiait l'intimité de Roger Peyrefitte et d'Henry de Montherlant , une plongée dans les archives d'Egermeier, 23/5/2015, Une plongée dans les archives d'Egermeier Publié le une plongée dans les archives d'Egermeier, à Fontainebleau le jour de Noêl 35, Egermeier

 

Une plongée Dans les archives d'Egermeier

(OL 7500) cette photo, prise à la fin des années 60, Appartient une courte série de photos couleurs, une des seules (et rares) que je connaisse d'Egermeier.

 

une plongée dans les archives d'Egermeier

25713, sur cette photo on voit en arrière plan une 4L Renault, modéle qui fut mis en vente en France en 1962, cette image est donc postérieure à cette date.

 

une plongée dans les archives d'Egermeier

photo prise au jardin du Luxembourg

 

une plongée dans les archives d'Egermeier (3)

Y 2031

 

 

Publié dans photographe

Commenter cet article

xristophe 10/04/2016 22:23

Roberto Benzi... des secrets ?... Racontez vite ! Le petit Roberto m'agaçait, car il avait mon âge, à peu près, lorsqu'il faisait sensation - comme "chef d'orchestre en culotte courte". En culotte longue, même au même âge, il aurait fait bien moins d'effet. D'ailleurs, je ne sais pas ce qu'il est devenu en pantalon. Je crois que l'on n'en parle plus...

lesdiagonalesdutemps 11/04/2016 07:29

Il n'a pas de culottes courtes sur les photos; c'était un peu le Minou Drouet de la musique; en effet il ne donne plus de nouvelles.

xristophe 07/04/2016 01:06

Les jambes nues haut croisées de Doudou dans le fauteuil de Montherlant, c'est quand même quelque chose !

lesdiagonalesdutemps 07/04/2016 07:17

C'est un véritable scoop
Je viens de tomber dans les archive de ce bougre de Karel qui a encore bien des secrets à révéler sur deux photos de Roberto Benzi, ce qui doit parler au mélomane que vous êtes.

Bruno 02/04/2016 18:20

On notera que, sur les 4 volumes parus de "Minutes", les belles images de couverture sur la jolie édition donnée par Le Promeneur, Karel n'est crédité que sur 2 volumes.
Merci pour ce beau billet en évolution permanente.

lesdiagonalesdutemps 02/04/2016 18:34

utile précision.

Jean-Marc 25/03/2016 18:02

Félicitations pour ce billet. Peut être contribuera t il à la découverte d' oeuvres encore inconnues d'Eigermeier. Je me souvenais de la librairie Au Signe de Piste, proche de Saint Sulpice, mais pour des achats sans rapport avec la "boîte à photos".

lesdiagonalesdutemps 25/03/2016 18:08

C'est ce que j'espère. Par exemple, s'il y a des marchands qui actuellement en vendent, ils seraient bien inspiré de me contacter

Antoine2LaRochelle 25/03/2016 15:14

Chapeau bas, monsieur! Excellent article, qui fait considérablement avancer notre connaissance d'un personnage qui avait piqué la curiosité des lecteurs de Peyrefitte, de Montherlant, et même, peut-être de Daniel-Rops! Beau Travail. Pensée émue pour la librairie "Au Signe de Piste", rue Saint Sulpice, tenue par deux vieilles dames très...traditionnelles. Jeune maurrassien assoiffé de bonnes lectures, j'y ai acheté (vers 1987) un bel exemplaire de l'Enquête sur la monarchie, ainsi que de nombreux livres illustrés par Pierre Joubert. Souvenirs!

lesdiagonalesdutemps 25/03/2016 15:36

Tout d'abord merci
Je dois bien avouer que ce ne fut pas un mince travail que d'élaborer ce petit billet qui est un "work in progress". Egermeier est surtout un grand photographe, malheureusement le travail sur ses archives a été peu fait. J'espère avoir bientôt des informations pour compléter cet article.

