Clayton Keyes, garçon couché

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Clayton Keyes, garçon couché

Publié dans sculpture

Commenter cet article

Bruno 15/12/2015 20:34

Votre érudit commentateur a plaisamment actualisé l'anecdote de l'adolescent de Pergame ( fragments 85, 86 et 87 de l'édition Grimal, préfacée par... H.de M; ) où le séducteur se trouve un peu piégé par son offre, passée de la colombe au coq, puis...au cheval, par trop difficile à trouver à bon prix..
"Arrête, ou je le dirais à ton père !"

lesdiagonalesdutemps 15/12/2015 21:09

Ah merci pour votre érudition, je dois dire que je n'avais pas compris le passage du cheval à la mobylette. Je n'ai pas cette édition. J'ai celle de Budé.

xristophe 15/12/2015 16:41

L'on se souvient, bien sûr, de l'épisode de l'éphèbe de Pergame dans le Satiricon - épisode hélas délaissé par Fellini -, qui accorde à son pédagogue bcp moyennant de petits cadeaux - jusqu'à certaine faveur extrême qui rencontre des réticences - néanmoins accordée d'avance ; mais pas récompensée par le cadeau promis trop dispendieux (une mobylette, je crois) la nuit suivante après une bouderie elle est accueillie tout de même par le garçon et tellement appréciée que redemandée encore et encore, jusqu'à épuisement du donneur qui est obligé de menacer l'insatiable, s'il continue, de tout dire à son père...

lesdiagonalesdutemps 15/12/2015 17:23

J'ai peut être l'esprit embrumé pourtant étant jusqu'au cou dans l'époque néroniènne pour cause de relecture de Murena, un article dans quelques jours sur le sujet, je n'arrive pas bien à situer une mobylette dans l'histoire, Popée à solex pourquoi pas...

Bruno 13/12/2015 16:41

Il y a une symbolique du lièvre...voir certains vases...

lesdiagonalesdutemps 13/12/2015 17:44

comme pour la poule quand un jeune garçon offrait un lièvre ou une poule à un ainé c'est qu'il était consentant pour recevoir... sa protection.

xristophe 12/12/2015 18:25

Corps de celluloïd ou de bois peint, couleurs malsaines, manchettes de vraie dentelle, lapin-doudou, vrai reposoir... en font un objet gay-surréaliste...