Visite à la FIAC 2015

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Visite à la FIAC 2015
Basquiat

Basquiat

Dorénavant la FIAC me rend morose. Hier, enfin avant hier, on me conviait au vernissage. J'arpentais alors les allées un verre à la main, rempli d'un savoureux breuvage rougeâtre, sorte, d'Américano local que j'avais baptisé le cocktail FIAC et que je copiais rentré "at home" pour que mes invités ensuite s'en désaltèrent. Aujourd'hui j'erre à petits pas sous les vélums, le gosier sec, regrettant de ne pouvoir m'appuyer sur une canne. Il n'y a pas que ma décrépitude physique et ma déchéance sociale qui altèrent mon humeur, il y a ce que je vois sur les cimaises. Et j'en ai parcouru des FIAC, depuis, depuis... ma mémoire s'effrange comme les manches de mes chemises, enfin je fus de la première, organisée dans la gare finissante de la Bastille et depuis j'ai du en rater deux ou trois tout au plus. Jadis c'était toujours l'occasion de découvertes. Cela est devenu depuis quelques années rare et pas du tout pour cette édition 2015. La plupart des stands m'ont paru étonnamment vide, comme si les galeries se devaient d'être là mais étaient présentes qu'à minima; montrant de conserve les plus belles pièces à leur adresse permanente. J'ai pu le vérifier avec une des plus importantes de la place de Paris, la galerie Perrotin où je me suis rendu le lendemain de ma visite à la FIAC. Alors qu'au Grand Palais rien de remarquable était présenté dans son stand, en même temps on pouvait voir des expositions très intéressantes (voir de récents billets) dans leurs murs. Autre regret la quasi absence de galeries qui réserveraient leur espace à un seul artiste comme c'était assez courant par le passé. Mais cette pratique, commercialement risquée a presque disparu à l'exception de la toujours excellente galerie Aplicat-Prazan qui offrait une rétrospective de l'oeuvre d'Estève en une quinzaine de tableaux (Je lui consacrerai un billet bientôt).

Mais il faut bien admettre que grâce aux galeries dites du deuxième marché en visitant la FIAC on parcourt un beau musée d'art moderne, un musée dont l'entrée est de tout de même 35€...    

Condo dernière période

Condo dernière période

Bridget Riley

Bridget Riley

Visite à la FIAC 2015
Yan Pei Ming

Yan Pei Ming

Magnelli

Magnelli

Le Corbusier

Le Corbusier

Dubuffet

Dubuffet

Dubuffet

Dubuffet

Pierre Roy (1927)

Pierre Roy (1927)

Tanguy

Tanguy

David Hockney

David Hockney

David Hockney

David Hockney

Morellet

Morellet

Gilles Aillaud, Masai Mara, 1989 (détail)

Gilles Aillaud, Masai Mara, 1989 (détail)

Visite à la FIAC 2015
Paris, octobre 2015

Paris, octobre 2015

A suivre

Commenter cet article