Jean-Claude Féray 25/03/2016 05:51

Bravo pour cette belle avancée dans la biographie de Karel Egermeier. Une remarque néanmoins :
Il me semble qu’il y a lieu de se montrer un peu plus circonspect dans vos critères d’évaluation de la vérité lorsque vous confrontez les propos de Patrick Buisson et ceux du neveu de Karerl Egermeier. Il est tout à fait naturel qu’un neveu défende la mémoire de son oncle et cherche à en dresser un portrait flatteur aux yeux de la postérité. Je me pose en particulier des questions sur la nature des « documents » qui seraient en la possession de ce neveu et qui témoigneraient de faits qui me paraissent relever plus de la mémoire orale que de sources écrites...

lesdiagonalesdutemps 25/03/2016 07:52

Vous avez raison en ce qui concerne les sources; ce que j'aimerais et fait la demande, c'est d'avoir une copie d'un document écrit en ce qui concerne le sujet que vous soulevé auprès du neveu d'Egermeier et auprès de Buisson d'avoir au moins le nom de cet ami qui lui fait des révélations sur Egermeier; on peut espérer plus de ce grand "enregistreur" de Buisson. En outre j'espère avoir des lumières et peut être accès aux archives du coté de Sentein. Il reste avéré qu'Egermeier n'était en rien un collaborateur. Le fait qu'il ait peut être bénéficié de certaines protections de policiers vichystes pendant la guerre n'est pas forcément incompatible avec le fait d'avoir résisté voir l'exemple de Cordier que donne Ismau dans un autre commentaire. Il ne faut pas oublier que bien des convictions durant cette période étaient disons "ondulantes" et que quelques uns et pas des moindres ont changé de camps. Ces camps n'étaient en outre pas monoblocs, voir la rivalité Moulin/ Fresnay. A partir de l'invasion de l'URSS des résistants maurassiens ont fait cause communes avec des communistes. J'en ai des exemple dans ma famille en Haute-Vienne qui monarchiste travaillait avec le communiste Georges Guingouin qui ensuite a été exclu du Parti...
On a trop tendance à gommer les nuances historiques dans cette période. Si la Résistance était divisée, les collaborateurs, eux étaient en fait une myriade de groupuscules et d'individualités souvent farouchement antagonistes lisez la réédition des Décombres de Rebatet remarquablement annotée. De même que, voir le nazisme en un seul tenant est une grave erreur historique il n'y a qu'à lire le journal de Junger et les roman de Phlip Kerr pour en être persuadé. Il est certain qu'en cette période des accointances, disons "transversales" ont joué dans le cas d'Egermeier l'homosexualité (le fait qu'il venait des sudètes est aussi une possibilité) dans d'autres l'appartenance à de grands corps d'état, la franc maçonnerie, les anciens des grandes écoles...
Contrairement a ce que dit notre niais de premier ministre chercher à comprendre n'est pas excuser.

ismau 24/03/2016 23:40

Pour Teplice, j'ai fouillé dans mes photos de 94 et 99, mais dommage je n'ai rien trouvé de valable .
A propos de ''protection de policiers collaborateurs'' à un résistant, j'ai repensé à un épisode raconté par Cordier dans son très intéressant ''Alias Caracalla'' . A son propre étonnement et à un moment crucial - pour de faux papiers – il bénéficie de l'aide de deux anciens amis maurassiens : des jeunes comme lui ( avec qui il passe d'ailleurs la nuit, c'est romanesque) mais eux sont engagés dans la police de Vichy ... Quant aux luttes intestines entre résistants, il en est aussi beaucoup question dans ce livre, en particulier à travers l'opposition Moulin / Fresnay . Mais sur ce point, plus précisément sur l'intolérance et l'agressivité des communistes envers d'autres résistants non communistes, j'étais déjà largement au courant par le témoignage direct de mon père, qui les avait vus à l'oeuvre dans les maquis de la région de Toulouse - en fait essentiellement à la libération, essayant de prendre le pouvoir par tous les moyens .

lesdiagonalesdutemps 25/03/2016 08:19

Merci pour votre témoignage qui corrobore des faits bien connu. Comme je l'écrit dans une réponse à un autre commentaire de ce billet il est évident que des solidarités transversales, appelons les comme cela, ont joué dans cette période, comme elles jouent aujourd'hui d'ailleurs et que le fait par exemple d'être homosexuel a du jouer dans certains cas paradoxalement en la faveur d'Egermeier, comme le fait également d'être un chef scout ou de venir des Sudètes...

