petit palmarès maison des films 2015

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Avril et le monde truqué de Christian Desmares et Franck Ekinci
 
 

Comme je l'ai déjà écrit dans mes derniers bilans annuels cinématographiques, depuis quelques années je fréquente moins les cinémas. Sans doute pour de multiples raisons que j'ai peine à identifier, la première étant mon vieillissement. Pourtant m'assoir devant un grand écran est toujours une fête, plus même qu'auparavant car je suis plus parcimonieux dans mes sorties et donc je choisis les films que je vais voir avec plus de soin; si bien que j'ai encore plus de difficulté à rédiger mon rituel palmarès annuel des dix films qui m'ont le plus marqué ces douze derniers mois. Comme à l'habitude, je ne retiens dans ma sélection que les films que j'ai vus en salle (Ce serait une bonne idée, chers lecteurs, de m'envoyer chacun votre propre liste). A la suite de chacun des titres, j'ai fait suivre les indications qui m'ont fait sortir de mon antre. Car ce sont tantôt le réalisateur, tantôt le sujet et parfois, plus rarement les acteurs qui guident mon choix. Pourquoi vous direz vous peut être, n'avez vous pas écrit sur ces morceaux de bonheur que furent à chaque fois la découverte de ces film et bien par manque de temps, de talent, de savoir... Si vous avez vu certains dites moi donc ce que vous en avez pensé...

 

1- Imitation game (bio d'Alan Turing) 

2- Avril et le monde truqué ( film d'animation d'après l'univers graphique de Tardi)

3- Mia madre (Moretti)

4- Shawn le mouton (studio Aardman)

5- Marguerite (Michel Fau et Catherine Fau)

6- L'homme irrationnel (Woody Allen)

7- Le pont aux espions (Spielberg)

8- Comme un avion (Podalydes)

9- Le cercle (mi-fiction, mi-documentaire gay)

10 Microbe et gaz oil (Michel Gondry)

Commenter cet article

sammy 07/01/2016 09:54

Au temps pour moi. Télérama a bien mis dans son palmarès 2015 le film de Nanni Moretti et celui de Podalydés. Mais son "number one" est un film d'Arnaud Desplechin qui ne figure pas dans votre liste.
Je reçois Télérama depuis des décennies mais leur nouvelle generation de rédacteurs est d'une nullité journalistique qui me désole.

lesdiagonalesdutemps 07/01/2016 12:19

Nous sommes bien d'accord. Comme je suis un Cartiériste ((admirateur de Raymond Cartier) leur tiers mondisme m'horripile. Ils ont troqué l'eau bénite pour un dieu en babouches. Et puis nous n'avons pas le même snobisme. J'ai beaucoup aimé certains film de Desplechin (il y en a des traces sur le blog) mais le thème de celui-ci ne m'a pas donné envie de me déplacer. En ce qui concerne le cinéma je suis beaucoup plus proche de la ligne défendu par Positif dont je suis un fidèle lecteur. Je suis rarement en désaccord avec Michel Ciment que j'écoute régulièrement sur France-Culture.

sammy 06/01/2016 21:19

Aucun de ces films ne figure dans la liste de la redaction de Télérama.

lesdiagonalesdutemps 06/01/2016 22:31

Ce qui prouve ma liberté d'esprit et mon bon gout...

xristophe 06/01/2016 18:13

Pour mon humble part, si j'ai bien aimé le Podalydès, j'ai été navré par mon cher Woody Allen, qui ne m'a même pas laissé une seule gouttelette de souvenir ! (P-ê me suis-je trompé de salle ?)

lesdiagonalesdutemps 06/01/2016 18:23

Je crois que les spectateur des films de Woody Allen aujourd'hui voudrait retrouver le cinéaste d'il y a vingt ans alors que celui-ci a changé de style enfin presque car il avait déjà montré avec Match point son attachement à Hitchcock et que surtout, et c'est tout à fait normal , vu son âge son inspiration est beaucoup plus sombre, quoique sont avant dernier film était léger dans le bon sens du terme.

Bruno 06/01/2016 13:31

Très amusant "Microbe et Gaz oil", je crois bien que c'est sur votre conseil que j'ai vu ce "Gondry atypique"

lesdiagonalesdutemps 06/01/2016 18:26

Il suffit de faire comme moi de jamais l'emporter et de le transformer en radio numérique en le branchantt sur une bonne enceinte.

Bruno 06/01/2016 18:21

Il s'est même trouvé un critique humoriste qui proclamait qu'un film qui disait autant de mal de Shakira, ne pouvait qu'être excellent
Pat ailleurs, la façon de se séparer d'un téléphone portable est à retenir...

lesdiagonalesdutemps 06/01/2016 18:16

Ce qui extrêmement curieux avec ce film d'un réalisateur chevronné c'est qu'on a le sentiment de voir un premier film avec tout ce que l'on peut d'une part imaginer d'autobiographique derrière et d'autre part avec toutes les qualités et les défauts d'un premier film fraicheur de l'inspiration mais aussi des rôles secondaires pas assez explicités pour le spectateur par exemple pourquoi la mère à un accent russe d'ailleurs les parent de Gaz oil sont un peu trop pittoresques alors que ceux de Microbe sont un peu transparent. Il reste que le film a beaucoup de charme. Les réaction des deux garçons à peine des ados sont très vrais et les deux jeunes acteurs sont parfaits.