Marteinn Sindri

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Marteinn Sindri
Marteinn Sindri

Marteinn Sindri

mypassionforbeauty:

by Alexander Neumann


Marteinn Sindri

Marteinn Sindri

Marteinn Sindri

Marteinn Sindri

bleuveins:

Marteinn Sindri

mypassionforbeauty:

Marteinn Sindri

fuckyeahmodelhomme:

Marteinn Sindri

Publié dans modèles et mannequins

Commenter cet article

xristophe 08/10/2015 14:26

Ben voilà

Olivier 06/10/2015 21:18

En effet, comme je l'imaginais, l’œil du photographe, le vôtre, apprécie à sa juste valeur le travail d'un autre photographe ; cela, je peux très bien le comprendre, à défaut de le partager.

Ceci dit, il y a "modèle" et "modèle", à mes yeux. Il y a le garçon (disons un garçon, donc, pour rester dans l'ambiance du blog) qui est un "modèle" dans l’œil du photographe mais pas forcément à ses propres yeux, et là je peux aimer le résultat, aussi travaillé soit-il (un modèle d'occasion, en somme, le genre d'occasion qui fait le larron). Et puis il y a le garçon qui est dès avant sa rencontre avec un photographe un modèle à ses propres yeux (parce qu'il est persuadé de se distinguer esthétiquement du commun des mortels, ou parce qu'un certain système l'en a persuadé pour en profiter - le mannequinat, etc. ; un modèle professionnel, en somme) ; et là le résultat me laisse à l'écart, parce que je suis incapable de rentrer dans le jeu, la convention.

Néanmoins, je me méfie de mes propres affects, ou du moins j'essaie de ne pas être complètement dupe de moi-même. Vouloir attendre d'une photo qu'elle capte l'essence d'un garçon au naturel, cela a un côté un peu pathétique aussi, genre "elle vit sa vie par procuration / devant son poste de télévision" (JJ Goldman), et je ne veux pas m'abandonner à ce travers-là, parce que je ne veux pas vivre ma vie sur un mode "frustré" (d'ailleurs, ce n'est pas le cas).

Bref ! Foin de philo de comptoir à cette heure de la soirée ^_^. A moi d'élargir un peu le spectre de ce que savent ou non capter mes yeux, ou plutôt de raffiner les connexions de la grosse boîte à neurones par derrière).

lesdiagonalesdutemps 06/10/2015 22:13

En ayant fait poser un certain nombre de garçons, je préférai ceux qui avait conscience de leur beauté que les autres c'est souvent plus facile pour le photographe.

xristophe 06/10/2015 19:57

Le standing analytique de ces deux propos m'épate !

Olivier 06/10/2015 14:26

Aveu : j'ai du mal avec toutes les images de "modèles". Je ne sais pas avec quel été d'esprit il faut les regarder et aucune des manières que j'envisage ne me satisfait. Evidemment (c'est un peu trop évident, justement), le physique d'un "modèle" répond à certains canons de beauté, et l'artiste s'efforce de les mettre en valeur avec style. Le résultat, sauf à apprécier un exercice de style, me paraît alors plus ou moins vain. Traitée ainsi, la beauté est froide, clinique ; tout est artificiel, faux : poses, regards, vêtements, accessoires, décor... La vérité de l'être, le garçon, n'est nulle part, ce qui me paraît le comble du gâchis. Et puis, il y a ce sentiment très inconfortable : l'impression d'être obligé de s'extasier devant l'esthétisation de ce qui serait en soi dès le départ une réussite de la nature : un physique avantageux.

Non, décidément, je suis peut-être terriblement injuste, aveugle, ou même snob (enfin, quand même pas, j'espère), mais toute entreprise picturale de cette sorte m'énerve ^_^ ! Toutefois, croyez bien que cela n'a rien, mais alors rien du tout d'un reproche envers vous, cher maître des lieux. C'est peut-être juste du dépit envers une incapacité toute personnelle à apprécier ce que tant de gens aiment, en général.

lesdiagonalesdutemps 06/10/2015 15:00

curieusement votre avis recoupe beaucoup de visiteurs de ce blog et en général les amateur de jeunes gens qui traque le naturel. C'est le cas dans la photo volée que je pratique beaucoup mais dans le travail de pose d'un modèle ce que j'ai fait aussi et si je ne le fais plus ce n'est pas par gout mais parce que je n'ai plus de modèles on cheche le comble de l'artifice, de la mise à distance, justement de la froideur. C'est un tout autre exercice que j'apprécie beaucoup aussi.