ismau 24/03/2016 15:48

Merci pour cette passionnante, très riche, précise et vivante biographie . Je trouve particulièrement intéressant du point de vue historique la période collaboration-résistance, où l'on n'en finit pas de constater la complexité des motivations, des engagements et des actions, à l'exemple d'Egermeier . Et comme il est difficile de juger vu d'aujourd'hui . Même chose pour l'engagement éducatif religieux ou sportif auprès des jeunes, pour la sexualité, pour l'art … avec toutes leurs ambiguïtés : votre récit concernant la librairie rue St Sulpice et son innocente dame patronnesse est à cet égard merveilleux ( c'est dans cette même librairie je crois que j'ai acquis - en toute innocence moi aussi - dans ces mêmes années, un disque des chants de guerre chouans édité par Le Pen )
Pour en revenir à Egermeier, j'ai apprécié en regard de ses belles photos, d'apprendre qu'il était né dans la pittoresque très germanique station thermale tchèque de Teplice, où je suis allée plusieurs fois pour retrouver des cousins proches . Autre collusion inattendue : l'illustration de livres de Daniel Rops - un auteur insupportablement catholique, au goût de mon père, mais qu'il avait apprécié comme prof d'histoire – Par curiosité adolescente, j'avais donc lu plusieurs de ses livres, dont ''Mort où est ta victoire ?'' que j'avais bcp aimé . Maintenant j'ai davantage envie de lire François Sentein que je ne connais pas, et qui me semble heureusement plus sulfureux, mais pour Rops ça m'amuse de retrouver des photos d' Egermeier ! Voilà qui me mène à m'interroger sur ses liens avec les milieux catholiques . J'ai compris en vous lisant qu'il était plus lié avec les mouvements scouts laïques, moins avec les catholiques, et très peu avec les protestants ( E.U. )

lesdiagonalesdutemps 24/03/2016 16:22

Encore une fois merci pour votre commentaire si vous avez des photos de Teplice que je ne connais pas vous pouvez m'en envoyer, cela fera des illustrations pour le billet.
Ce billet (work in progress, comme on dit) m'a demandé un travail de fou et c'est loin d'être fini. J'espère que des bonnes âmes m'apporteront des informations. Je vais continuer à creuser la question.
Le cas d'Egermeier durant la guerre est en fait assez représentatif de beaucoup de gens qui se sont engagés en plus il faudrait connaitre les dates exactes. Comme dit Sempé: >. Ce qui est particulièrement rigolo, c'est comme le suggère Buisson il a peut être bénéficié pendant la guerre de la protection de policiers collaborateurs, alors qu'il était résistant, pour ensuite être dédouané par des chefs de la résistance... alors qu'il était attaqué par des résistant communistes... Quelles étaient les motivations d'Egermeier aucune idée. Politiquement il était farouchement anticommuniste et ce qu'a vécu sont pays natal en 48 puis en 68 n'ont pas du le faire changer d'avis, ce qui ne veut pas dire qu'il était favorable au nazi. Il ne faut pas oublier que certaines personnes de droite et même d'extrême droite on rejoint tôt la résistance en partie en raison du pacte germano-soviétique! voir des gens comme de Bénouville ou le colonel Rémy sans parler du docteur Martin opposant viscéral à tout pouvoir. On peut penser qu'Egermeier était dans les réseaux de Fresnay.
Comment a-t-il connu Rops dont je n'ai rien lu, mystère.
Je ne suis pas certain de la totale innocence de "la dame patronnesse" d'autant que Jean-Louis Foncine a un temps vendu dans cette librairie et qu'il était lui aussi un talentueux photographe de jeunes personnes à ses moments perdus...

Bruno 24/03/2016 10:03

Merci pour cette étude qui présente une vie dédiée à la photo et à la beauté. C'est aussi une bonne
chose que de rétablir les précisions sur l'époque 44-45.

Jean-Yves Alt 24/03/2016 07:52

Très intéressant. Merci. Vous écrivez "région des Sudèles", je devine qu'il faut lire "Sudètes".

lesdiagonalesdutemps 24/03/2016 11:34

merci et merci pour la correction